Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Croissance de la productivité et réallocation des ressources en France : le processus de destruction création. Insee. Juillet 2019.

Croissance de la productivité et réallocation des ressources en France : le processus de destruction création. Insee. Juillet 2019.

Publié le 20/07/2019

Un processus de sélection du marché «efficace» devrait permettre la réallocation des ressources des entreprises les moins performantes vers les entreprises les plus performantes et accroître par voie de conséquence leur productivité ainsi que celle de leur secteur d'activité. En France, le ralentissement de la productivité dans les années 2000 serait en partie attribué, selon certaines études récentes, à une mauvaise réallocation des ressources (inefficience allocative). Cet article nuance ce constat à partir d'un large échantillon d'entreprises françaises et montre que ce ralentissement pourrait s'expliquer par l'incapacité des entreprises à s'adapter à un environnement de plus en plus évolutif et hautement concurrentiel. La réallocation des ressources jouerait cependant un rôle très important en France dans l'amélioration des performances de l'appareil productif.

Economie et Statistique n°507-508, 11 juillet 2019, p.115–133.

par Haithem Ben Hassine.

Version imprimable.

L'article en une page.

Résumé

Sur la base d'un large échantillon d'entreprises françaises nous étudions la contribution de la réallocation des ressources et celle de l'effet d'apprentissage à l'évolution de la productivité totale des facteurs (PTF) avant (2000-2007) et après (2008/2009-2012) la crise de 2008. Nous montrons dans un premier temps que la croissance de la PTF est très faible avant la crise et qu'un fléchissement est observé entre 2008 et 2012. Ensuite, nous montrons que l'évolution de la PTF est fortement dépendante de l'effet d'apprentissage, mesuré ici par les performances internes propres aux entreprises. Sa contribution négative après la crise témoigne des difficultés rencontrées par les entreprises en France pour ajuster rapidement et efficacement leur échelle de production. Cet effet a toutefois été atténué par 1) un processus de réallocation des ressources vers les entreprises pérennes les plus productives qui ne s'est manifesté de manière robuste qu'à partir de 2009 et 2) un processus schumpétérien de destruction-création (cleansing effect), plus précoce, apparu dès 2008.

Productivité totale moyenne des facteurs de l'ensemble des entreprises et selon le type (entreprise pérenne, entrante, sortante) 2000-2012

Évolution du taux de croissance annuel moyen de la productivité totale des facteurs et contribution de l'effet d'apprentissage et de la réallocation totale des ressources

Source : Ben Hassine, H. (2019). Productivity Growth and Resource Reallocation in France: The Process of Creative Destruction. Economie et Statistique / Economics and Statistics, 507-508, 115–133.