Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les écarts de rémunération femmes-hommes dans la fonction publique. Insee. Septembre 2016.

Les écarts de rémunération femmes-hommes dans la fonction publique. Insee. Septembre 2016.

Publié le 30/09/2016

Un dossier d'Économie et Statistique n°488-489 de septembre 2016 fournit de nouvelles données et analyses sur les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes dans les trois fonctions publiques. Il répond au besoin de disposer d'une évaluation précise de ces inégalités salariales et d'une analyse détaillée de leurs causes, suite à l'accord sur l'égalité professionnelle entre les femmes et les hommes dans la fonction publique de mars 2013. Pour cela, les chercheurs de l'Insee ont cherché à tenir compte de caractéristiques fines de l'emploi pour mesurer les effets de structure (temps de travail, mais aussi âge, ancienneté, type d'emploi, etc.). Les études présentées dans ce numéro mettent en lumière des aspects variés des inégalités salariales selon le genre dans la fonction publique. Malgré leurs différences de méthode, elles confirment d'une part l'ampleur des écarts de rémunération femmes-hommes au sein de la fonction publique, d'autre part la contribution décisive de l'inégal accès selon le genre aux postes de responsabilité dans l'explication de ces écarts salariaux.

Les femmes sont plus nombreuses à travailler dans la fonction publique que dans le secteur privé et représentent 62% des effectifs de ce secteur en France. Mais elles y sont moins payées en moyenne que les hommes (environ 15% de moins en France en équivalent temps plein), même si l'écart de salaires y est un peu plus resserré que dans le secteur privé. Cet écart tend à s'élargir lorsque l'on s'élève dans la hiérarchie des salaires et des emplois, les femmes étant plus rares dans les postes les mieux rémunérés et dans les emplois d'encadrement de la fonction publique. Le phénomène du "plafond de verre" est donc bien présent dans la fonction publique. Mais, d'après les travaux réalisés, il varie en fonction de l'âge et des professions occupées : il est absent chez les magistrats âgés de 40 à 45 ans ou les infirmier-ère-s, mais réel chez les enseignant-e-s ou les adjoint-e-s administratifs.

C'est dans la fonction publique d'État et la fonction publique territoriale que la ségrégation professionnelle entre hommes et femmes est la plus forte, avec une part non négligeable de ségrégation verticale (obstacles à l'accès à certains corps et grades). Il apparaît également que les écarts de rémunération tendent à augmenter avec l'âge, au fur et à mesure de l'avancement dans la carrière, tout particulièrement dans la catégorie A : à 50 ans, une femme gagne en moyenne 23,3% de moins qu'un homme au sein de cette catégorie.

Au sommaire :

Introduction : Analyser les inégalités salariales entre les hommes et les femmes dans la fonction publique avec les données du Système d'information sur les agents des services publics, par Yannick L'Horty et Dominique Meurs.

Égalité professionnelle entre les hommes et les femmes : des plafonds de verre dans la fonction publique ?, par Florent Fremigacci, Laurent Gobillon, Dominique Meurs et Sébastien Roux

Les sources de l'écart de rémunération entre femmes et hommes dans la fonction publique, par Chloé Duvivier, Joseph Lanfranchi et Mathieu Narcy

La contribution des écarts de rémunération entre les femmes et les hommes à l'inégalité des rémunérations dans la fonction publique : une approche par la décomposition des inégalités, par Frédéric Chantreuil, Frédéric Gavrel, Jean-Pascal Guironnet et Isabelle Lebon