Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les économistes dans la cité. CAE. Juillet 2017.

Les économistes dans la cité. CAE. Juillet 2017.

Publié le 08/07/2017

Note du CAE n°42, 4 juillet 2017.

par Agnès Bénassy-Quéré, Olivier Blanchard et Jean Tirole.

Présentation

En février 2017, la loi El Khomri a divisé la communauté des économistes français. À quelques jours d'intervalle, plusieurs dizaines d'entre eux (parmi lesquels certains des économistes les plus reconnus sur la scène internationale) ont signé deux tribunes opposées, l'une saluant la réforme comme une avancée pour les plus fragiles et l'autre contestant sa capacité à faire reculer le chômage. Cet exemple illustre la difficulté que rencontrent les économistes à se mettre d'accord sur des sujets clés de politique économique et, par voie de conséquence, à faire passer leurs résultats auprès des décideurs publics et des citoyens.

Cette Note du CAE a été présentée lors du colloque "Les économistes dans la cité" organisé en partenariat avec l'AFSE, l'AJEF et PSE à l'occasion du vingtième anniversaire du Conseil d'analyse économique. Les trois auteurs de cette note avancent des recommandations pour améliorer les interactions entre les économistes universitaires, le monde de la décision publique et celui des médias.

Résumé

Les enquêtes d'opinion relèvent régulièrement un intérêt marqué du grand public pour les questions économiques. Cependant, les économistes sont parfois regardés avec une certaine méfiance. Cette méfiance se nourrit de leurs défaillances : incapacité à prévoir la crise financière de 2008, conflits d'intérêts pas toujours révélés, difficulté à se mettre d'accord ou, à l'inverse, tendance à penser tous de la même manière, manque de sens pédagogique. Le dialogue entre les économistes et l'opinion publique ou le monde de la décision publique est rendu plus difficile encore par les spécificités de la discipline, notamment l'incertitude sur ses résultats et la participation des économistes à la société qu'ils prétendent décrypter de manière indépendante.

L'influence des chercheurs en économie dans les débats et sur la décision publique est inégale selon les pays. Les chercheurs français sont assez peu présents dans les organes de décision et dans les débats de politique économique, mais relativement actifs via la rédaction de rapports d'expertise et la participation à des groupes de travail préparant la décision publique.

Comment améliorer les interactions entre les économistes universitaires français et leurs différents publics – monde de la décision, presse, grand public ? Avant toute chose, les enseignants-chercheurs de la discipline pourraient renforcer leur crédibilité en améliorant leurs pratiques. Au-delà de la transparence sur d'éventuels conflits d'intérêts, un code de bonne conduite en matière de prise de position publique pourrait s'avérer utile. Par ailleurs, certaines questions économiques sont aujourd'hui relativement consensuelles, d'autres non. Afin de mieux faire connaître aux non-spécialistes les points de convergence et de divergence au sein de la profession, un panel d'experts pourrait être régulièrement interrogé sur des questions précises, leurs réponses étant ensuite publiées de manière agrégée et, éventuellement, individuelle. De tels dispositifs ont été expérimentés avec succès aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Du côté des décideurs, nous recommandons un recours systématique à des équipes d'enseignants-chercheurs pour évaluer l'efficacité des politiques publiques, en amont comme en aval. Dans le même temps, il convient de faciliter les allers-retours entre le monde académique et celui de la décision publique.

Du côté des médias, enfin, il est nécessaire d'œuvrer à une meilleure promotion des spécialistes de chaque sujet. Un répertoire d'expertise des enseignants-chercheurs pourrait être mis à disposition selon une méthode transparente attestant à la fois la compétence et l'adhésion à une charte déontologique. En complément, des sessions fermées de formation réciproque des enseignants-chercheurs et des journalistes sur des grandes thématiques économiques pourraient être organisées par les associations professionnelles.

Sommaire

  • Qui sont les économistes et que font-ils ?
  • Des interactions difficiles
  • Quelques éléments de comparaison internationale
  • Quelles voies pour progresser ?

Encadré : À la recherche du consensus en économie

Document associés

Les économistes universitaires dans le débat et la décisions publics, Focus n°017-2017, juillet 2017.

Enquête sur le consensus entre économistes, Focus n°018-2017, juillet 2017.