Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / L'impact démographique de l'épidémie de Covid-19. Mars-avril 2021.

L'impact démographique de l'épidémie de Covid-19. Mars-avril 2021.

Publié le 20/04/2021

Un an après la première vague de l'épidémie de Covid-19, l'Insee et l'Ined publient plusieurs études statistiques sur l'impact démographique de la crise sanitaire en 2020 : mariages, naissances et surtout mortalité, en forte hausse relativement à 2019, dont l'ampleur et la distribution par âges sont comparées aux précédentes épidémies grippales. Les données mettent en lumière un impact différencié de la pandémie sur la mortalité entre groupes sociodémographiques, territoires, et entre pays européens, au cours des vagues épidémiques successives, des disparités en Europe que l'OFCE cherche à comprendre en étudiant les différents facteurs de la mortalité due à la Covid-19.

A noter : L'Insee a actualisé son Bilan démographique 2020. Pendant la pandémie de la Covid-19, l'institut diffuse des données quotidiennes sur le nombre de décès (toutes causes confondues) par région et département : Nombre de décès quotidiens. France, régions et départements.

2020 : une hausse des décès inédite depuis 70 ans, Insee Première n° 1847, 29 mars 2021.

par Sylvie Le Minez, Valérie Roux.

Résumé

En raison de l'épidémie de Covid-19, la mortalité a été exceptionnelle en 2020 avec près de 669 000 décès toutes causes confondues, soit 56 000 décès de plus qu'en 2019 (+ 9 %).

Une telle hausse de la mortalité n'a pas été enregistrée en France depuis 70 ans. Cette hausse est notamment très supérieure à celle observée lors des épisodes grippaux et caniculaires sévères des années précédentes. La France est dans une position médiane au sein des pays européens.

La hausse des décès a été un peu plus forte pour les hommes. Elle a surtout concerné les personnes âgées de plus de 70 ans (+ 11 %), de manière assez homogène au-delà de cet âge. Cette hausse a été très inégale selon les territoires : elle a été plus forte dans la moitié Est de la France métropolitaine, en incluant l'Île-de-France. Mayotte, l'Île-de-France et Auvergne-Rhône-Alpes sont au final les trois régions où les excédents de décès sont les plus forts sur l'année.

Avec la pandémie de Covid-19, nette baisse de l'espérance de vie et chute du nombre de mariages, Insee Première n° 1846, 29 mars 2021.

par Sylvain Papon, Catherine Beaumel.

Résumé

Au 1ᵉʳ janvier 2021, la France compte 67,4 millions d'habitants. En 2020, la population a augmenté de 0,2 %. Le solde naturel, différence entre les nombres de naissances et de décès, a fortement baissé du fait de la forte hausse des décès liée à la pandémie de Covid-19 et de la poursuite de la baisse des naissances ; il s'élève à + 67 000.

En 2020, 736 000 bébés sont nés en France. En recul depuis 2015, l'indicateur conjoncturel de fécondité s'établit à 1,83 enfant par femme en 2020. La France reste, en 2019, le pays le plus fécond de l'Union européenne.

En 2020, 669 000 personnes sont décédées en France, soit 9,1 % de plus qu'en 2019. La pandémie de Covid-19 a particulièrement affecté les décès au printemps et en fin d'année. L'espérance de vie à la naissance s'établit à 85,1 ans pour les femmes et à 79,1 ans pour les hommes. Elle diminue nettement par rapport à 2019 (– 0,5 an pour les femmes et – 0,6 an pour les hommes). La baisse est bien plus forte qu'en 2015, année marquée par une forte grippe hivernale (– 0,3 an et – 0,2 an).

En 2020, 155 000 mariages ont été célébrés, en recul de 31 % par rapport à 2019, la pandémie ayant empêché la tenue des célébrations ou incité à les repousser en raison de la limitation du nombre d'invités.

France 2020 : 68 000 décès supplémentaires imputables à l'épidémie de Covid-19, INED, Population et Sociétés n° 587, mars 2021.

par Gilles Pison, France Meslé.

L'épidémie de Covid-19 affecte de façon importante la démographie de la France. Le nombre de décès a nettement augmenté, et celui des naissances a baissé avec un décalage de 9 mois. Commentant le bilan démographique de 2020, Gilles Pison et France Meslé nous expliquent plus particulièrement pourquoi le nombre de décès attribués à la Covid-19 en 2020 dépasse de beaucoup la hausse des décès toutes causes confondues survenue entre 2019 et 2020.

Résumé

Le nombre de décès enregistrés en France métropolitaine a augmenté de 55 000 entre 2019 et 2020. C'est nettement moins que les 68 000 décès imputés à la Covid-19 en 2020. Cela vient du recul d'autres causes de décès comme la grippe et les accidents de la circulation. D'autres causes de décès ont aussi probablement reculé comme le diabète, les maladies cardiovasculaires et l'insuffisance respiratoire chronique. Une partie des personnes fragiles souffrant de ces maladies sont en effet mortes de Covid-19 alors qu'elles seraient de toute façon décédées en 2020, même en l'absence d'épidémie de Covid-19, leur décès étant alors attribué à une autre cause.

Les auteurs ont publié une synthèse de cette étude sur The Conversation : Quel est l'effet de l'épidémie de Covid-19 sur la surmortalité en France ?, 10 mars 2021.

Décès en 2020 : hausse plus forte pour les personnes nées à l'étranger que pour celles nées en France, surtout en mars-avril, Insee Focus n° 231, 16 avril 2021.

par Sylvain Papon, Isabelle Robert-Bobée.

Résumé

En 2020, avec la pandémie de Covid-19, les décès ont fortement augmenté en France : + 9 % par rapport à 2019, toutes causes de décès confondues. Les décès de personnes nées à l'étranger ont augmenté deux fois plus que ceux de personnes nées en France : + 17 % contre + 8 %.

En mars et avril 2020, toutes causes confondues, les décès de personnes nées à l'étranger ont augmenté de 49 % par rapport à la même période en 2019, contre + 23 % pour les décès de personnes nées en France. La hausse a été la plus forte pour les personnes nées en Afrique (+ 55 % pour les décès de personnes nées au Maghreb, + 117 % pour celles nées dans un autre pays d'Afrique) ou en Asie (+ 92 %).

Entre septembre et décembre 2020, les décès de personnes nées à l'étranger ont également augmenté davantage que ceux des personnes nées en France, mais l'écart est moindre qu'en première vague : + 26 % par rapport à la même période en 2019, contre + 16 % pour les décès de personnes nées en France. Contrairement à la première vague, la hausse a été plus marquée pour les personnes nées au Maghreb (+ 36 %) que pour celles nées dans un autre pays d'Afrique (+ 29 %) ou en Asie (+ 33 %).

Les décès sont les plus fréquents aux âges élevés. Mais, lors des deux vagues, ils ont aussi nettement augmenté avant 65 ans pour les personnes nées à l'étranger.

Covid et mortalité en Europe en 2020 : des statistiques à regarder de près, Blog de l'Insee, billet du 15 février 2021.

par Benoît Ourliac.

Résumé

En France, le nombre de décès en 2020 s'est accru de 9 % par rapport à l'année précédente, selon les statistiques publiées par l'Insee mi-janvier. Et en Europe ? La situation est très contrastée, tant sur la hausse de la mortalité que sur la façon dont elle se répartit entre les deux vagues de l'épidémie de la Covid-19. Bien qu'affectée dès la première vague, la France se situe dans une position médiane au sein des pays européens. En fin d'année, plusieurs pays ont en effet subi une hausse de la mortalité extrêmement forte, notamment en Europe de l'Est. Dans ces pays, le décompte en temps réel des décès liés à la Covid-19 par les autorités sanitaires ne permet pas toujours de bien appréhender la gravité de la situation.

Crise de la Covid-19 : le cap des 100 000 morts en France au regard des principaux pays d'Europe de l'Ouest, Blog de l'OFCE, 20 avril 2021.

par Frédéric Gannon, Gilles Le Garrec et Vincent Touzé.

Résumé : En cette mi-avril 2021, la France franchit le cap des 100 000 morts attribués à la Covid-19. Au même moment, l'Union Européenne (avec le Royaume-Uni) en est à près de 780 000 morts. Après plus d'un an de crise sanitaire, que savons-nous de cette pandémie, de ses facteurs ? Une comparaison des taux de mortalité des principaux pays d'Europe de l'Ouest offre certaines réponses. Cette dernière confirme et actualise des résultats obtenus lorsque la France franchissait les 50 000 morts fin novembre 2020 (« La crise de la Covid-19 dans une Europe vieillissante », Gannon, Le Garrec et Touzé, in L'économie européenne 2021, La Découverte, Coll. Repères).

Quelques graphiques extraits des publications :

Cliquez sur les images pour agrandir les figures.

Graphique : Nombre de naissances, de décès et solde naturel (France 1957-2020)

Source : Insee Première n° 1846, mars 2021.

Graphiques : Distribution des décès par âge en France (%) lors des grandes épidémies de l'histoire (grippe espagnole, grippe de Hong-Kong, épidémie de Covid-19)

Source : Population et Sociétés n° 587, mars 2021.

Graphique : Décès quotidiens en 2020 comparés aux cinq dernières années, à la canicule de 2003 et à la grippe de Hong-Kong (1968-1970)

Source : Insee Première n° 1847, mars 2021.

Graphique : Évolution du nombre de décès enregistrés en France entre 2019 et 2020, selon le pays de naissance des personnes décédées et la période

Source : Insee Focus n° 231, avril 2021.

Graphique : Ecarts cumulés de décès en 2020 relativement à 2019 dans les différents pays européens

Source : Blog de l'Insee, 15 février 2021.