Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les banques sont-elles responsables de la crise? SorbonnEco. Janvier 2015.

Les banques sont-elles responsables de la crise? SorbonnEco. Janvier 2015.

Publié le 28/01/2015
Blog SorbonnEco, Billet du 20 janvier 2015.

par Jézabel Couppey-Soubeyran, spécialiste des questions d'économie bancaire et financière, Maître de conférences à l'Université Paris 1, chercheur au CES, affiliée à PSE-Ecole Economie de Paris et conseillère scientifique au Conseil d'analyse économique.

Résumé

Les banques sont-elles responsables de la crise que l'on traverse depuis 2007-2008 ? Oui en grande partie ! répond Jézabel Couppey-Soubeyran. Elles n'ont cessé de grossir avant la crise, dans un contexte qui a favorisé leur prise de risque (une politique monétaire accommodante, des règles de prudence insuffisantes, des autorités conciliantes...). Leurs bilans énormes, gonflés à l'hélium de la dette, les ont rendues "trop grosses pour tomber", mais également "trop grosses pour être sauvées" par des Etats nationaux piégés par cette expansion qu'eux-mêmes ont pourtant encouragée. Depuis la crise, des réformes ont été menées, qui visent à ce que les banques fassent moins supporter leurs risques à la collectivité. Les règles prudentielles ont été renforcées. Mais, toujours aussi complexes, notamment en ce qui concerne les exigences de fonds propres, elles contraignent peu les grandes banques qui, à l'aide de leurs modèles internes, continuent d'"optimiser" le calcul de leurs risques. Quant aux autorités qui les font appliquer, elles demeurent nationales face à des établissements d'envergure internationale. En Europe, les choses sont enfin en train de changer : avec l'Union bancaire, les grandes banques de la zone euro sont désormais surveillées par la Banque centrale européenne. Mais beaucoup reste à faire. Jézabel nous livre ici les clés des règles prudentielles et des mesures à prendre pour rétablir la sécurité financière.