Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Quand la BCE a-t-elle stoppé la contagion de la Covid-19 aux marchés financiers ? CEPII. Mars 2021.

Quand la BCE a-t-elle stoppé la contagion de la Covid-19 aux marchés financiers ? CEPII. Mars 2021.

Publié le 25/03/2021

Lettre du CEPII, n° 416, mars 2021.

par Aymeric Ortmans et Fabien Tripier.

Résumé

Au début de l'année 2020, la zone euro est entrée dans une double crise sanitaire et économique. À partir de la mi-février, les marchés boursiers et des dettes souveraines européens ont connu des tensions exceptionnelles, alimentées par la progression du nombre de cas de Covid-19. L'intervention de Christine Lagarde, le 12 mars, et son « nous ne sommes pas là pour resserrer les écarts de taux », a déclenché une nouvelle secousse sur les marchés et beaucoup considèrent que c'est l'intervention du 18 mars qui a permis de rétablir le calme. Pourtant la sensibilité des marchés au nombre de nouveaux cas de Covid-19, particulièrement forte début mars, s'est éteinte après l'intervention du 12 mars, mettant fin à une situation explosive sur les marchés de la dette souveraine italienne, espagnole et, dans une moindre mesure, française. La gestion de cette crise conforte le leadership de la BCE au sein des institutions européennes mais pose également la question de la poursuite de sa politique monétaire accommodante.

Sommaire

  • Face à la crise financière, la BCE est intervenue rapidement
  • Quand les marchés financiers ont-ils cessé de réagir à la diffusion de la Covid-19 ?
  • Quels enseignements peut-on tirer de la gestion de la crise par la BCE ?

 

Cliquez sur l'image pour agrandir les figures.

Nombre de cas de Covid-19 en Italie, écart de taux d'intérêt sur la dette souveraine à 10 ans par rapport à l'Allemagne et indice boursier, entre le 19 février et le 1er avril 2020

Graphiques : La transmission de la crise sanitaire aux marchés financiers en Italie

 

Écart de taux d'intérêt sur la dette souveraine à 10 ans par rapport à l'Allemagne en mars 2020 en Italie, Espagne et France (en %)

Graphique : Sans l'intervention de la BCE les écarts de taux d'intérêt se seraient envolés

Source : Lettre du CEPII, n° 416, mars 2021.