Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ressources / Grands dossiers / L'économie française

OFCE - L'Economie française

Publié le 08/04/2008
Vous trouverez ici des compléments au "Repères" sur L'Économie française publié par l'OFCE aux Éditions La Découverte. Cette rubrique vous permet aussi d'accéder à la présentation des "Repères" des années précédentes avec le texte intégral des chapitres thématiques de chaque numéro rédigés par des chercheurs de l'OFCE.

Présentation de la dernière édition de L'économie française

couverture du livre L'économie française 2022

Chaque année, l'OFCE publie dans la collection « Repères » un bilan accessible et rigoureux de l'économie française. L'édition 2022 présente l'état de la conjoncture, les principales tendances et les grands problèmes contemporains. Elle apporte une analyse inédite de la crise de la Covid-19.

Le gouvernement doit-il proposer un nouveau plan de relance ? Quels besoins d'intervention additionnels sont nécessaires pour accélérer la sortie de crise ? Le « quoi qu'il en coûte » a-t-il préservé le revenu de tous les agents privés, entreprises et ménages ? Quelle réforme est possible pour notre régime de retraite ? Quelles conséquences doit-on attendre de la réforme de l'assurance chômage et quelles sont les différences avec celle figurant dans le programme du candidat Macron ?

Des références bibliographiques ainsi que de nombreux tableaux et graphiques complètent cet ouvrage.

L'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) est le centre de recherche en économie de Sciences Po. Il est au service de l'information et du débat public sur les économies française et étrangères et effectue des recommandations de politique économique.

Cet ouvrage a été réalisé sous la direction d'Éric Heyer.

Publication en septembre 2021.

Lire l'introduction de l'édition 2022.

Compléments statistiques


Derniers articles
Éric Heyer présente les enjeux et les thématiques de l'édition 2022 du Repères « L'économie française » de l'OFCE. Cette édition fait le point sur l'état de la conjoncture et les principales tendances de l'économie française après le choc récessif inédit de 2020. Après un état des lieux de l'économie française, à la lumière de l'histoire macroéconomique récente, l'ouvrage analyse de manière plus approfondie certains enjeux économiques et sociaux actuels, en temps de Covid-19 : l'opportunité d'un nouveau plan de relance pour accélérer la sortie de crise, la situation économique contrastée des ménages pendant la crise, les effets des réformes de l'assurance chômage (2017-2021) et l'avenir de la réforme des retraites, suspendue par l'épidémie.
Les chocs pétroliers, positifs ou négatifs, ont généralement un fort impact sur l'économie réelle. La récession mondiale liée à la pandémie de Covid-19 et les mesures de confinement ont provoqué un effondrement des prix du pétrole au printemps 2020. Cet article, issu du Repères "L'économie française 2021", analyse les effets de cette baisse du prix du pétrole sur les prix à la consommation et les prix de production. Il ressort qu'une baisse forte des prix du pétrole en période de récession a peu d'effet sur l'inflation et donc sur le pouvoir d'achat des ménages. Elle est en revanche favorable à la hausse des marges des entreprises.
Cet article d'Éric Heyer propose une estimation chiffrée des destructions d'emplois salariés en France à la suite de défaillances d'entreprises liées à la crise de la Covid-19. En 2021, 175 000 emplois salariés auraient disparu en raison de ces défaillances, dont près de 40 % pour le seul secteur des services aux entreprises. Cet article est issu du Repères "L'économie française 2021".
Face au double choc économique inédit, à la fois d'offre et de demande, entraîné par la crise sanitaire en 2020, le risque de faillite s'est accru pour les entreprises, y compris pour des entreprises efficaces. Cet article, issu du Repères "L'économie française 2021", évalue l'effet de la crise pandémique sur les faillites d'entreprises en France. Si le dispositif d'activité partielle a permis de réduire le nombre d'entreprises insolvables, certains secteurs sont particulièrement exposés aux défaillances d'entreprises. Il en est de même pour les microentreprises et les grandes entreprises. Le mécanisme de sélection par le marché fonctionnant mal en situation de crise, il est légitime que les pouvoirs publics interviennent directement pour aider les entreprises les plus viables.
La pandémie de Covid-19 a eu des effets massifs sur le marché du travail en 2020. De nombreux salariés n'ont pas pu travailler : certains devaient garder leurs enfants sans possibilité de télétravailler, d'autres étaient employés dans un secteur touché par les fermetures administratives ou dans des entreprises ayant subi une forte chute d'activité, d'autres encore étaient malades. Dans cet article, issu du Repères "L'économie française 2021", les auteurs reviennent sur l'impact du confinement sur le travail et l'emploi. Ils analysent ensuite les perspectives d'emploi et de chômage en 2020-2021, en tenant compte de l'effet attendu des nouvelles mesures de soutien à l'emploi, en plus du dispositif d'activité partielle élargi mis en place en réponse à la crise.
La pandémie de Covid-19 a entraîné un choc d'activité sans précédent en France et dans de nombreux pays du monde. Cet article, issu du Repères "L'économie française 2021", évalue les effets économiques des mesures de confinement adoptées en 2020. Les répercussions de la crise sanitaire ont été inégales selon les pays, en fonction de la sévérité plus ou moins forte des restrictions, mais aussi de leur spécialisation sectorielle ou de leur degré d'ouverture. Du côté des agents économiques, en France, l'impact n'a pas été le même pour les APU et les entreprises d'un côté, qui ont subi des pertes importantes et se sont davantage endettées, et les ménages de l'autre, dont les pertes de revenus ont été modérées et qui ont accumulé une épargne importante.
L'économiste Éric Heyer, Directeur au département analyse et prévision de l'OFCE, présente les enjeux et les thématiques de l'édition 2021 du Repères "L'économie française". Cette édition fait le point sur l'état de la conjoncture et les principales tendances de l'économie française, au temps de la Covid-19. Après un état des lieux de l'économie française dans ses différentes composantes, à la lumière de l'histoire macroéconomique récente, l'ouvrage propose une analyse détaillée des conséquences du choc d'activité inédit provoqué par la crise sanitaire et des mesures prises en réponse à la crise économique en 2020.
À partir de 2019, le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), mis en place en 2012, est remplacé par un allègement de cotisations sociales employeurs. Le dispositif visera alors plus directement la baisse du coût du travail des moins qualifiés afin de réduire le chômage. Cet article, issu du Repères "L'économie française 2020", évalue l'impact sur le PIB et l'emploi de cette transformation. À l'horizon de 2023, les effets seraient positifs sur l'emploi (+ 40 000 à 50 000 emplois) et nuls ou légèrement négatifs sur l'activité. Ces estimations ne tiennent pas compte de la récession due à la crise sanitaire de 2020.
Comment rendre possible une société décarbonée qui puisse par ailleurs garantir la prospérité de tous ? La France s'est dotée d'objectifs ambitieux en matière de réduction des GES. Atteindre la neutralité carbone en 2050 suppose de sortir totalement des ressources fossiles et donc de transformer radicalement l'économie et les comportements. Selon les auteurs de cet article, issu du Repères "L'économie française 2020", la fiscalité sur le carbone reste l'instrument le plus efficace pour encourager ces transformations, malgré ses limites, en particulier son caractère régressif avec le niveau de revenu. Des mesures d'accompagnement et de compensation devront être mises en place pour garantir une transition énergétique juste et équitable.
L'usage des contrats courts dans les embauches connait un essor depuis le début des années 2000, ce qui contribue à augmenter la précarité sur le marché du travail. Ils concernent des emplois majoritairement peu qualifiés, dans le secteur privé comme le secteur public. Le développement des contrats courts a des causes conjoncturelles, réglementaires et a été favorisé par les exonérations de cotisations sociales sur les bas salaires. Pour les auteurs de cet article, issu du Repères "L'économie française 2020", il est nécessaire de mieux les réguler au moyen d'incitations économiques telles que la tarification comportementale de l'assurance chômage (système de bonus-malus) et la modulation des allègements de charges sur les bas salaires en fonction de la durée des contrats.
Les mesures d'urgence économique et sociale prises fin 2018 pour répondre à la crise des « gilets jaunes » ont conduit à une réorientation de la politique socio-fiscale du gouvernement depuis l'élection d'Emmanuel Macron. Cet article, issu du Repères "L'économie française 2020", analyse les effets du budget 2019 sur la croissance et les ménages, en identifiant les gagnants et les perdants des nouvelles mesures. Alors qu'en 2018, les plus aisés avaient été les principaux bénéficiaires des mesures socio-fiscales, un rééquilibrage rapide en faveur des autres ménages, notamment ceux des classes moyennes, sera opéré en 2019.
Les ménages français ont subi une perte de pouvoir d'achat après la crise de 2008. Cet article, issu du Repères "L'économie française 2020", cherche à mesurer la part des différents facteurs pouvant expliquer l'évolution du revenu disponible de 2008 à 2016 : les réformes socio-fiscales, prises notamment pour redresser les comptes publics, les évolutions du marché du travail et de la démographie. Les mesures socio-fiscales ont amputé le niveau de vie moyen des ménages mais ont contribué à diminuer les inégalités de revenu. La hausse des prestations a plus que compensé la hausse des prélèvements pour les plus modestes, ce qui a permis d'atténuer les effets négatifs de la dégradation du marché du travail à laquelle ils ont été plus exposés.
Éric Heyer, économiste à l'OFCE, présente les enjeux et les thématiques de l'édition 2020 du Repères "L'économie française". Cette édition fait le point sur l'état de la conjoncture et les principales tendances de l'économie française. Elle propose une analyse plus approfondie de certains thèmes présents dans les débats de politique économique et sociale : Quelle stratégie de décarbonation pour l'économie française ? Faut-il mettre en place un bonus-malus pour lutter contre le recours abusif aux contrats courts ? Quels effets faut-il attendre de la transformation du CICE en baisse de cotisations sociales ? L'ouvrage fournit également un bilan des mesures socio-fiscales prises entre 2008 et 2016 et une estimation des effets du budget 2019 et des mesures d'urgence économiques et sociales de décembre 2018.
La loi ELAN est-elle à la hauteur des enjeux sur le logement en France ? Cet article, issu du Repères "L'économie française 2019", examine les mesures prévues dans celle-ci : fluidification du marché de la construction pour susciter un choc d'offre et réforme du logement social. En s'appuyant sur la littérature économique, les auteurs relativisent le lien existant entre coût de la construction et prix immobiliers et l'impact réel de l'accroissement de l'offre de logements sur leurs prix. Selon eux, non seulement les constructions neuves seront insuffisantes pour influer sur les prix dans les territoires en tension, mais les réformes annoncées pour le secteur social pourraient réduire à terme l'offre de logements abordables et l'accueil des ménages les plus fragiles.
Fragilisée par la crise, l'assurance chômage a vu ses comptes se redresser et ses dépenses ont été contenues malgré la forte hausse du nombre de chômeurs indemnisés. Parallèlement, le projet d'universalisation des droits et des ressources a été engagé. Mesure phare du programme présidentiel d'Emmanuel Macron, la réforme de l'assurance chômage vise l'instauration de droits nouveaux, comme le droit au chômage pour les salariés démissionnaires et les indépendants, en contrepartie d'un durcissement du contrôle des chômeurs et des règles d'éligibilité ou d'indemnisation. Cet article, issu du Repères "L'économie française 2019", souligne la nécessité d'un débat plus transparent et informé sur le financement de l'assurance chômage et sa gouvernance, ainsi que les risques d'un glissement d'une logique assurantielle vers une logique de solidarité.