Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Quelles conséquences de la baisse du prix du pétrole ? DGT. Avril 2016.

Quelles conséquences de la baisse du prix du pétrole ? DGT. Avril 2016.

Publié le 12/04/2016

"Baisse du prix du pétrole : quelles conséquences pour l'économie mondiale et pour la France ?", Lettre Trésor-Éco n°168, 11 avril 2016.

Résumé

Restés à plus de 100 $ entre 2011 et mi-2014, les cours du pétrole ont connu une chute brutale, de plus de 70%, depuis l'été 2014. Cette baisse s'expliquait initialement à la fois par une demande mondiale de pétrole brut décevante et un bon approvisionnement des marchés. Depuis mi-2015, compte tenu d'une demande mondiale de pétrole globalement en ligne avec les anticipations, elle reflèterait davantage le maintien de quotas élevés de production de l'Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) et la forte production nord-américaine de pétrole non-conventionnel. En 2016, l'offre de pétrole pourrait rester abondante selon l'Agence Internationale de l'Énergie, alors que la baisse des cours tarde à se traduire par une baisse sensible de la production non conventionnelle (pétrole de roche mère) aux États-Unis, et que l'Iran pourrait augmenter de 20% sa production sur l'année.

Par le passé, l'effet d'une baisse du prix du pétrole était très positif pour l'économie mondiale. Cet effet positif sur l'activité provenait d'une part de la baisse du coût d'un intrant pour toutes les entreprises non pétrolières et, du côté de la demande au niveau mondial, de la redistribution opérée entre les pays producteurs et les pays consommateurs (les pays exportateurs de matières premières épargnent historiquement plus leur revenu que les autres pays).

L'impact de la baisse actuelle sur l'économie mondiale resterait positif, mais plusieurs effets, potentiellement cumulables, pourraient en limiter l'ampleur : (i) les effets positifs pour les pays importateurs pourraient être plus longs à se manifester, (ii) la situation très difficile dans laquelle la faiblesse des prix place de nombreux pays exportateurs les a amené à mettre en œuvre des politiques économiques restrictives, (iii) la réduction d'achats ou la vente d'actifs financiers par les fonds souverains pétroliers. En outre, la baisse du prix du pétrole peut favoriser un décrochage des anticipations d'inflation qui complique la tâche de la politique monétaire. Par ailleurs, l'économie américaine est affectée par son exposition accrue au secteur énergétique.

En tout état de cause, la baisse actuelle du prix du pétrole soutient sans conteste l'activité en zone euro, et en France en particulier. En France, les ménages verraient leur pouvoir d'achat augmenter de façon directe à court terme via la baisse des prix des carburants. Les entreprises bénéficieraient de baisses de leurs coûts de production, ce qui leur permettrait de reconstituer leurs marges, d'investir davantage ou de baisser leurs prix pour gagner en compétitivité. Ainsi, la baisse du prix du pétrole observée depuis la présentation du projet de loi de finances 2016 en septembre dernier viendrait soutenir l'activité à hauteur de 0,1 point en 2016 et de 0,15 point en 2017.

Les effets positifs de la baisse du prix du pétrole pourraient néanmoins se matérialiser à un rythme différent de celui observé en temps normal. En effet, d'un côté, les entreprises ont toujours un taux de marge en dessous de son niveau d'avant crise et un niveau d'endettement élevé, ce qui pourrait les conduire à épargner davantage les gains permis par la baisse du prix du pétrole plutôt que de les utiliser pour baisser leur prix. D'un autre côté, les ménages pourraient consommer plus rapidement les gains de pouvoir d'achat liés à la baisse du prix du pétrole notamment si les incertitudes autour de l'environnement économique se dissipaient plus rapidement.

Sommaire

1. Depuis l'été 2014, le prix du pétrole a connu une chute brutale et prolongée sous l'effet d'une offre qui est restée abondante et d'une demande qui, au moins au début de la période, a pu décevoir

2. L'effet de la baisse du prix du pétrole resterait positif pour l'économie mondiale, mais plusieurs facteurs l'amoindrissent aujourd'hui, en particulier à court terme

3. La baisse des prix du pétrole a des effets positifs sur l'économie française