Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les "nouvelles routes de la soie" : essai d'évaluation. CEPII. Février 2019.

Les "nouvelles routes de la soie" : essai d'évaluation. CEPII. Février 2019.

Publié le 27/02/2019

Michel Fouquin et Jean-Raphaël Chaponnière consacrent 4 billets du blog de CEPII au «Belt and Road Initiative» (BRI) ou «nouvelles routes de la soie», le gigantesque programme d'investissement lancé en 2013 par président chinois Xi Jinping, afin d'affirmer la puissance économique et stratégique de la Chine. Il vise à désenclaver les parties les plus éloignées du territoire chinois et à mieux connecter la Chine à l'ensemble du continent eurasiatique ainsi qu'à l'Afrique, par la création d'un vaste réseau d'infrastructures, terrestres et maritimes, et à terme l'installation de réseaux de fibre optique. Le projet "One Belt, One Road" doit relier la Chine à l'Europe grâce à une "ceinture" terrestre au nord, empruntant en partie l'ancienne route de la Soie (Asie centrale, Moyen-Orient et Europe orientale), et une "route" maritime passant par l'Asie du Sud-Est, l'Océan Indien, les côtes africaines et remontant jusqu'à la mer Méditerranée.

Ces 4 billets examinent les enjeux du programme de nouvelles routes pour la Chine ; les différents projets du BRI, impliquant environ 80 pays (la ceinture eurasiatique, les trois corridors, les ports et les routes maritimes partant des corridors) ; la question de son financement ; et enfin la faisabilité de cette stratégie compte tenu des montants en jeu, des risques associés à certains investissements, de la méfiance croissante des occidentaux à l'égard des investissements chinois et de l'hégémonie du dollar.

Les "nouvelles routes de la soie" (1/4) : Une vision chinoise de la mondialisation, 7 janvier 2019

Résumé : Depuis plus de trente ans la Chine enregistre des excédents commerciaux exceptionnels et accumule des réserves financières hors du commun qui représentent près de deux fois celles de son suivant immédiat le Japon. Ces excédents incommodent ses partenaires les plus importants tels que les États-Unis et l'Union européenne. La Chine elle-même s'interroge sur ce qui serait l'usage le plus efficace de ces excédents. C'est ainsi qu'en 2013, le Président Xi Jinping un programme pharaonique à très long terme d'investissement pour le développement accéléré des connections entre toutes les régions du monde, remettant au goût du jour le concept des «routes de la soie», dont la traduction anglaise a été rebaptisée Belt and Road Initiative (BRI).

Les "nouvelles routes de la soie" (2/4) : La Ceinture, les Corridors et les Routes, 28 janvier 2019.

Résumé : Initialement Belt and Road Initiative (BRI) est un projet centré sur le développement d'infrastructures de transport et de gazoducs et sur le développement des connections entre l'Europe et l'Asie. Il s'organise à partir d'une ceinture eurasiatique et de corridors débouchant sur des routes maritimes.

Les "nouvelles routes de la soie" (3/4) : La Chine acteur global de la mondialisation, 11 février 2019.

Résumé : Un bilan de l'activité chinoise à l'international depuis 2013 frappe d'abord par la rapidité avec laquelle elle a fait de la Chine un acteur majeur de la mondialisation tant en termes d'investissements directs que de prêts aux pays en développement. Le projet des routes de la soie qui est un projet unique, hors norme, apparaît avant tout comme un moyen de structurer progressivement la vision chinoise de la mondialisation, qui allie intérêt économique et stratégique de la Chine à long terme.

Les "nouvelles routes de la soie" (4/4) : Des obstacles sur la route, 25 février 2019. IStock

Résumé : L'expansion internationale de la Chine emprunte de multiples voies : celles du commerce, de l'investissement, de la finance et de la monnaie, pour s'en tenir à l'économie. Ce faisant, elle poursuit différents objectifs. Le projet de nouvelles routes apparait comme le moyen de donner un cadre souple à cette stratégie globale de la Chine. Cependant on peut s'interroger sur sa faisabilité.