Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Rééquilibrage du commerce extérieur chinois. CEPII. Mai 2012.

Rééquilibrage du commerce extérieur chinois. CEPII. Mai 2012.

Publié le 20/05/2012
La Lettre du CEPII, n° 320, 15 mai 2012.

Par Françoise Lemoine et Deniz ünal.

Résumé

La Chine a été un acteur majeur dans la montée des déséquilibres mondiaux au milieu des années 2000. Elle a réduit son excédent commercial global depuis 2007, mais conserve des excédents massifs sur les états-Unis et l'Europe. Sa demande d'importation s'est principalement adressée à ses voisins asiatiques et aux pays producteurs de matières premières. Elle a quand même profité à l'Europe qui a amélioré sa position sur le marché des biens de consommation. Le rééquilibrage de la demande intérieure vers la consommation apparaît plus que jamais nécessaire à la croissance chinoise, du fait du ralentissement de la demande internationale, et on peut espérer qu'il soit bénéfique à l'Europe.


Sur le même thème on pourra également consulter :


Résumé
La Chine est en train de passer d'un modèle de croissance mercantiliste à un modèle de croissance tiré par la demande intérieure et par la nécessité de réaliser des gains de productivité importants dans les entreprises. Nous nous demandons ce que sont les effets sur les pays de l'OCDE de ce changement de modèle de croissance de la Chine :
- au lieu de retirer de la croissance aux pays de l'OCDE, la Chine va soutenir leur croissance, puisque ses importations vont progresser plus vite que ses exportations ; les pays de l'OCDE devront donc arrêter de critiquer le modèle de croissance chinois ;
- le RMB chinois va passer d'une tendance spontanée à l'appréciation à une tendance spontanée à la dépréciation avec le passage à un déficit commercial ; ceci va impliquer, ce qui s'observe déjà, la transmission d'une accumulation structurelle de réserves de change en Chine à une perte de réserves, avec comme conséquence une contraction de la liquidité mondiale offerte en Chine.
Les débats sur le modèle mercantiliste de croissance de la Chine, sur le taux de change du RMB et sur le "saving glut" (excès d'épargne) en Chine vont donc disparaître.