Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les flux migratoires et la population immigrée en France. Insee. Octobre 2015.

Les flux migratoires et la population immigrée en France. Insee. Octobre 2015.

Publié le 15/10/2015
"Populations française, étrangère et immigrée en France depuis 2006", Insee Focus n°38, octobre 2015.

Résumé

Au 1er janvier 2014, la France compte 65,8 millions d'habitants hors Mayotte : 11,6% d'entre eux sont nés à l'étranger, 8,9% sont immigrés et 6,4% sont de nationalité étrangère. Au cours des années 2006 à 2013, l'ensemble de la population résidant en France a augmenté de 2,6 millions de personnes, celle de nationalité française de 2,1 millions. Les immigrés, qui ne sont pas tous de nationalité étrangère, comptent 700000 personnes en plus. Leur part dans la population s'est accrue de 0,8 point entre 2006 et 2014.

Sommaire

  • 11,6% des habitants sont nés à l'étranger
  • 8,9% des habitants sont immigrés
  • 6,4% des habitants sont de nationalité étrangère
  • De 2006 à 2014, 2,1 millions de Français et 500000 étrangers en plus
  • Sources, définitions, bibliographie



"L'analyse des flux migratoires entre la France et l'étranger entre 2006 et 2013. Un accroissement des mobilités", Insee Analyses n°22, octobre 2015.

Version en ligne.

Résumé

Selon le dernier bilan démographique (publié en janvier 2015), le solde migratoire de la France s'établit à +33000 personnes en 2013. Il était de +112000 en 2006. Ce solde résulte de mouvements migratoires entre la France et l'étranger de trois catégories de personnes qui vivent en France : celles qui sont nées en France, les immigrés et les personnes nées françaises à l'étranger. Les travaux présentés ici visent à quantifier l'ensemble de ces mouvements sur la période 2006 à 2013. Outre l'analyse du solde migratoire, réalisée habituellement par le rapprochement des données du recensement et des données de l'état civil, cette méthode présente une exploitation nouvelle des recensements successifs pour estimer les flux d'entrées sur le territoire et par déduction les flux des sorties.
Les départs vers l'étranger des personnes nées en France se sont amplifiés depuis 2006, alors que leurs retours, moins nombreux, ont peu varié sur la période. Leur solde migratoire est ainsi négatif et a doublé sur la période : il est estimé à -120000 personnes en 2013 contre -60000 en 2006. Dans le même temps, le nombre d'entrées d'immigrés a progressé, mais à un rythme plus faible que leurs sorties du territoire, si bien que le solde migratoire des personnes immigrées, estimé à +140000 personnes en 2013, s'inscrit en léger recul par rapport à 2006 (+164000). Enfin, les flux d'entrées et de sorties des personnes nées françaises à l'étranger sont plus faibles ; leur solde migratoire s'élève à +13000 en 2013.
L'augmentation récente des sorties de personnes nées en France vient gonfler la présence française à l'étranger : en 2013, un peu moins de 3 millions et demi de personnes nées en France vivraient à l'étranger.

Sommaire

  • Un bilan démographique pour les immigrés, les personnes nées françaises à l'étranger et celles nées en France
  • Le faible solde migratoire de la France résulte de flux importants qui se compensent
  • Un quart des personnes arrivant en France en 2013 y sont nées
  • Davantage de personnes nées en France partent pour l'étranger
  • Les immigrés partent plus nombreux aux âges actifs

Encadré :
La présence française à l'étranger