Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Coût des intrants et compétitivité en France, Allemagne et Italie. DG Trésor. Avril 2020.

Coût des intrants et compétitivité en France, Allemagne et Italie. DG Trésor. Avril 2020.

Publié le 27/04/2020

Trésor-Éco n° 258, 23 avril 2020.

par Corentin PONTON.

Résumé

La dynamique des prix dans les secteurs à l'abri de la concurrence internationale, en particulier dans les services, pèse directement sur l'évolution de la compétitivité des entreprises manufacturières, à travers le coût des intrants utilisés pour leur production. Face à des coûts d'intrants dynamiques, les industriels ont tendance à compresser leurs marges afin de maintenir leur compétitivité vis-à-vis de leurs concurrents étrangers. C'est le cas en France et en Italie sur la période pré-crise.

Sommaire

1. Le coût des consommations intermédiaires représente environ 3/4 de la valeur de la production de l'industrie manufacturière

2. En France et en Italie, la dynamique du coût des intrants en services a pesé sur la compétitivité du secteur manufacturier

3. En Allemagne avant la crise, la modération salariale et la dérégulation ont fortement freiné les prix des services

3.1 En France et en Italie les prix des services avant-crise ont reflété le dynamisme des salaires
3.2 En Allemagne, la dérégulation des services professionnels aux entreprises a contribué à la modération du coût de ces intrants pour l'industrie

4. Les industries françaises et italiennes ont réduit leur taux de marge avant-crise, mais insuffisamment en Italie

Graphique : Coût unitaire des consommations intermédiaires en services dans l'industrie manufacturière

Source : Trésor-Éco n° 258, avril 2020.