Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / La mobilité sociale marque le pas dans les pays de l'OCDE. OCDE. Juin 2018.

La mobilité sociale marque le pas dans les pays de l'OCDE. OCDE. Juin 2018.

Publié le 22/06/2018

La synthèse du rapport : "Des mesures s'imposent pour s'attaquer aux blocages de l'ascenseur social", 15 juin 2018.

Résumé

Alors que les inégalités de revenu se creusent depuis les années 90, la mobilité sociale marque le pas : les personnes situées au bas de l'échelle sont désormais moins nombreuses à grimper les échelons, tandis que les plus riches conservent, dans une large mesure, leurs privilèges. Or les effets d'une telle situation sur le plan économique, social et politique sont très dommageables, selon un nouveau rapport publié par l'OCDE. L'étude "A Broken Social Elevator? How to Promote Social Mobility" montre que, compte tenu des niveaux actuels d'inégalités et de mobilité intergénérationnelle sur l'échelle des revenus, au moins cinq générations (ou 150 ans) pourraient être nécessaires, en moyenne dans les pays de l'OCDE, pour que les enfants de familles modestes parviennent à se hisser au niveau du revenu moyen. Dans les pays nordiques, cela pourrait prendre deux à trois générations seulement, tandis que dans certaines économies émergentes, ce processus pourrait se dérouler sur neuf générations ou plus. Un enfant sur trois dont le père a des revenus modestes percevra lui aussi de faibles revenus ; pour les deux autres tiers, la mobilité ascendante sur l'échelle des revenus se limitera souvent à l'échelon voisin.

D'une génération à l'autre, les perspectives de mobilité sur l'échelle des revenus sont généralement moins favorables dans les pays caractérisés par de fortes inégalités de revenu, et plus favorables dans les pays où les inégalités sont peu marquées. Les pays nordiques conjuguent mobilité élevée sur l'échelle des revenus et inégalités faibles, contrairement aux pays latino-américains et à certaines économies émergentes où la mobilité est faible alors que les inégalités sont prononcées.

Pour un grand nombre de personnes nées de parents peu qualifiés entre 1955 et 1975, la mobilité sur l'échelle des revenus était une réalité ; pour celles qui sont nées après 1975, elle s'est considérablement restreinte.

Le rapport de l'OCDE (en anglais) : A Broken Social Elevator ? How to Promote Social Mobility (Un ascenseur social en panne ? Comment promouvoir la mobilité sociale ?), 15 juin 2018.

Résumé

Ce rapport apporte de nouveaux résultats sur la mobilité sociale dans un contexte d'inégalités croissantes de revenu dans les pays de l'OCDE et certaines économies émergentes. Il couvre à la fois la mobilité intergénérationnelle, entre parents et enfants, et la mobilité intragénérationnelle en termes de revenus. Il met en évidence les faibles perspectives de mobilité intergénérationnelle (dans ses différentes dimensions : revenus, niveau d'éducation, profession, santé) et de mobilité intragénérationnelle (dans sa dimension monétaire). Il fait apparaître en particulier un manque de mobilité en bas et en haut de la hiérarchie sociale. Ce manque de mobilité sociale a des conséquences économiques, sociales et politiques. Le rapport examine les mesures que peuvent prendre les pouvoirs publics pour améliorer la mobilité sociale entre et au sein des générations.

La note pour la France (en anglais) : How does France compare ?, A Broken Social Elevator ?, juin 2018.

Outil interactif proposé par l'OCDE : Compare your income - Comparez vos revenus, avec de nouvelles questions sur la mobilité économique suivant les générations.

• Site Inclusive growth de l'OCDE.

Base de données de l'OCDE sur la distribution des revenus (gini, pauvreté, revenus, méthodes et concepts).

 

Il faut 5 générations (ou 150 ans) en moyenne dans l'OCDE, et 6 générations en France, pour que les enfants de familles modestes atteignent le niveau du revenu moyen :

graphique

Source : OCDE, A Broken Social Elevator ? Note pour la France, juin 2018