Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les représentations de la culture dans la population française. DEPS. Septembre 2016.

Les représentations de la culture dans la population française. DEPS. Septembre 2016.

Publié le 07/09/2016

Culture études, 2016-1, 5 septembre 2016.

par Jean-Michel Guy.

Résumé

Que recouvre le terme de «culture» dans l'esprit des Français, quelles sont les représentations spontanées qui lui sont associées et à quels registres renvoient-elles ? Pour le savoir, et dans la perspective de la reconduite de l'enquête décennale sur les pratiques culturelles des Français réalisée depuis 1970 par le ministère de la Culture et de la Communication, le Département des études, de la prospective et des statistiques (DEPS) a mené, auprès d'un échantillon de 1500 personnes représentatives de la population française, une étude sur les représentations et les valeurs associées à la culture.

Les évocations spontanées de mots et expressions pour référer à la culture peuvent être regroupées, selon leur proximité sémantique, en 28 registres. Le premier d'entre eux, mobilisé par 41% des Français, fait référence au savoir et à la connaissance, le deuxième à la littérature et à la lecture et le troisième à la musique et à la danse. Si l'on observe un consensus autour du patrimoine et des arts, mais aussi des voyages, de la science et de la cuisine comme faisant partie de la culture dans tous les cas, des lignes communes de rejet se dessinent également, excluant du champ culturel les émissions de télé-réalité et les séries télévisées, les jeux vidéo ou les parcs d'attraction.

Quatre grands types de conception de la culture se dégagent : le libéralisme culturel (tout est culturel), l'éclectisme critique (tout est potentiellement culturel, selon certains critères), le classicisme (le champ culturel n'est pas extensible) et l'attitude contestataire (la vraie culture est ailleurs). Si les jeunes (15-24 ans) incluent volontiers dans la culture des modes d'expression et des formes de culture médiatique, et les femmes un plus grand nombre de contenus et d'activités que les hommes, on observe globalement une faible influence des variables qui déterminent historiquement la participation culturelle, en particulier l'origine sociale. Tout se passe comme si une représentation commune de la culture assez extensive s'était imposée et traversait tous les groupes sociaux.