Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ressources / Stats à la une / La mobilité intergénérationnelle des actifs au début des années 2010

La mobilité intergénérationnelle des actifs au début des années 2010

Publié le 24/11/2016
Auteur(s) : Cédric Hugrée
Anne Châteauneuf-Malclès
Les tables statistiques de mobilité sont l'outil classique d'analyse de la mobilité sociale mais le panorama social qu'elles dessinent tient dans une large mesure aux catégories de classement choisies. Le sociologue Cédric Hugrée propose de quantifier la mobilité sociale à un niveau plus détaillé de la nomenclature des PCS que les tables classiques, afin de se rapprocher de l'échelle d'observation de la mobilité subjective et de rendre possible l'articulation entre approches statistiques et approches ethnographiques dans ce champ de recherche. Cette publication de Stats à la une met à disposition les tables de mobilité intergénérationnelles agrégées et détaillées qu'il a construites à partir de données de 2010-14 de l'enquête Emploi de l'Insee.

L'auteur : Cédric Hugrée, sociologue, chargé de recherche CNRS, membre de l'équipe "Cultures et sociétés urbaines" (CSU) du Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (Cresppa) - CNRS/Université Paris 8.

Article de référence : Cédric Hugrée, "Les sciences sociales face à la mobilité sociale. Les enjeux d'une démesure statistique des déplacements sociaux entre générations", Politix 2016/2 (n°114), p.47-72.

Cliquez sur la vignette à droite pour agrandir le graphique.

Les tables de mobilité agrégées, l'outil classique de mesure de l'importance de la mobilité sociale

Le recours aux statistiques est le mode d'observation privilégié des études traditionnelles de mobilité sociale, en particulier celles qui concernent la mobilité intergénérationnelle, à savoir le changement de position sociale d'un individu relativement la position de ses parents. Les tables de mobilité agrégées sont construites à partir des grandes enquêtes statistiques publiques telles que l'enquête FQP et l'enquête Emploi de l'Insee [1]. Elles permettent de quantifier la mobilité sociale entre les générations, en comparant les positions sociales des fils ou des enfants (rarement des filles) à celles des parents (le plus souvent des pères). En France, la position sociale des individus est définie à partir de la catégorie socioprofessionnelle (nomenclature des PCS).

Les deux premiers tableaux croisés que nous vous proposons ont été construits à partir des enquêtes Emploi de 2010 à 2014 et sont conformes à cette approche classique. Ils fournissent des données statistiques récentes sur la mobilité intergénérationnelle brute des actifs (hommes et femmes) nés entre 1955 et 1979 et donc âgés de 35 à 59 ans en 2014. Les individus sont classés selon les catégories agrégées de la nomenclature des PCS (groupes socioprofessionnels 1 à 6). Les pourcentages de la diagonale des tableaux correspondent à une situation dite d'immobilité ou de reproduction sociale, dans laquelle la catégorie d'origine et de destinée de l'enquêté-e est identique. Les autres valeurs renvoient à une situation de mobilité qui peut être verticale (ascendante ou descendante) ou horizontale.

Tables de mobilité intergénérationnelle des actifs (35-59 ans) par PCS niveau 1 :

Table de mobilité (destinées) : Catégorie socioprofessionnelle de l'enquêté-e selon celle de son père (%)

PCS de l'enquêté-e

PCS du père

Agriculteurs

Artisans,
commerçants,
chefs d'entreprise

Cadres et
professions
intell. sup.

Professions
interméd.

Employés Ouvriers Total
Agriculteurs 17 6 10 17 25 25 100
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 1 14 19 24 26 16 100
Cadres et professions intellectuelles supérieures 1 7 41 28 17 7 100
Professions intermédiaires 0 6 24 32 24 13 100
Employés 1 5 15 26 34 19 100
Ouvriers 1 6 8 20 34 32 100
Ensemble 2 7 17 24 28 22 100

Télécharger en format image.

Table de mobilité (origines) : Origine de l'enquêté-e selon sa catégorie socioprofessionnelle actuelle d'appartenance (%)

PCS de l'enquêté-e

PCS du père

Agriculteurs

Artisans,
commerçants,
chefs d'entreprise

Cadres et
professions
intell. sup.

Professions
interméd.

Employés Ouvriers Ens.
Agriculteurs 72 8 5 7 8 10 9
Artisans, commerçants, chefs d'entreprise 5 27 15 13 12 10 13
Cadres et professions intellectuelles supérieures 4 12 30 15 8 4 13
Professions intermédiaires 3 12 21 20 12 9 14
Employés 3 8 9 11 12 9 10
Ouvriers 13 33 19 34 48 58 41
Total 100 100 100 100 100 100 100

Télécharger en format image.

Source : Enquêtes Emploi 2010-2014, Insee.
Champ : Actifs nés entre 1955 et 1979.
Note : Le total des lignes (table des destinées) et des colonnes (table des origines) n'est pas toujours exactement égal à 100 en raison des arrondis à l'unité.

Ces tableaux statistiques confortent, avec quelques nuances, des résultats déjà mis en évidence à partir de données plus anciennes : les catégories «agriculteurs», «cadres et professions intellectuelles supérieures» et «ouvriers» sont relativement immobiles, tandis que les catégories «employés» et «professions intermédiaires» sont plus mobiles en termes de destinée et de recrutement ; les trajets de mobilité «courts» (vers des catégories socialement proches) sont plus fréquents que les trajets «longs» ; une large part de la mobilité totale observée s'explique par la mobilité dite structurelle entre les deux générations résultant des évolutions de la structure de la population active au cours du temps (différence entre les marges des deux tableaux). Si l'on fait abstraction de la mobilité structurelle, il apparait que l'hérédité sociale reste assez forte aux extrémités de la hiérarchie sociale.

Ces tableaux agrégés sont utiles pour travailler la lecture des tables de mobilité en classe et fournir une première approche empirique de cette question. Cependant, leur interprétation est parfois délicate et leur intérêt pour la connaissance de la mobilité sociale reste limité, notamment en raison de leur échelle d'observation [2] :

- La signification sociale du passage d'un groupe à un autre n'est pas toujours déterminée, car les PCS ne sont pas entièrement hiérarchisées sur une échelle verticale. Ainsi, le passage de la catégorie ouvrier à celle d'employé doit-il être interprété comme une relative ascension sociale ou une mobilité horizontale ? Comment comprendre les déplacements entre les groupes d'indépendants et les groupes majoritairement salariés ? Comment situer la catégorie «artisans, commerçants, chefs d'entreprise», très hétérogène, dans la hiérarchie sociale ?

- Les tables de mobilité agrégées tendent à surestimer l'immobilité sociale du fait de leur échelle de construction. Elles ne permettent pas de saisir certaines formes de mobilité à l'intérieur des catégories agrégées, telles que le passage de la catégorie ouvrier non qualifié à celle d'ouvrier qualifié, ou de contremaître à technicien au sein des professions intermédiaires, les changements de statuts ou de secteur d'activité. Or les «petits» déplacements, qu'ils soient verticaux ou horizontaux, sont statistiquement beaucoup plus fréquents que les grands déplacements entre des catégories socialement éloignées, comme l'a souligné Bernard Lahire dans La culture des individus [3]. Invisibles dans l'approche sociologique surplombante des tables de mobilités, ils peuvent être perçus comme de la mobilité sociale ou professionnelle si l'on se place du point de vue de l'expérience sociale des individus [4].

- Plus généralement, la «mobilité objective» appréhendée à partir des statistiques peut difficilement être confrontée à la «mobilité subjective» ressentie par les individus, dont les échelles d'observation sont très variables et qui est sensible à la fois aux trajectoires individuelles et familiales et à l'évolution du statut et des conditions de vie attachés aux catégories professionnelles.

Les tables de mobilité détaillées : l'intérêt d'une observation plus fine des déplacements sociaux entre générations

Cédric Hugrée, dans un article de Politix de 2016 [5], propose de recourir à des tables de mobilité plus détaillées que les tables classiques afin d'enrichir leur portée heuristique. Ces tables, reproduites ci-dessous, sont issues de l'exploitation des données de cinq éditions de l'enquête Emploi de l'Insee (2010 à 2014). Elles utilisent le niveau 2 de la nomenclature des PCS (à 18 postes) au lieu de l'habituel niveau 1 (6 postes). Cette échelle d'observation plus fine permet selon lui d'observer une mobilité plus proche de la mobilité subjective qui renvoie le plus souvent à des «micro-déplacements» (Bernard Lahire) [6]. Ces déplacements de faible amplitude, moins étudiés en sciences sociales que les déplacements plus rares et plus spectaculaires, comme ceux des «transfuges de classe», peuvent néanmoins avoir des conséquences importantes pour l'individu. Ainsi, pour Cédric Hugrée, «la table de mobilité détaillée s'apparente à l'échelle d'observation des distances sociales subjectives». Il s'agit donc, en s'intéressant à des sous-groupes, des fractions de classe, des statuts ou des secteurs d'emploi particuliers, de repérer les déplacements sociaux entre catégories socioprofessionnelles et de mieux saisir les trajectoires, notamment ascendantes, empruntées par les individus par rapport à leur position d'origine. Plus précisément, il devient possible de déterminer quelles fractions des classes moyennes et supérieures accueillent le plus d'individus en ascension sociale. On peut aussi mieux comprendre les modèles de reproduction de certaines catégories sociales en observant des variations à l'intérieur de leur groupe social [7].

Cette échelle d'observation permet en outre, grâce à l'identification de «cas» statistiques, de rapprocher les approches statistiques et les approches ethnographiques de la mobilité sociale. Elle ouvre la voie à une articulation entre études quantitative et qualitative dans ce champ de recherche, ou, pour reprendre les termes de Florence Weber, une «ethnographie armée par les statistiques» [8]. C'est cette nouvelle approche de la mobilité sociale, dans laquelle des données d'enquête statistique sont confrontées aux matériaux ethnographiques, que cherchent à mettre en œuvre des sociologues comme Cédric Hugrée.

Quels enseignements nous livrent ces tables de mobilité détaillées ?

Premièrement, sur le plan de la stricte reproduction sociale, elles mettent en évidence les catégories socio-professionnelles pour lesquelles la destinée sociale des enfants est le plus souvent identique à celle du père (données de la diagonale supérieure ou égale à 20%) : les cadres d'entreprises ; les professions intermédiaires de l'enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés ; les cadres de la fonction publique, les professions intellectuelles et artistiques ; les ouvriers qualifiés. On peut constater que clivage public/privé semble jouer un rôle important dans les carrières des enfants des classes supérieures.

Cédric Hugrée étudie par ailleurs deux «cas statistiques» situés aux extrêmes de l'espace social et qui apportent un éclairage original sur les cheminements sociaux entre générations au cours des années récentes. D'un côté, les professions libérales constituent la fraction des classes supérieures dont les enfants ont les destinées les plus favorables et les plus homogènes, puisque 52% d'entre eux font partie du groupe «cadres et professions intellectuelles supérieures» (ligne 31. de la table détaillée de destinées). Ce résultat statistique pourrait utilement être enrichi de matériaux ethnographiques mettant au jour les mécanismes sociaux qui expliquent les trajectoires socioprofessionnelles au sein de cette fraction de la classe supérieure, en particulier les caractéristiques des parcours scolaires et le rôle de la transmission des aspirations ou du patrimoine, particulièrement important pour ce groupe social.

De l'autre côté, le cas des ouvriers qualifiés amène à nuancer les constats sur les destinées des enfants de milieux populaires. La table détaillée de mobilité sociale (destinées, ligne 61.) montre que les enfants d'ouvriers qualifiés deviennent majoritairement ouvriers (29%, dont 20% ouvriers qualifiés), mais aussi qu'une grande partie d'entre eux ou d'entre elles quitte le monde ouvrier pour exercer des professions intermédiaires ou d'employé-e (54%). On observe en outre que le secteur public est la voie privilégiée de la mobilité ascendante pour cette fraction plus qualifiée des classes populaires. La deuxième destinée la plus fréquente pour les enfants d'ouvriers qualifiés est «employés de la fonction publique» (13%) et la quatrième «professions intermédiaires de l'enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés» (8%). Là aussi, l'analyse de ces statistiques peut être approfondie par des études qualitatives sur les mobilités ascendantes des classes populaires vers l'emploi public. Par exemple, l'enquête ethnographique de Cédric Hugrée sur les insertions des filles d'origine populaire et diplômées de l'université (Licence, Master) montre le rôle que joue la fonction publique d'État, et l'enseignement en particulier, dans la promotion sociale de cette fraction de la jeunesse populaire [9]. Pour le haut de ces «enfants de la démocratisation scolaire» [10], les emplois publics qualifiés, accessibles par voie de concours, représentent d'après lui des mobilités ascendantes «à la fois raisonnables et honorables», puisqu'ils privilégient le «bon» capital scolaire sur le capital social, dont les classes populaires sont faiblement dotées, et donnent une finalité à la poursuite d'études longues dans ces milieux sociaux. L'enquête montre aussi que les trajectoires vers les professions d'employé-e de la fonction publique permettent à cette fraction de la jeunesse populaire d'échapper au destin de classe et constituent une mobilité subjectivement appréciable, même en cas de déclassement à l'embauche relativement aux titres universitaires obtenus.

Tables de mobilité intergénérationnelle des actifs (35-59 ans) par PCS niveau 2 :

Table détaillée de mobilité - Destinées (%)

PCS niveau 2 10. 21. 22. 23. 31. 32. 36. 41. 46. 47. 48. 51. 54. 55. 56. 61. 66. 69. Total
10. Agriculteurs 18 3 2 1 1 3 6 7 4 4 2 10 5 2 7 14 7 2 100
21. Artisans 1 9 4 1 2 5 9 10 8 4 2 10 7 3 7 14 5 1 100
22. Commerçants 1 4 8 2 2 8 14 11 9 3 2 8 5 4 7 8 4 0 100
23. Chefs d'entreprises 1 3 8 8 5 7 17 8 10 3 1 7 9 2 3 6 2 0 100
31. Professions libérales et assimilés 1 2 5 1 13 18 21 16 9 2 1 3 3 1 2 2 1 0 100
32. Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et  artistiques 1 2 3 1 5 20 18 15 8 3 1 7 4 2 4 5 2 0 100
36. Cadres d'entreprise 1 2 4 1 4 12 24 14 9 4 2 6 6 3 3 4 2 0 100
41. Professions intermédiaires de l'enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés 0 2 3 0 3 12 15 21 8 4 2 10 4 2 5 6 3 0 100
46. Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 1 2 4 1 2 9 16 13 11 5 2 8 8 3 4 9 2 0 100
47. Techniciens 1 2 2 1 2 8 15 15 8 9 2 10 5 3 4 10 3 0 100
48. Contremaîtres, agents de maîtrise 0 3 2 0 1 6 13 13 8 6 4 11 7 3 4 11 4 0 100
51. Employés de la fonction publique 1 3 2 0 1 6 8 12 7 4 2 18 6 4 7 13 6 1 100
54. Employés administratifs d'entreprise 1 2 3 1 2 7 11 13 7 5 3 11 8 3 6 10 4 1 100
55. Employés de commerce 0 2 3 0 1 3 10 11 9 6 3 12 7 8 5 15 4 1 100
56. Personnels des services directs aux particuliers 0 4 2 1 1 3 7 9 11 4 3 13 4 3 10 18 7 1 100
61. Ouvriers qualifiés 1 3 2 0 1 3 6 8 6 5 3 13 6 4 9 20 8 1 100
66. Ouvriers non qualifiés 1 3 2 0 1 2 5 7 6 4 3 14 5 4 10 20 13 1 100
69. Ouvriers agricoles 2 5 1 0 0 2 3 5 3 3 2 14 5 4 14 21 11 4 100

Table détaillée de mobilité - Origines (%)

PCS niveau 2 10. 21. 22. 23. 31. 32. 36. 41. 46. 47. 48. 51. 54. 55. 56. 61. 66. 69.
10. Agriculteurs 73 9 7 7 5 5 5 7 6 8 8 9 8 7 10 10 11 26
21. Artisans 3 16 9 9 6 5 5 6 7 6 6 6 7 6 6 6 5 5
22. Commerçants 2 7 16 14 8 7 8 6 7 4 5 4 5 7 5 3 3 3
23. Chefs d'entreprises 0 1 3 13 3 1 2 1 2 1 1 1 2 1 1 1 0 0
31. Professions libérales et assimilés 0 1 2 2 12 5 3 2 2 1 0 0 1 1 0 0 0 0
32. Cadres de la fonction publique, professions intellectuelles et  artistiques 1 2 4 4 10 12 6 5 4 2 2 2 2 2 2 1 1 0
36. Cadres d'entreprise 2 5 10 13 19 16 18 11 10 7 5 4 8 6 3 2 2 3
41. Professions intermédiaires de l'enseignement, de la santé, de la fonction publique et assimilés 0 3 4 2 7 8 6 8 4 4 3 4 3 2 3 2 2 2
46. Professions intermédiaires administratives et commerciales des entreprises 1 2 4 5 4 5 6 4 5 4 3 3 5 3 2 2 1 2
47. Techniciens 1 2 2 3 4 4 5 4 4 6 3 3 3 3 2 2 1 1
48. Contremaîtres, agents de maîtrise 1 4 3 3 2 4 5 5 5 6 7 4 5 4 2 3 3 2
51. Employés de la fonction publique 2 5 5 3 4 7 5 8 7 6 5 10 7 8 6 6 7 5
54. Employés administratifs d'entreprise 1 2 3 2 3 3 3 3 3 3 3 3 4 3 2 2 2 2
55. Employés de commerce 0 0 1 0 0 0 1 1 1 1 1 1 1 1 0 1 0 0
56. Personnels des services directs aux particuliers 0 1 0 0 0 0 0 0 1 1 1 1 0 0 1 1 1 0
61. Ouvriers qualifiés 7 26 18 15 8 12 16 21 23 31 33 30 28 31 34 38 32 23
66. Ouvriers non qualifiés 4 11 8 6 4 5 5 7 9 10 13 14 11 12 16 16 24 12
69. Ouvriers agricoles 2 3 1 1 0 1 1 1 1 2 2 3 2 3 4 3 4 12
Total 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100

Source : Enquêtes Emploi 2010 à 2014, Insee.
Champ : Actifs âgés de 35 à 59 ans au moment de l'enquête (nés entre 1955 et 1979).
Notes : a) Les pourcentages des cases grisées reposent sur des effectifs trop faibles pour faire l'objet d'un commentaire. b) La différence des pourcentages entre la table agrégée et détaillée pour les agriculteurs vient des arrondis et de la baisse de la taille de l'échantillon lorsqu'on passe au niveau détaillé. c) Le total des lignes (table des destinées) et des colonnes (table des origines) n'est pas toujours exactement égal à 100 du fait des arrondis à l'unité. 

La nécessité d'usages «raisonnablement critiques» des tables de mobilité

L'analyse de la mobilité sociale à l'aide de données quantitatives rencontre certaines limites auxquelles n'échappent pas les tables détaillées. À celles-ci s'ajoutent des difficultés inhérentes aux effectifs observés ou au codage des professions dans les tables détaillées, indique Cédric Hugrée. Un usage prudent de celles-ci s'impose donc pour éviter certaines lectures nominalistes ou biaisées des statistiques.

Tout d'abord, la taille des échantillons ne permet pas de construire des tables de mobilité détaillées selon le genre. Pour avoir une vision plus juste des trajectoires sociales entre générations, il serait en effet souhaitable d'avoir trois échelles d'observation différentes : père/fils, père/fille et, comme la structure des emplois féminins est très différente de celle des hommes et que les femmes ont tendance à apprécier leur position relativement à celle de leur mère, également mère/fille. Cependant, l'insuffisance des effectifs observés rend l'analyse très fragile pour certaines catégories où les femmes sont sous-représentées, notamment les ouvriers et certaines catégories supérieures. La faiblesse des taux d'activité de la génération des mères reste aussi un problème. La taille de l'échantillon est également problématique pour un certain nombre de catégories socioprofessionnelles (les cases grisées des tables détaillées). Par exemple, les effectifs des pères «employés de commerce» ou «personnels des services directs aux particuliers», ou ceux des enfants devenus «ouvriers agricoles» ou «chefs d'entreprises», sont souvent trop faibles pour une analyse poussée.

Par ailleurs, le champ d'observation est restreint aux actifs et exclut de l'analyse les inactifs en âge de travailler, car, dans l'enquête Emploi, les inactifs sont uniquement codés depuis leur ancien groupe socioprofessionnel (niveau 1) et ne pouvaient donc être répartis dans les catégories de niveau 2. Une autre limite tient au codage des professions des parents au moment de l'arrêt des études des enfants.

Malgré ces réserves, les propositions méthodologiques de Cédric Hugrée ouvrent de nouvelles perspectives d'analyse de la mobilité sociale dans notre société. Elles contribuent à renouveler les approches traditionnelles de cette question centrale en sociologie, par un changement de l'échelle d'objectivation des déplacements sociaux dans les tables de mobilité, par une meilleure prise en compte des perceptions subjectives et par la possibilité d'un dialogue entre les approches quantitatives et approches qualitatives de la mobilité.

Pour aller plus loin :

Revue Politix, Mobilités sociales, n°114, 2016/2.

 

Anne Châteauneuf-Malclès pour SES-ENS

Nous remercions Cédric Hugrée de nous avoir autorisés à publier ces données.


Notes :

[1] Les grandes enquêtes mobilisées pour mesurer la mobilité sociale entre générations en France sont l'enquête Formation qualification professionnelle (FQP) réalisée depuis 1964 (la plus récente disponible date de 2003), et l'enquête Emploi depuis 1982, date à laquelle a été introduite une question sur la profession du père (elle inclut également depuis 2003 une question sur la profession de la mère).

[2] La question de la mobilité féminine est abordée plus bas (3.). L'érosion de la nomenclature des PCS, parfois avancée comme une autre limite des tables de mobilité, reste très discutée parmi les sociologues. Ainsi, pour Thomas Amossé, la nomenclature des PCS est «moins légitime mais toujours empiriquement pertinente pour décrire les différences socio-économiques» ("Catégories socioprofessionnelles : quand la réalité résiste ! Après le crépuscule, une aube nouvelle ?", Revue Française de Socio-Économie, n°10, 2/2012, p.225-233).

[3] Bernard Lahire, La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, La Découverte, 2004. Dans un entretien pour La vie des idées de novembre 2009, il rappelait : «il suffit de prendre des tables de mobilité sociale pour savoir qu'il y a assez peu de grands parcours de mobilité sociale ascendante ou déclinante. En revanche, ce que j'ai essayé de montrer dans La Culture des individus […] c'est qu'il existe un grand nombre de petits déplacements.»

[4] Dominique Merllié, "Comment confronter mobilité subjective et mobilité objective ?", Sociologie du travail, n°48, 2006, p.474-486.

[5] Cédric Hugrée, "Les sciences sociales face à la mobilité sociale. Les enjeux d'une démesure statistique des déplacements sociaux entre générations", Politix 2016/2, n°114, p.47-72.

[6] Jusqu'à présent, seul Bernard Lahire avait utilisé le niveau 2 de la nomenclature des PCS dans une approche quantitative de la mobilité, dans son ouvrage La culture des individus, afin d'observer les destinées des fils de contremaîtres au sein des professions intermédiaires et celles des fils d'ouvriers non qualifiés au sein de groupe des ouvriers (à partir de données de l'enquête FQP 1985).

[7] Rappelons que cette échelle détaillée est aussi celle que privilégiait Bourdieu dans La Distinction (Éditions de Minuit, 1979), seule manière pour lui de rendre intelligible les oppositions entre classes sociales et fractions de classes.

[8] Florence Weber, "L’ethnographie armée par les statistiques"Enquête, anthropologie, histoire, sociologie n°1, 1995, p.153-165, mis en ligne le 10 juillet 2013.

[9] Cédric Hugrée, "«Le CAPES ou rien ?». Parcours scolaires, aspirations sociales et insertions professionnelles du «haut» des enfants de la démocratisation scolaire"Actes de la recherche en sciences sociales, 3/2010 (n°183), p.72-85.

[10] Stéphane Beaud, 80% au bac… Et après ? Les enfants de la démocratisation scolaire, La Découverte, 2002.