Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les inégalités de genre sous l'oeil des démographes. Ined. Décembre 2014.

Les inégalités de genre sous l'oeil des démographes. Ined. Décembre 2014.

Publié le 17/12/2014
Population et Sociétés n°517, décembre 2014.

par Christelle Hamel et Wilfried Rault, Unité de recherche Démographie, genre et sociétés de l'Ined.

Résumé

Les études démographiques montrent l'importance des avancées récentes en matière d'égalité entre les sexes et aussi le chemin restant à parcourir. Que l'on considère les représentations véhiculées par les manuels scolaires, les trajectoires professionnelles, la répartition des activités domestiques et familiales, l'évolution des normes conjugales et sexuelles, ou encore l'exposition aux violences et l'état de santé, les constats issus des données d'enquête se rejoignent. Les trajectoires de vie des femmes et des hommes se rapprochent mais, les inégalités demeurent le plus souvent au détriment des femmes.


Les manuels scolaires, reflets des stéréotypes de genre

Les manuels scolaires fourmillent de stéréotypes de genre qu'ils contribuent à reproduire. Le recensement exhaustif des personnages illustrant 20 manuels de mathématiques utilisés en 2008 dans l'enseignement primaire en France révèle la vitalité des normes de genre peu respectueuses du principe d'égalité. Parmi les personnages représentés, on recense en moyenne plus de garçons que de filles, et parmi les adultes, plus d'hommes que de femmes. Les garçons représentent jusqu'aux deux tiers des personnages. Un seul manuel fait exception : on y compte moitié de filles, dans les autres, elles sont toujours minoritaires. Les femmes adultes, parfois totalement absentes, ne représentent au plus que 11% des personnages, tandis qu'on compte jusqu'à 35% d'hommes adultes. Les portraits dessinés des enfants des deux sexes sont proches. Seuls des détails les distinguent: les garçons, plus souvent dotés de matériel scolaire, sont dans des postures plus actives (crayon en main en train de réaliser un exercice); les filles expriment parfois des émotions, par exemple face à la difficulté d'un exercice, ce que les garçons ne font jamais. Les différences se cristallisent surtout dans la manière de représenter les adultes. Les femmes sont principalement associées à des activités domestiques ou à des métiers qui prolongent leurs fonctions familiales traditionnelles: éducation, commerce alimentaire. La diversification récente des trajectoires professionnelles féminines n'est pas représentée. à l'inverse, les hommes sont d'abord mis en scène dans leur activité professionnelle et ils exercent une large palette de métiers.
Source : http://www.ined.fr/fr/publications/population-et-societes/inegalites-genre-oeil-demographes/