Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ressources / Stats à la une / L'inflation est-elle de retour?

L'inflation est-elle de retour?

Publié le 21/09/2022
Pendant plus de trente ans, l’inflation est restée basse et stable en France et dans la plupart des pays de l’OCDE. Mais depuis l’été 2021, on observe une rupture avec la « grande modération » de l’évolution du niveau général des prix. Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé par Eurostat à 9,1% en août 2022. Avec une estimation à 6,5%, la France est le pays de la zone euro où l’inflation est la plus modérée. Cinq pays dépassent les 10% de taux d’inflation (Belgique, Espagne, Grèce, Slovaquie, Slovénie) et trois les 20% (Estonie, Lettonie, Lituanie). Les deux graphiques proposés dans cette Stat à la une permettent d’aborder la mesure et les principales composantes de l’inflation en France aujourd’hui.

Les sources des graphiques et des analyses sont détaillées en fin d’article.

L’évolution des différents indicateurs de l’inflation

On peut définir l'inflation comme un « processus de hausse cumulative et auto-entretenue du niveau général des prix »[1].

Les estimations fournies par Eurostat [2], mentionnées ci-dessus, correspondent au glissement annuel de l’indice des prix à la consommation harmonisé. Mais il existe différents indices permettant d’estimer les tensions inflationnistes à l’œuvre dans une économie.

Graphique 1 : Glissements annuels de l’indice des prix à la consommation (IPC), de l’inflation sous-jacente (ISJ) et de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) en France

Graphique : Glissements annuels de l’indice des prix à la consommation (IPC), de l’inflation sous-jacente (ISJ) et de l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH) en France

Source : Insee

Lecture : Entre juin 2021 et juin 2022, en France, l’indice des prix à la consommation harmonisé augmente de 6,5 %. Sur la même période, l’indice des prix à la consommation augmente de 5,8% et l’inflation sous-jacente est estimée à 3,7%.

IPC, IPCH et ISJ

Selon l’indicateur observé, le diagnostic porté sur l’inflation n’est donc pas le même. La comparaison des différents instruments de mesure de l’inflation permet de mettre en lumière le poids des différents déterminants dans le phénomène d’ensemble (par exemple, en isolant le rôle des prix les plus volatils tels que les prix de l’énergie).

Par ailleurs, l’IPC étant calculé à partir d’un panier de biens et services fixe alors que la structure de consommation varie selon diverses variables socio-économiques (à commencer par le revenu), il ne reflète pas exactement la hausse des prix à laquelle sont confrontées les différentes catégories de ménages. Ces derniers sont en effet inégalement touchés par l’inflation.

Une inflation portée avant tout par la hausse des coûts de l’énergie

La hausse du prix de l’énergie constitue la première contribution à l’inflation actuelle dans la zone euro. Le déclenchement de la guerre en Ukraine s’est traduit par un pic de la contribution de l’énergie à l’inflation en mars dans les quatre principales économies de la zone : +6,3 points en Espagne, +4,5 points en Italie, +4,3 points en Allemagne et +2,8 points en France. Si l’on décompose ensuite le sous-indice « énergie » de l’IPCH, il apparaît que c’est en France que la contribution de l’électricité à l’inflation est la plus faible, en raison de la mise en place du « bouclier tarifaire ». La deuxième contribution la plus importante à l’inflation est la hausse du prix de l’alimentation.

Une partie des écarts d’inflation entre pays s’explique par les différences dans la structure de consommation des pays. C’est notamment l’explication de l’écart entre la France et l’Espagne, en raison d’un poids des carburants dans le panier de consommation plus important en Espagne.

Graphique 2 : Décomposition du glissement annuel de l’IPCH en France (glissement annuel de l’PCH en %, contributions en points)

Graphique : Décomposition du glissement annuel de l'IPCH en France (glissement annuel de l'IPCH en %, contribution en points)

Source : Eurostat, calculs Insee

Lecture : en France, en mai 2022, l’inflation harmonisée s’élevait à 5,8 % en rythme annuel et la contribution de l’alimentation était de 0,8 point.

Nous remercions vivement Laurent Simula et Luc Simula pour leurs relectures et suggestions.

Sources des graphiques et des analyses

Graphique 1 : Glissements annuels de l'IPC, de ISJ et de l'IPCH

Insee, Informations rapides n°182, juillet 2022.

Graphique 2 : Décomposition du glissement annuel de l’IPCH en France

Insee, « Guerre et prix », Note de conjoncture, juin 2022.

Notes

[1] Bezbakh P. (2019), Inflation et désinflation, La Découverte, p. 3.

[2] Eurostat, Estimation rapide, 31 août 2022.