Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Inégalités de patrimoine en France : quelles évolutions de 1800 à 2014 ? Banque de France. Juillet 2018.

Inégalités de patrimoine en France : quelles évolutions de 1800 à 2014 ? Banque de France. Juillet 2018.

Publié le 16/07/2018

Rue de la Banque n°66, 12 juillet 2018.

Version pdf imprimable.

par Bertrand Garbinti (Banque de France et CREST) et Jonathan Goupille-Lebret (Paris School of Economics, GATE-Lyon).

Résumé

Ce Rue de la Banque analyse l'évolution du patrimoine en France sur longue période, de 1800 à 2014, à partir d'estimations issues de Garbinti, Goupille-Lebret et Piketty (2017). Après une grande stabilité au cours du XIXe siècle, les inégalités ont fortement diminué à partir du début du XXe siècle puis se sont accrues, de manière faible mais continue, depuis le milieu des années 1980. Les actifs financiers ont pris une place de plus en plus importante au sein du patrimoine des individus les plus riches à partir des années 1970. Dans une perspective de long terme, des scénarios très contrastés sont envisageables concernant les évolutions des inégalités de patrimoine, selon les inégalités de revenus du travail, de taux d'épargne et de rendement des portefeuilles d'actifs.

Sommaire

1. 1800-2014 : stabilité au cours du XIXe siècle, forte décroissance au début du XXe siècle, puis remontée faible mais continue des inégalités

2. Décomposition des évolutions récentes (1970-2014)

3. Un modèle pour illustrer l'effet de long terme des inégalités de taux d'épargne, de rendements du portefeuille et de revenus du travail

Sources de l'étude

Mesurer la répartition de la richesse nationale nécessite un grand nombre de sources de données et de méthodologies imparfaites et parfois contradictoires. Pour mener à bien un projet de documentation de long terme de l'évolution des inégalités de patrimoine en France, nous utilisons plusieurs sources de données. Pour la période la plus ancienne (de 1800 aux années 1970), nous mobilisons les données de successions qui permettent, via une méthode simple de repondération du patrimoine des morts par un coefficient de mortalité différenciée, de calculer la richesse des vivants. Pour la période récente (1970‑2014), nous utilisons à la fois les sources fiscales de l'impôt sur le revenu et les enquêtes Patrimoine et Logement de l'Insee. Cette méthodologie nous permet non seulement de décrire l'évolution du patrimoine en France de 1800 à 2014 mais également de présenter l'évolution de la composition des portefeuilles des différents groupes de richesse depuis 1970. Enfin, nous proposons un modèle simple pour illustrer l'effet des déterminants clés de l'accumulation de patrimoine sur les inégalités (inégalités de revenu du travail, d'épargne et de taux de rendement des portefeuilles).

graphique Concentration du patrimoine en France 1800-2014

Source : Rue de la Banque n°66, juillet 2018