Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Mobilité sociale à l'école et inégalités scolaires. Insee. Juin 2018.

Mobilité sociale à l'école et inégalités scolaires. Insee. Juin 2018.

Publié le 21/06/2018

Cette publication propose de revisiter la "courbe de Gatsby" des revenus [1] au niveau de l'école, à partir des données PISA pour les pays de l'OCDE. Les auteurs mettent en évidence une relation inverse entre mobilité sociale à l'école (mesurée par un indicateur de mobilité sociale interdécile) et inégalités des résultats scolaires (écarts des scores des élèves aux tests PISA en mathématiques). Les systèmes scolaires avec une faible inégalité scolaire sont souvent aussi caractérisés par une plus forte mobilité sociale à l'école, c'est-à-dire qu'ils permettent davantage aux élèves de familles socialement défavorisées de se hisser parmi les meilleurs élèves. Inversement, les pays très inégalitaires en termes de résultats scolaires, à l'instar de la France, ont une faible mobilité sociale à l'école. Ce résultat questionne la capacité de l'école à promouvoir la mobilité sociale et donc l'égalité des chances en présence d'inégalité scolaire.

Mattéo Godin et Jean Hindriks, "Une comparaison internationale des systèmes scolaires basée sur la mobilité sociale", Économie et Statistique n°499, 13 juin 2018, p. 61-78.

Synthèse de l'article en une page.

Version intégrale imprimable.

Résumé

Nous proposons une comparaison internationale des systèmes scolaires des pays de l'OCDE en termes de mobilité sociale à l'école sur la base des résultats des tests PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) en mathématiques entre 2003 et 2015. Pour chaque pays, nous calculons, la mobilité sociale interdécile à l'école des élèves sur la base de leur rang au test PISA en mathématiques comparé à leur rang social dans leur pays et comparons ce nouvel indice d'équité à ceux généralement utilisés dans les études de l'Ocde (la pente et l'intensité du gradient social, et le pourcentage d'élèves résilients). Une nouvelle représentation, sous la forme de la «courbe de Gatsby de l'école», en référence à la courbe de Gatsby des revenus, est proposée : la mobilité sociale d'un système scolaire est étroitement liée à l'inégalité scolaire entre élèves et entre écoles. Les pays comme la Belgique ou la France avec une forte inégalité scolaire sont aussi caractérisés par une faible mobilité sociale à l'école. À l'inverse, des pays comme la Finlande ou le Canada sont caractérisés par une faible inégalité scolaire et une forte mobilité sociale à l'école. Une seconde conclusion importante de l'analyse est que les pays dans lesquels la mobilité sociale à l'école est supérieure à la moyenne sont aussi le plus souvent ceux qui présentent un niveau moyen de performance scolaire supérieure à la moyenne.

 La courbe de Gatsby des inégalités scolaires entre élèves (PISA 2003-2015)

Source : Économie et Statistique n°499, juin 2018

Note :

[1] Dans un discours au Center for American Progress de 2012, l'économiste Alan Krueger a utilisé l'expression "The Great Gatsby Curve" pour désigner la relation inverse entre inégalité économique et mobilité intergénérationnelle des revenus. Ce constat empirique, qui a suscité beaucoup de controverses, est inspiré des travaux de Miles Corak ("Income inequality, equality of opportunity, and intergenerational mobility", The Journal of Economic Perspectives, 27(3), 2013).