Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Quel est le poids des transmissions familiales entre générations ? OFCE. Juin 2018.

Quel est le poids des transmissions familiales entre générations ? OFCE. Juin 2018.

Publié le 21/06/2018

Le numéro de juin 2018 de la Revue de l'OFCE est consacré aux transmissions familiales, de nature culturelle, politique ou économique. Il réunit des contributions de politistes, de sociologues et d'économistes pour étudier d'une part l'influence de la socialisation primaire familiale sur les goûts, les croyances et les opinions des individus, et d'autre part l'effet de l'héritage familial, notamment patrimonial, sur les inégalités et la valeur accordée au fait de transmettre.

La première partie aborde la transmission familiale des croyances religieuses (Pierre Bréchon), des convictions politiques (Anne Muxel) et des pratiques culturelles (Sylvie Octobre, Nathalie Berthomier, Florent Facq). Les deux premières contributions soulignent l'importance que garde la famille et la socialisation primaire dans la formation des attitudes et des orientations religieuses et politiques (cf. tableau 1 et graphique 1), mais aussi les recompositions et les transformations observées chez les nouvelles générations. Leur plus grande distance à la religion liée au mouvement de sécularisation semble en effet atténuer la reproduction intergénérationnelle des comportements religieux. Aujourd'hui, l'irréligion se transmet mieux que la religion dans les pays très sécularisés comme la France (cf. tableau 2). Du côté de la socialisation politique, la transmission des identités politiques opère dans un contexte d'individualisation du rapport à la politique, de tolérance plus forte aux divergences d'opinion dans les familles et d'affaiblissement du clivage gauche-droite. Pour Anne Muxel, l'homogamie politique à l'intérieur des familles s'impose davantage une norme affective implicite que comme une obligation morale revendiquée. La transmission familiale des dispositions culturelles est analysée dans le troisième article à partir de l'observation de la composition des coffres à jouets des très jeunes enfants et des activités de nature culturelle et ludique des parents avec ces derniers. Il met en évidence une différenciation précoce de la socialisation culturelle en fonction du genre et de l'origine sociale. Ainsi, les parents s'investissent très diversement selon leur milieu social, leur sexe (les mères sont nettement plus engagées que les pères dans les interactions, cf. graphique 2), leurs occupations professionnelles ou familiales, ou encore selon leurs conceptions genrées des activités de l'enfant.

La seconde partie se penche sur l'héritage, en particulier patrimonial, son rôle dans la reproduction des inégalités de richesse, et les opinions sur la légitimité de l'héritage et des inégalités qu'il engendre. Les études sur la transmission intergénérationnelle des patrimoines, examinées dans la contribution de Luc Arrondel et Cyril Grange, mettent en évidence une corrélation (croissante avec le niveau de richesse) entre la fortune des parents et celles des enfants. Cette immobilité intergénérationnelle des patrimoines s'explique par la transmission matérielle, mais aussi par des facteurs culturels tels que la transmission de pratiques patrimoniales (comportements d'épargne), d'héritage (altruisme familial) ou l'investissement éducatif. L'article de Michel Forsé, Alexandra Frénod, Caroline Guibet Lafaye et Maxime Parodi étudie les opinions des Français sur la transmission par héritage. Il souligne une tolérance assez forte en France à l'égard des inégalités de patrimoine, en comparaison à d'autres formes d'inégalités (cf. tableau 3). L'attachement à la transmission par héritage n'est pas indépendant de la transmission culturelle et/ou affective. C'est le cas notamment lorsqu'il concerne une maison de famille qui incarne la mémoire d'une histoire familiale et dont la transmission perpétue les liens de solidarité et de réciprocité qui relient les parents aux enfants. Les réticences à l'égard de la taxation sur la succession sont plus longuement traitées dans le dernier article d'André Masson. Celui-ci constate un désintérêt actuel pour la question de l'héritage et de sa taxation, alors que cette question était au cœur des débats au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Le déclin historique des droits de succession s'accompagne paradoxalement d'une patrimonialisation massive de la société depuis une trentaine d'année. Il explique cette évolution par la montée en puissance dans la plupart des pays développés, depuis les années 1980, d'une coalition très efficace qui regroupe les riches néolibéraux et les familialistes, pour qui l'impôt successoral éroderait à la fois les fruits du travail et les solidarités familiales.

Au final, ce numéro très riche permettra d'alimenter nos cours sur la socialisation primaire (en seconde et première), la socialisation politique (spécialité sciences sociales et politiques en terminale), les inégalités et la question de la justice sociale (enseignement spécifique en terminale).

Présentation du numéro par Michel Forsé et Maxime Parodi dans le Blog de l'OFCE, 20 juin 2018. 

"Aspects des transmissions familiales entre générations", Revue de l'OFCE n°156, juin 2018. Numéro complet en PDF.

Sommaire du numéro

Introduction. Aspects des transmissions familiales entre générations, par Michel Forsé et Maxime Parodi.

La transmission des pratiques et croyances religieuses d'une génération à l'autre, par Pierre Bréchon.

La politique dans la chaîne des générations : quelle place et quelle transmission ?, par Anne Muxel.

La primo-socialisation culturelle durant la première année de la vie à travers l'enquête ELFE, par Sylvie Octobre, Nathalie Berthomier, Florent Facq.

Transmettre des valeurs entre générations : tel père tel fils ?, par Luc Arrondel et Cyril Grange.

Pourquoi les inégalités de patrimoine sont-elles mieux tolérées que d'autres ?, par Michel Forsé, Alexandra Frénod, Caroline Guibet Lafaye et Maxime Parodi.

L'impôt sur l'héritage : Débats philosophico-économiques et leçons de l'histoire, par André Masson.

Quelques tableaux et graphiques extraits du numéro :

• L'influence de la socialisation religieuse dans l'enfance sur le degré de pratique cultuelle à l'âge adulte (transmission intergénérationnelle de la religion) :

Tableau 1 : Comparaison du degré de religiosité à 12 ans avec le degré de religiosité aujourd'hui dans 9 pays de l'Europe de l'Ouest

Source : P. Bréchon "La transmission des pratiques et croyances religieuses d'une génération à l'autre", Revue de l'OFCE n°156, 2018

Note : Le degré de religiosité des individus est mesuré avec un indice qui prend en compte dix indicateurs de pratiques et de croyances : se déclarer membre d'une association religieuse ou paroissiale, fréquenter les offices religieux au moins mensuellement, se sentir religieux, croire en Dieu, croire en un Dieu personnel ou force de vie, donner une grande importance à Dieu dans sa vie (niveau 8 à 10 sur une échelle), croire en une vie après la mort, trouver que la religion apporte force et réconfort, prendre des moments pour prier et méditer, faire une très ou assez grande confiance aux Églises.

• En France, l'irréligion se transmet mieux que la religion dominante dans le pays (religion catholique) en raison du mouvement de sécularisation :

Tableau 2 : Part de la reproduction intergénérationnelle des identités religieuses et des changements de position entre parents et enfants parmi les Français

Source : P. Bréchon, "La transmission des pratiques et croyances religieuses d'une génération à l'autre", Revue de l'OFCE n°156, 2018

• L'influence de la famille dans la formation des préférences politiques reste décisive, notamment chez les jeunes :

Graphique 1 : Part d'affiliés et de désaffiliés en matière de préférences politiques parmi les jeunes de 18-24 ans et pour l'ensemble des Français

Source : A. Muxel, "La politique dans la chaîne des générations : quelle place et quelle transmission ?", Revue de l'OFCE n°156, 2018

• Les mères sont plus engagées que les pères dans les activités culturelles et ludiques avec leur enfant et interviennent plus souvent dans les activités de lecture et de chant de comptines (différenciation des pratiques éducatives entre parents) :

Graphique 2

graphique Fréquence des activités réalisées par la mère avec l'enfant

graphique  Fréquence des activités réalisées par le père avec l'enfant

Source : S. Octobre et al., "La primo-socialisation culturelle durant la première année de la vie à travers l'enquête ELFE", Revue de l'OFCE n°156, 2018

• Les inégalités de patrimoine sont jugées plus acceptables que les autres inégalités, d'après l'enquête "Perceptions des Inégalités et Sentiments de Justice" réalisée en 2009 :

Tableau 3 : Acceptabilité des inégalités en France selon le type d'inégalité

Source : M. Forsé et al., "Pourquoi les inégalités de patrimoine sont-elles mieux tolérées que d'autres ?", Revue de l'OFCE n°156, 2018

A noter que les inégalités de patrimoine sont aussi considérées comme les moins intenses parmi les inégalités économiques, mais que les enquêtés se disent davantage défavorisés face aux inégalités de patrimoine que face à d'autres inégalités, à l'exception des écarts de revenus.