Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les déterminants de l'investissement des entreprises. BNP Paribas. Octobre 2016.

Les déterminants de l'investissement des entreprises. BNP Paribas. Octobre 2016.

Publié le 18/10/2016

Cette étude propose une synthèse des travaux empiriques récents sur les déterminants de l'investissement des entreprises, notamment depuis la crise financière. Des données, intéressantes pour traiter le chapitre sur la croissance en terminale, permettent de montrer le caractère volatil de l'investissement par rapport au PIB et sa contribution significative à la croissance en période de récession. Les facteurs déterminants de la formation de capital mis en évidence sont la demande et les perspectives de croissance, les conditions de financement, la confiance et l'incertitude (incertitude qui peut conduire à des décisions court-termistes). Les mesures de politiques économiques ont aussi un effet indirect sur les comportements d'investissement en agissant sur la confiance, l'accès au financement, l'effet d'accélérateur et la réduction de l'incertitude.

"Quels sont les déterminants de l'investissement des entreprises ?", BNP Paribas. Octobre 2016.

par William De Vijlder.

Résumé : Volatil par nature, l'investissement des entreprises a un impact notable sur la variabilité du PIB. Le capital étant un facteur de production, il influence aussi la production potentielle et son taux de croissance. Conséquence du lent redressement du PIB après la Grande Récession, l'investissement est resté modéré ces dernières années. D'après la recherche empirique, la formation de capital dépend à la fois du chiffre d'affaires attendu par rapport aux capacités de production, des conditions de financement, des tensions financières et de la confiance par rapport à l'incertitude.

 

Nous vous signalons aussi cette autre étude de BNP Paribas, également intéressante pour le chapitre sur la croissance de terminale :

"Le ralentissement de la croissance de la productivité", Conjoncture, sept-oct 2016.

Résumé : Au cours de la dernière décennie, les gains de productivité ont diminué dans les économies avancées. C'est un facteur majeur de stagnation des revenus et de baisse des taux d'intérêt nominaux et réels. Cette situation économique évoque une « stagnation structurelle ». Toutefois, la progression de la productivité à la frontière technologique est restée forte, mais la diffusion des nouvelles technologies ralentit. La productivité pourrait être stimulée par d'autres innovations et par la levée des barrières qui entravent leur diffusion.