Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Rapports, études et 4 pages / Les femmes les plus modestes et les plus aisées ont le plus d'enfants. Insee. Novembre 2020.

Les femmes les plus modestes et les plus aisées ont le plus d'enfants. Insee. Novembre 2020.

Publié le 28/11/2020

Insee Première n° 1826, 25 novembre 2020.

Version imprimable.

par Didier Reynaud.

Résumé

En France, la fécondité est la plus élevée, d'une part, pour les femmes les plus modestes et, d'autre part, pour les plus aisées. Si elles avaient durant toute leur vie la fécondité des années 2012 à 2017 par âge et rang de naissance et la même position dans l'échelle des niveaux de vie, les femmes les plus modestes et les femmes les plus aisées auraient deux enfants en moyenne. Ces dernières ont par ailleurs leurs enfants plus tardivement.

Parmi les 10 % les plus aisées, la majorité des femmes aurait finalement exactement deux enfants ; seules 8 % d'entre elles n'en auraient aucun. Parmi les plus modestes, une femme sur trois aurait au moins trois enfants.

Les femmes nées à l'étranger ont une fécondité plus élevée et sont surreprésentées parmi les plus modestes. Les écarts de fécondité entre les femmes nées en France et celles nées à l'étranger sont nettement plus importants parmi les plus modestes. Au-delà de 3 000 euros de niveau de vie mensuel, elles ont quasiment le même nombre d'enfants.

La fécondité est la plus faible pour les femmes ayant un niveau de vie intermédiaire, autour de 1 400 euros mensuels. Parmi ces femmes, plus d'une sur quatre n'aurait pas d'enfant et seules 17 % en auraient au moins trois.

Le niveau de diplôme influe diversement sur la fécondité. Pour les femmes les plus aisées, les plus diplômées ont plus d'enfants. C'est l'inverse pour les plus modestes.

Sommaire

  • Une fécondité élevée de part et d'autre de l'échelle des niveaux de vie
  • Des naissances plus tardives lorsque le niveau de vie s'élève
  • Parmi les plus modestes, une fécondité plus élevée pour les femmes nées à l'étranger que pour celles nées en France
  • Un effet croisé entre diplôme et niveau de vie
  • Deux enfants : un modèle très répandu pour les femmes les plus aisées

 

Cliquez sur les images pour agrandir les graphiques.

Graphique : Fécondité des femmes selon le décile de niveau de vie

Graphique : Âge moyen à l'accouchement selon le quintile de niveau de vie par niveau de diplôme

Source : Insee Première n° 1826, novembre 2020.

Pour aller plus loin :

En 2016, les femmes cadres ont un peu moins d'enfants que les employées. Insee. Août 2019.

Papon S., Beaumel C., Bilan démographique 2019Insee Première n° 1789, janvier 2020.

Volant S., Pison G., Héran F., La France a la plus forte fécondité d'Europe. Est-ce dû aux immigrées ? Population et Sociétés n° 568, Ined, juillet/août 2019.