Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / À qui profitent les revenus des investissements des multinationales ? CEPII. Juin 2018.

À qui profitent les revenus des investissements des multinationales ? CEPII. Juin 2018.

Publié le 22/06/2018

Blog du CEPII, billet du 18 juin 2018.

par Laurence Nayman et Vincent Vicard.

Ce billet présente les principaux résultats de : Laurence Nayman et Vincent Vicard, "Profits des multinationales à l'étranger : mesure et impact sur leur pays d'origine", Panorama du CEPII n°2018-01, mai 2018.

Résumé

Les flux de revenus d'investissement direct à l'étranger (IDE)* ont connu une expansion sans précédent depuis 20 ans. Leur multiplication par près de 10 entre 1995 et 2016 reflète le rôle croissant joué par les multinationales dans l'économie mondiale et l'essor des chaînes mondiales de valeur.

L'impact des flux de revenus d'IDE n'est pas neutre sur la création de richesse des pays. Du fait de la prépondérance des multinationales originaires des pays riches, ils augmentent le revenu national brut (RNB) des pays à hauts revenus et diminuent celui des autres pays. Les pays les plus excédentaires en termes de solde de revenus d'IDE sont les États-Unis, le Japon, la France et l'Allemagne, ainsi que certains paradis fiscaux ou centres financiers offshore (Suisse, Pays-Bas, Luxembourg). Parmi les pays déficitaires, on trouve de grands pays émergents (Russie, Brésil, Indonésie, Inde), des pays à revenus intermédiaires supérieurs (Thaïlande, Malaisie, Argentine), mais aussi des pays à hauts revenus (Australie, Belgique, Pologne). Le plus important déficit est enregistré par l'Irlande qui accueille de très nombreuses multinationales dont les bénéfices sont rapatriés ensuite dans les pays d'origine.

* Les revenus d'investissement direct à l'étranger (IDE) correspondent à la rémunération des activités des multinationales à l'étranger. Ils sont composés de dividendes (51% au niveau mondial en 2016), de bénéfices non distribués des filiales et succursales (36%) et d'intérêts sur les emprunts intragroupes, versés ou reçus par les maison-mères (13%). Ils sont comptabilisés dans les revenus primaires de la balance des transactions courantes, qui sont les revenus des agents économiques à l'étranger générés par les activités productives. En 2015, le poste des revenus des IDE a dégagé un excédent de 45 milliards de dollars en France, un excédent qui n'empêche pas la balance courante française d'être structurellement déficitaire.

PIB, RNB et solde des revenus d'IDE, pays à hauts revenus et reste du monde (1995-2016, %)

Source : Blog du CEPII, 18 juin 2018.

Pour aller plus loin :

CNUCED, Rapport annuel sur l'investissement dans le monde. Rapport 2017.

Sur SES-ENS : Globalisation financière : repli de l'ouverture financière après la crise ? Stats à la une, avril 2018 (données sur l'évolution des IDE).