Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil

Résultats de recherche

Il y a 108 éléments qui correspondent à vos termes de recherche.
Filtrer les résultats
Type d'élément














Éléments créés depuis



Trier par pertinence · date (le plus récent en premier) · alphabétiquement
Simulation et première évaluation de la loi de défiscalisation des heures supplémentaires
Au cours de la crise, le rôle d'amortisseur joué par la durée du travail en France a été à la fois moins puissant que dans les autres pays développés, mais aussi moins important que durant les récessions précédentes. Cette différence de comportement peut être liée à la mise en place de la mesure de défiscalisation des heures supplémentaires et son exonération de cotisations sociales en vigueur en France depuis le 1er octobre 2007. Dans un contexte de grave crise économique, la question est donc de savoir si cette incitation à travailler plus n'a pas nui à l'emploi, et notamment à l'emploi intérimaire.
Rattaché à Articles
Le marché de l'immobilier français
La crise économique n'a pas eu l'effet attendu sur le marché immobilier français. Si les prix ont commencé à baisser au printemps 2008, la baisse a été de courte durée et de faible ampleur. On ne peut donc parler de retournement du marché de l'immobilier français, et encore moins d'éclatement de la bulle. La demande de biens immobiliers s'est maintenue à un niveau relativement élevé, y compris pendant la crise. On peut se demander alors si le prix élevé de l'immobilier s'explique par une insuffisance structurelle de l'offre de logements, ou bien, comme le pensent certains, à l'existence d'une bulle.
Rattaché à Articles
2012 - Introduction
Texte d'introduction et de présentation du Repères "L'économie française", édition 2012, par Éric Heyer.
Rattaché à Articles
La compétitivité de la France : mythes et réalités
Cet article analyse l'évolution de la compétitivité de la France depuis son entrée dans la zone euro et relativement à celle de ses principaux partenaires de l'Union. Alors que l'adoption d'une monnaie commune devait mettre un terme aux stratégies de dévaluations compétitives, des divergences significatives sont apparues en réaction à l'appréciation de l'euro depuis 2001. La France a perdu des parts de marché, essentiellement à l'intérieur de la zone euro et au profit de l'Allemagne. Cependant, rien ne montre que la France a souffert d'un déficit de croissance.
Rattaché à Articles
Retraites, sous le regard des marchés
Dans une situation de fort déséquilibre des finances publiques, le gouvernement a choisi une stratégie d’augmentation de l’âge requis pour le départ à la retraite, qui rompt avec le compromis de 2003 et qui risque de frapper lourdement certaines catégories de salariés. Certes le déficit des régimes des retraites est important, mais il s’explique essentiellement par la crise. La solution aux déficits publics des pays européens ne doit-elle pas être recherchée dans une nouvelle stratégie de croissance et une nouvelle politique industrielle en Europe, dans la lutte contre l’avidité et l’instabilité de la finance, plutôt que dans la réduction des dépenses sociales ?
Rattaché à Articles
L'ajustement de l'emploi dans la crise
Conséquence inévitable de la crise économique que nous traversons, la situation de l'emploi s'est fortement dégradée dans l'ensemble des grands pays développés. Cet article se propose de détailler la réaction des marchés du travail dans sept grands pays : Allemagne, France, Italie, Espagne, Royaume-Uni, États-Unis et Japon. Il fait d'abord le point sur les différences d'ajustement de ceux-ci au choc d'activité, puis cherche à expliquer ces écarts par le recours à la flexibilité interne des entreprises, en analysant les différences de modifications du temps de travail et de coûts salariaux.
Rattaché à Articles
Croissance et dette publique en 2030 ?
Comme dans la plupart des pays développés, l'impact économique de la crise bancaire et financière est considérable en France : une diminution brutale du PIB par habitant que les évolutions récentes stabilisent mais ne comblent pas. La crise laisse en outre des déficits publics très importants, dus à la fois aux mesures délibérées pour lutter contre la spirale dépressive mais aussi à l'impact de la réduction d'activité sur les recettes fiscales et au gonflement des dépenses sociales. Le relais de l'endettement public au désendettement des agents privés a permis de limiter la contraction de l'activité, au prix de la dégradation des comptes publics.
Rattaché à Articles
La crise des dettes publiques de la zone euro
La crise des années 2008-2009 est d'abord une crise bancaire et financière, provoquée par des innovations hasardeuses, dans un contexte de libéralisation et de globalisation financières non contrôlées. Elle ne provient pas de la hausse des dettes et des déficits publics. Elle a cependant provoqué une forte dégradation des finances publiques, en raison du soutien aux banques, de la baisse des recettes fiscales et des politiques de soutien de l'activité. À partir de la fin 2008, les marchés financiers ont spéculé sur l'éclatement de la zone. La crise financière s'est ainsi prolongée en une crise des dettes publiques de la zone euro.
Rattaché à Articles
Quel impact de la crise sur la pauvreté ?
Les crises économiques sont le plus souvent analysées en termes macroéconomiques, or elles ont également des effets sur la distribution des revenus et donc sur la pauvreté. La difficulté consiste à relier les aspects macroéconomiques de la crise au niveau microéconomique auquel se réfère la notion de pauvreté. La crise économique et financière débutée en 2008 a considérablement dégradé la situation du marché du travail français. Cet article analyse l'impact de la crise sur la pauvreté à l'horizon 2011 notamment à travers ses effets sur le marché du travail.
Rattaché à Articles
2011 - Introduction
Texte d'introduction et de présentation du Repères "L'économie française", édition 2011, par Éric Heyer.
Rattaché à Articles