Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Bonheur rural, malheur urbain ? CEPREMAP. Novembre 2018.

Bonheur rural, malheur urbain ? CEPREMAP. Novembre 2018.

Publié le 16/11/2018

Selon une nouvelle enquête de l'Observatoire du bien-être, les habitants des unités rurales et des petites villes déclarent des niveaux de bien-être supérieurs aux habitants des grandes villes [1]. Les villes moyennes se distinguent par un niveau de satisfaction nettement inférieur à celui de tous les autres types d'agglomérations, quand les effets d'âge, de revenu et les différences régionales sont neutralisés. Ce différentiel en faveur des campagnes et des petites villes est expliqué par plusieurs facteurs : la qualité du cadre de vie, du logement et des relations sociales, un moindre sentiment d'insécurité, des niveaux plus faibles d'inégalités. Le revenu jouerait en revanche un rôle limité dans ces écarts géographiques de bien-être, sauf pour les villes moyennes, qui cumuleraient les désavantages en termes de niveau de vie moyen et de relations sociales.

Note de l'Observatoire du Bien-être n°2018-07, 8 novembre 2018.

par Madeleine Péron et Mathieu Perona.

Résumé

Vaut-il mieux habiter à la campagne ou en ville ? Les mesures de bien-être subjectif pour la France font apparaître un avantage en faveur des campagnes : les ruraux sont plus heureux, plus satisfaits de leur vie, de leur logement, de leurs relations sociales, et se sentent plus en sécurité. Globalement, toutes ces métriques se dégradent avec la taille des agglomérations, pour atteindre un point bas à Paris, tandis que les inégalités de revenu font le chemin inverse.

Exception à cette règle, les villes moyennes (20 000 à 100 000 habitants) ressortent comme particulièrement malheureuses : satisfaction de vie et indicateurs de qualité des relations sociales y apparaissent particulièrement dégradés.

Sommaire

  • Le bonheur est dans le pré ?
  • Heureuses campagnes
  • Les atouts du cadre de vie rural
  • La solitude des petites villes
  • Un effet limité du revenu
  • Le grand écart des inégalités

 

Des niveaux de satisfaction dans la vie supérieurs dans les communes rurales :

Niveau de satisfaction de vie selon le type d'aire urbaine

Notes : 1. L'indicateur de satisfaction dans la vie est mesuré par la réponse sur une échelle de 0 à 10 à la question «Dans l’ensemble, dans quelle mesure êtes-vous satisfait de la vie que vous menez actuellement ?». 2. Les effets de l'âge, du revenu et des différences régionales (zone d'études et d'aménagement du territoire) sur le niveau de satisfaction dans la vie ont été neutralisés.

Une relation «en U» pour quatre indicateurs de sociabilité, la satisfaction vis-à-vis des relations avec son entourage (amis, famille, collègues de travail) et le sentiment d'avoir des gens autour de soi sur qui compter :

Satisfaction vis-à-vis des relations avec son entourage et de la possibilité d'avoir du soutien des proches en cas de souci, en fonction de la taille de l'agglomération

Source : CEPREMAP, Note de l'Observatoire du Bien-être n°2018-07, novembre 2018

Note :

[1] Différents indicateurs de bien-être sont observés dans cette enquête : satisfaction de vie, sens de la vie, bonheur, anxiété et dépression.