Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / On voit du numérique partout sauf… OFCE. Juillet 2018.

On voit du numérique partout sauf… OFCE. Juillet 2018.

Publié le 22/07/2018

Blog de l'OFCE, 17 juillet 2018.

par Cyrielle Gaglio et Sarah Guillou.

Résumé

Le numérique est au centre des débats sur les transformations du tissu productif, du marché de l'emploi, de la concentration du pouvoir économique et de l'énigme de la productivité. Pour en saisir les enjeux, il faut commencer par l'évaluer. Si la numérisation croissante de l'économie est un phénomène réel, celle-ci s'avère difficile à quantifier et à circonscrire – en raison de son caractère multidimentionnel – et donc à appréhender concrètement. L'approche sectorielle permet de saisir une grande partie de cette numérisation, non seulement en mesurant la place des secteurs producteurs de biens et services numériques, mais aussi en mesurant la consommation des secteurs de l'économie en intrants numériques. Cette approche est proposée dans l'étude de Gaglio et Guillou (2018) et permet de situer la France vis-à-vis de ses partenaires.

Comme ailleurs, le tissu productif français a profité, depuis le début des années 2000, de la baisse des prix des services des télécommunications et des prix du manufacturier numérique. Cette baisse des prix explique en grande partie la nature insaisissable du numérique dans la création de richesse, ce qui nous renvoie au fameux paradoxe de Robert Solow énoncé en 1987. La prégnance et la montée du numérique ne sont, en effet, pas aussi manifestes que l'on pourrait s'y attendre. C'est un constat qui est encore plus justifié pour la France, qui se retrouve, une fois n'est pas coutume, dans une position médiane qui appelle une plus forte mobilisation des acteurs pour rejoindre les pays de tête.

Pour aller plus loin :

Cyrielle Gaglio et Sarah Guillou, "Le tissu productif numérique en France", OFCE Policy Brief n°36, 12 juillet 2018.