Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Une pauvreté très présente dans les villes-centres des grands pôles urbains. Insee. Juin 2015.

Une pauvreté très présente dans les villes-centres des grands pôles urbains. Insee. Juin 2015.

Publié le 04/06/2015
Insee Première n°1552, juin 2015.

Version html.

Résumé

En France métropolitaine, en 2012, le taux de pauvreté est le plus élevé dans le Nord et le Sud-Est, ainsi qu'en Seine-Saint-Denis. Le taux de pauvreté est le plus important dans les villes-centres des grandes aires urbaines, où la pauvreté touche particulièrement les familles monoparentales, les familles nombreuses et les ménages jeunes, ainsi qu'en dehors de l'influence des villes. Les inégalités de niveaux de vie à l'intérieur des régions et des départements sont souvent fortes ; elles sont les plus prononcées à Paris, dans les Hauts-de-Seine, et en Haute-Savoie, du fait d'un niveau de vie particulièrement élevé de la partie aisée de la population qui y habite. Le niveau de vie médian est généralement plus élevé dans l'espace urbain, en particulier dans les couronnes des grands pôles urbains. Pour les personnes les plus pauvres, la part des prestations sociales dans le revenu disponible est importante et varie fortement selon les régions ; elle est la plus élevée dans les villes-centres où elle représente en moyenne 46% du revenu disponible pour les 10% de personnes les plus modestes. à l'inverse, pour les personnes les plus aisées, la part des revenus du patrimoine est alors prédominante : dans les villes-centres, qui concentrent souvent les plus fortes inégalités, elle représente en moyenne 30% du revenu disponible pour les 10% de personnes les plus aisées.

Sommaire

  • Une approche de la pauvreté monétaire au niveau communal
  • En France métropolitaine, le taux de pauvreté est le plus élevé dans le Nord et le Sud-Est, ainsi qu'en Seine-Saint-Denis
  • Dans les grandes aires urbaines, le taux est plus élevé dans les villes-centres
  • Les familles monoparentales, familles nombreuses et ménages jeunes sont les plus exposés
  • Les plus fortes disparités de niveau de vie à Paris, dans les Hauts-de-Seine et en Haute-Savoie
  • Le niveau de vie médian est le plus haut dans les couronnes des grandes aires urbaines
  • Pour les plus pauvres, la part des prestations sociales dans le revenu disponible est élevée

Encadré : La pauvreté dans le nouveau découpage régional