Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les homicides en France de 2016 à 2021. SSMSI. Juin 2022.

Les homicides en France de 2016 à 2021. SSMSI. Juin 2022.

Publié le 30/06/2022

Interstats Analyse n° 47, 28 juin 2022.

Version imprimable.

Interstats présente des données de référence, des analyses, des études et des séries de chiffres sur l'insécurité et la délinquance mises en ligne par le Service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI).

Résumé

Sur la période 2016-2021, les attentats terroristes ont fait 115 morts, concentrés essentiellement sur l'année 2016. Hors attentats, les homicides constituent un phénomène très hétérogène qui touche inégalement le territoire et la population selon le sexe et l'âge des personnes.

La très grande majorité des homicides sont intentionnels (85 %), mais sont très rarement des homicides dits crapuleux (règlements de compte et homicides commis à l'occasion d'un vol, 10 % de l'ensemble) ; 15 % des homicides sont des violences volontaires, ayant entrainé la mort sans intention de la donner.

29 % de l'ensemble des homicides sont commis au sein de la famille et concernent spécifiquement les femmes qui représentent les deux tiers des victimes ; cette surreprésentation des femmes est encore plus marquée au sein des homicides conjugaux, dont elles constituent 82 % des victimes.

En termes d'âge, ce sont les plus jeunes (moins de 9 ans et surtout moins de 1 an) et les plus âgés (80 ans et plus) qui sont les plus exposés aux homicides intrafamiliaux.

Les hommes sont en revanche nettement plus touchés par les homicides commis hors cadre familial, avec en moyenne un taux d'homicides par habitant 4 fois plus élevé que celui des femmes. Ce taux est maximal pour les hommes âgés de 20 à 29 ans.

Quel que soit le type d'homicide (hors attentats) et le contexte dans lequel il est commis, les mis en cause sont très majoritairement des hommes (85 % en moyenne) et de jeunes adultes (19 % ont entre 20 et 24 ans contre 6 % de l'ensemble de la population).

La répartition territoriale des homicides est relativement homogène concernant les homicides intrafamiliaux. En revanche, les unités urbaines de grandes tailles, hors agglomération parisienne, sont plus touchées que la moyenne par les homicides commis hors cadre familial, et les communes rurales ou les unités urbaines de moins de 5 000 habitants le sont nettement moins. Les taux départementaux d'homicides commis hors cadre familial varient très fortement, les départements d'outre-mer et de Corse affichant les taux les plus élevés, avec un taux 11 fois supérieur à la moyenne nationale en Guyane.

Sommaire

  • 29 % des homicides – hors attentats - sont commis au sein de la famille
  • Globalement, les hommes sont deux fois plus victimes d'homicides que les femmes
  • Les homicides non intentionnels concernent davantage les enfants
  • Les femmes sont deux fois plus concernées par les homicides intrafamiliaux que les hommes
  • Une forte disparité territoriale des homicides commis hors cadre familial
  • 85 % des personnes mises en cause pour homicides sont des hommes
  • Annexe : Sources et méthodes

Cliquez sur les images pour agrandir les figures.

Graphique : Nombre moyen annuel d'homicides enregistrés de 2016 à 2021 selon le contexte de commission

Graphique : Répartition par sexe et âge des victimes d'homicides enregistrées entre 2016 et 2021

Graphique : Taux d’homicides par sexe et âge sur la période 2016-2021 (pour 100 000 habitants)

Graphique : Répartition par âge des victimes d’homicides (non crapuleux) selon le type d’homicide et le contexte de commission, sur la période 2016-2021

Source : Interstats Analyse n° 47, juin 2022.

Pour aller plus loin :

Les atteintes « anti-LGBT+ » enregistrées par les forces de sécurité en 2021. SSMSI, Mai 2022.

Insécurité et délinquance en 2021 : une première photographie. SSMSI. Janvier 2021.