Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Big is beautiful ? Natixis. Décembre 2019.

Big is beautiful ? Natixis. Décembre 2019.

Publié le 31/12/2019

Une publication permettant d'illustrer la notion de monopole naturel.

Flash Économie n° 1720, 30 décembre 2019.

par Patrick Artus.

Résumé

Le développement du digital, des Nouvelles Technologies, fait probablement apparaître dans les pays de l'OCDE un nombre croissant d'entreprises et de secteurs d'activité caractérisés par des coûts marginaux de production décroissants.

Ceci implique que les entreprises sont d'autant plus profitables qu'elles sont de grande taille, donc que leur capacité à croître est d'autant plus importante qu'elles sont de grande taille.

Cette analyse implique normalement :

- une concentration croissante des entreprises, qu'on observe ;

- une hausse des marges bénéficiaires, qu'on observe ;

- une performance boursière des grandes entreprises (large-caps) supérieure à celle des petites ou moyennes entreprises (mid-caps, small-caps), ce qu'on n'observe absolument pas, curieusement.

La présence de coûts marginaux décroissants impose aussi une régulation nouvelle des entreprises.

Graphique : Evolution de la concentration des entreprises dans l'OCDE (2000-2015)

Source : Flash Économie n° 1720, décembre 2019.

Pour aller plus loin :

François Lévêque (2019), Le monopole et le pouvoir de monopole. SES-ENS, 31 octobre 2019.