Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Inégalités, pauvreté et mobilité sociale aux Etats-Unis. Trésor-Éco. Mai 2015.

Inégalités, pauvreté et mobilité sociale aux Etats-Unis. Trésor-Éco. Mai 2015.

Publié le 12/05/2015
"Inégalités, pauvreté et mobilité sociale aux états-Unis : un enjeu économique et social d'envergure", Lettre de Trésor-éco n°147, 11 mai 2015.

Résumé

Aux états-Unis, les inégalités de revenu et de richesse ont augmenté depuis la fin des années 1970, leur hausse n'ayant été que temporairement interrompue par la crise, en 2007. Parallèlement, après avoir été divisé par deux entre la fin des années 1950 et le début des années 2000, le taux de pauvreté a nettement progressé et a aujourd'hui retrouvé son niveau du milieu des années 1960. Enfin, à l'opposé de la représentation traditionnelle du rêve américain, la mobilité sociale aux états-Unis est depuis des décennies l'une des plus faibles des pays de l'OCDE.
Les explications à ces évolutions des inégalités, de la pauvreté et de la mobilité sociale sont nombreuses mais loin d'être toutes consensuelles. Trois grands facteurs explicatifs peuvent être distingués : (i) la transformation progressive du marché du travail en lien avec le développement technologique, qui s'est traduite par une polarisation croissante des emplois entre ceux très qualifiés et bien rémunérés et les emplois peu qualifiés, faiblement rémunérés ; (ii) les difficultés du système éducatif à jouer le rôle d'ascenseur social et à répondre aux besoins croissants en main d'oeuvre qualifiée du secteur privé ; (iii) l'effet redistributif limité du système fiscalo-social qui ne corrige que modérément les inégalités de revenu.
Si les implications des inégalités sur la croissance font encore l'objet de débats, un nombre croissant d'études montre qu'elles constitueraient un frein à la croissance. Notamment, le creusement des inégalités limiterait l'accumulation de capital humain en réduisant les possibilités d'instruction d'un nombre croissant de défavorisés. En outre, la propension à consommer des ménages les plus pauvres étant supérieure à celle des plus aisés, l'accroissement d'inégalités de revenu pèserait à terme sur la consommation. La hausse des inégalités n'a pour l'instant eu qu'un impact limité sur l'économie américaine : ses effets négatifs semblent avoir été masqués dans les années 2000 par une forte hausse de l'endettement des ménages. Depuis la crise de 2007, le durcissement des conditions d'accès au crédit des ménages devrait limiter le risque d'un retour à un niveau d'endettement non soutenable. La poursuite de la hausse des inégalités pourrait alors commencer à peser sur la croissance, à moins d'un redressement des salaires des plus modestes, à la faveur d'un relèvement du salaire minimum au niveau local ou fédéral, voire à la seule initiative d'entreprises.
Pour lutter contre les effets de l'accroissement de la pauvreté et des inégalités, des économistes et organisations internationales préconisent de larges réformes structurelles, telles que l'amélioration de la formation des chômeurs ou la réduction des niches fiscales en faveur des plus aisés. Néanmoins, si l'ensemble des économistes américains s'inquiète du haut niveau de la pauvreté et de la faiblesse de la mobilité sociale, ils restent plus divisés vis-à-vis des inégalités.

Sommaire

1. Les niveaux de plus en plus élevés d'inégalités et de pauvreté ainsi que la faiblesse de la mobilité sociale relativement aux autres pays alimentent l'insatisfaction sociale des Américains
1.1 Depuis la fin des années 1970, les Etats-Unis enregistrent une hausse tendancielle des inégalités de revenu et de richesse
1.2 à la progression tendancielle des inégalités s'ajoute une remontée de la pauvreté depuis le début des années 2000, fortement accentuée par la crise
1.3 La mobilité sociale aux états-Unis serait l'une des plus faibles parmi des pays de l'OCDE
2. Trois grands facteurs seraient à l'origine de ces évolutions : la transformation du marché du travail, la difficulté du système éducatif à jouer son rôle d'ascenseur social et la redistributivité limitée du système fiscalo-social
2.1 La transformation progressive du marché du travail amorcée depuis le début des années 1970 aurait conduit à creuser les inégalités
2.2 Le système éducatif n'assurerait pas pleinement la fonction d'ascenseur social et aurait du mal à répondre aux besoins croissants en main d'œuvre qualifiée du secteur privé
2.3 Le système fiscalo-social américain ne réduirait que de façon relativement modeste la progression des inégalités de revenu
2.4 Par ailleurs, les ménages les plus aisés disposeraient d'une influence croissante sur le
pouvoir politique
3. Jusqu'à présent, l'activité américaine ne semble pas avoir souffert de ces évolutions même si la forte progression de l'endettement a pu contribuer à masquer leurs effets économiques négatifs avant la crise de 2007
3.1 La hausse structurelle des inégalités aurait dû peser sur l'activité outre-Atlantique
3.2 Paradoxalement, la consommation des ménages s'est avérée très dynamique entre 1980 et 2010
3.3 Le dynamisme de la consommation s'expliquerait en grande partie par la hausse de l'endettement des ménages
4. Les réformes à entreprendre pour lutter contre les effets potentiellement négatifs des inégalités, de la pauvreté et de la faiblesse de la mobilité sociale aux états-Unis sont au coeur des débats des économistes et des organisations internationales
4.1 Cette analyse de la période pré-crise conduit à s'interroger sur la reprise actuelle de l'économie américaine en l'absence d'un redémarrage de l'endettement
4.2 L'ampleur des inégalités, ses effets sur l'économie et les mesures à prendre par les pouvoirs publics ne font néanmoins pas consensus au sein des économistes