Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Le sentiment d'insécurité : dimensions et évolutions. CESDIP. Septembre 2017.

Le sentiment d'insécurité : dimensions et évolutions. CESDIP. Septembre 2017.

Publié le 30/09/2017

Questions pénales, n°XXX.2, juin 2017.

par Philippe Robert (Directeur de recherches émérite au CNRS) et Renée Zauberman (Directrice de recherches au CNRS), responsables de l'Observatoire scientifique du crime et de la Justice.

Résumé

En un tiers de siècle, l'insécurité est devenue omniprésente dans le débat public. Mais les observations et les analyses alimentant ce débat pâtissent souvent de ne disposer que de données parcellaires ou monographiques et sans grande profondeur chronologique. Philippe Robert et Renée Zauberman travaillent sur cette question depuis les années 1980. Ils reviennent aujourd'hui sur l'insécurité en France armés de nouvelles données disponibles : des enquêtes locales, des enquêtes sur les victimations et l'insécurité à l'échelle de la France métropolitaine mais aussi en région Île-de-France. Ces données, bien qu'imparfaites, permettent de documenter les différents aspects de l'insécurité (de quoi a-t-on peur ? où se sent-on en insécurité ?) et de suivre leurs évolutions (comment a évolué la préoccupation pour la délinquance ?).

Cette étude dresse un tableau des peurs du crime et de la préoccupation sécuritaire en France, en proposant une typologie de celles-ci entre 2007 et 2012. Il ressort que plus des deux tiers de la population n'exprime pas ou peu de peur de la délinquance et de préoccupation sécuritaire, considérant le chômage (55%) ou la pauvreté (16%) comme le principal problème social. Un cinquième de la population réunit les deux facettes du sentiment d'insécurité : la délinquance constitue pour eux à la fois une menace personnelle et un grave problème de société. Pour la seule Île-de-France, cette proportion s'élève à un tiers des Franciliens. Enfin, un troisième groupe de personnes, les "obsédés de la sécurité" (8% pour la France métropolitaine), ne se sent pas personnellement menacé par la délinquance mais la place au premier rang des problèmes de société.

Sommaire

1. Des peurs diverses

  • On a peur avant tout pour ses enfants
  • Un lieu inquiétant : les transports en commun urbains
  • Une peur très variable selon le quartier où l'on habite
  • La peur au domicile est moins répandue

2. La préoccupation pour la délinquance : des accès de fièvre

3. Sécures, insécures, obsédés

 

Évolution des préoccupations (%) en France et Île-de-France, 2001-2015

graphique évolution des préoccupations (chômage pauvreté, délinquance, terrorisme)

Source : Questions pénales n°XXX.2, juin 2017

Pour aller plus loin :

P. Robert, R. Zauberman, Du sentiment d'insécurité à l'État sécuritaire, Éditions Le Bord de l'Eau, 2017.

Observatoire scientifique du crime et de la Justice (Cesdip).