Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Sortir de l'emploi pendant la grossesse : l'imbrication du genre, de la migration et de la classe sociale. CEET. Mai 2022.

Sortir de l'emploi pendant la grossesse : l'imbrication du genre, de la migration et de la classe sociale. CEET. Mai 2022.

Publié le 31/05/2022

Connaissance de l'emploi n° 180, CNAM/CEET, 30 mai 2022.

Version imprimable.

par Elsa Boulet (CEET/Lirsa Cnam et Centre Max Weber).

Résumé

Malgré des mesures légales visant à favoriser le maintien en emploi des femmes enceintes, ces dernières se heurtent à de multiples difficultés mises en lumière par une enquête qualitative : retrait de certaines responsabilités, non-respect du droit du travail en termes d'aménagement du poste ou du temps de travail, et dans certains cas, rupture du contrat de travail.

À partir de la mobilisation conjointe d'une enquête qualitative et des données de l'Enquête nationale périnatale (ENP 2016), ce numéro de Connaissance de l'emploi estime la fréquence des sorties d'emploi pendant la grossesse, et les explique au regard du genre, de la classe sociale et de la migration.

Une femme sur dix qui était active pendant la grossesse n'est plus en emploi au moment de la naissance (ENP 2016). Les sorties d'emploi sont plus fréquentes parmi les femmes peu qualifiées, qui occupent des postes d'exécution, qui ont des revenus faibles ou qui sont migrantes. Ces sorties d'emploi sont à replacer dans la dynamique des rapports de force au sein du couple et au sein de la sphère professionnelle.

Sommaire

  • Une femme sur dix sort de l'emploi pendant sa grossesse
  • Les sorties de l'emploi, révélatrices d'une position dominée sur le marché du travail
  • Le poids du genre : division du travail au sein du couple, discriminations et violences

 

Pour aller plus loin :

Femmes entrepreneures : les enseignements d'une enquête sur les "Mompreneurs", Entretien avec Julie Landour, SES-ENS, septembre 2019.