Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Pour des Centres européens d'innovation et d'industrie. Fondation Robert Schuman. Février 2012.

Pour des Centres européens d'innovation et d'industrie. Fondation Robert Schuman. Février 2012.

Publié le 27/02/2012
Questions d'Europe n°230, 27 février 2012.par Franck Lirzin, économiste, ingénieur des mines, diplômé de l'Ecole Polytechnique et de l'Ecole des hautes études en sciences sociales.Dans cette étude, Franck Lirzin plaide pour la création de Centres Européens d'Innovation et d'Industrie (CEII) pour relancer la croissance en Europe. Ces Centres rassembleraient autour de thématiques données l'ensemble des outils d'innovation. Situés dans des zones frontières, ils accueilleraient des chercheurs et des entreprises de tous les pays européens. Fonctionnant sur une logique de "cluster", ils permettraient ainsi la circulation, non seulement des biens et capitaux, mais aussi des hommes et des idées.RésuméLa création d'une Union monétaire et économique en Europe, formant ainsi le premier marché du monde, devait ouvrir à tous les pays des opportunités de croissance sans précédent. 20 ans après, force est de constater que l'intégration européenne a contribué à augmenter le niveau de vie des citoyens européens, mais, dans le même temps, elle s'est accompagnée de déséquilibres croissants entre les pays. En l'absence de mécanismes de rappel ou de transferts financiers entre territoires, les fonctions productives et innovantes se sont concentrées dans un cercle géographique restreint dont l'Allemagne est le centre, tandis que les pays de la périphérie se sont engagés sur le chemin d'une croissance à crédit et non soutenable. La crise des finances publiques des gouvernements de la zone euro a révélé la nécessité de réintroduire des outils de politique industrielle au coeur de la politique économique de l'Union européenne.Alors que l'essentiel de la politique européenne reposait sur une logique horizontale de réglementation des marchés, de garantie d'une concurrence non faussée et d'une harmonisation des environnements économiques, il faut aujourd'hui y adjoindre des politiques verticales, prenant en compte les caractéristiques de chacun des secteurs et l'influence des facteurs géographiques et culturels.A l'heure où la croissance repose de plus en plus sur la capacité à relier ce qui est a priori différent et éloigné, l'Union européenne a la chance d'être un territoire complexe aux multiples ressources et d'avoir appris depuis la Seconde Guerre mondiale à travailler en complémentarité plutôt qu'en opposition. La création de Centres Européens d'Innovation et d'Industrie, rassemblant autour de thématiques données l'ensemble des outils d'innovation, depuis la recherche fondamentale jusqu'à l'accompagnement à la croissance des entreprises, serait un outil pertinent de relocalisation des activités productives dans toute l'Europe : situés dans des zones frontières, ils permettraient non seulement la circulation des capitaux et des biens, mais, surtout, celle des hommes, entrepreneurs, chercheurs, ingénieurs, dans un brassage d'idées et de culture nécessaire à une innovation technologique moderne.