Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Perspectives économiques 2015-2017 pour la France. OFCE. Octobre 2015.

Perspectives économiques 2015-2017 pour la France. OFCE. Octobre 2015.

Publié le 27/10/2015
"L'économie française sur la voie de la reprise", par Hervé Péléraux, Blog de l'OFCE, Billet du 23 octobre 2015.

"Le marché du travail sur la voie de la reprise", par Bruno Ducoudré, Blog de l'OFCE, Billet du 26 octobre 2015.

Pour aller plus loin : "France : retour sur désinvestissement, Perspectives 2015-2017 pour l'économie française", par Mathieu Plane, Bruno Ducoudré, Pierre Madec, Hervé Péléraux, Raul Sampognaro, Revue de l'OFCE n°144 (2015).

Résumé

Après une croissance décevante en 2014 (+0,2%), l'économie française s'engage dans une reprise lente, sa capacité de rebond à court terme étant entravée par un tissu productif dégradé par plusieurs années de désinvestissement. L'inertie des anticipations, les surcapacités existantes, la crise immobilière, le ralentissement chinois et la consolidation budgétaire, bien que moins aiguë que par le passé, limitent la reprise en 2015. Sur l'ensemble de l'année, la France enregistrerait une hausse du PIB de 1,1%, le taux de chômage se stabiliserait à 10% et le déficit public continuerait sa lente décrue, atteignant 3,7% du PIB.
Avec une croissance de 1,8%, 2016 serait l'année de la reprise, marquée par une hausse du taux d'investissement des entreprises, stimulé par l'amélioration du taux de marge, le très bas niveau du coût du capital et le redressement des perspectives d'activité. Après quatre années de contraction, l'investissement en logement repartirait, sous l'effet de l'amélioration des perspectives de mises en chantier. Sous l'effet de la dépréciation de l'euro et des politiques de compétitivité adoptées par le gouvernement, le commerce extérieur contribuerait positivement à la croissance (0,2 point de PIB en 2016, comme en 2015). Le rythme de croissance trimestriel du PIB, compris entre 0,5 et 0,6%, déclencherait la fermeture progressive de l'écart de production et la lente baisse du taux de chômage qui finirait l'année à 9,8%. Le déficit public se réduirait de 0,5 point de PIB, sous l'effet des économies réalisées et de la remontée des recettes fiscales générées par la reprise de l'activité.
Sous l'hypothèse d'un environnement macroéconomique durablement favorable, la fermeture de l'écart de production se poursuivrait en 2017 et le taux de chômage atteindrait 9,4% à la fin de l'année. Avec une hausse du PIB de 2% en 2017, le déficit public descendrait à 2,7% du PIB, repassant sous la barre des 3% pour la première fois depuis 10 ans.