Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Les fiches de lecture / Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale

Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale

Publié le 21/07/2011
Auteur(s) : Martine Court
La Dispute, collection "Corps santé société"
Fiche de lecture de l'ouvrage "Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale" de Martine Court. A partir d'une enquête auprès d'enfants de 10 à 12 ans, l'auteure montre comment la famille, les pairs et les médias contribuent à construction de corps féminins et masculins au cours de l'enfance. Deux types de pratique corporelle différenciée selon le sexe sont étudiés : la pratique sportive et le travail de l'apparence. Une observation fine des modalités concrètes de socialisation corporelle permet de rendre compte non seulement de la reproduction des stéréotypes, mais aussi des écarts à la norme, à travers des cas "atypiques" d'enfants dotés de dispositions corporelles inhabituelles au sein de leur classe sexuelle.

Martine Court, Corps de filles, corps de garçons : une construction sociale, La Dispute, coll. "Corps santé société", 2010, 241 pages.

Présentation éditeur

Dès la fin de l'école primaire, les filles sont plus nombreuses que leurs camarades masculins à se soucier de leur apparence. Elles sont en revanche moins nombreuses à aimer les jeux sportifs. Comment ces différences émergent elles ? Comment les enfants apprennent-ils à agir avec et sur leur corps d'une manière différente de l'autre sexe ? Martine Court, sociologue et membre du Groupe de recherche sur la socialisation (Université Lyon 2 / ENS de Lyon), analyse la façon dont les corps féminins et masculins se construisent au cours de l'enfance.

A partir d'une enquête auprès d'enfants de 10 à 12 ans, elle montre comment famille, médias et pairs contribuent à cette construction. A travers les portraits de filles et de garçons, elle décrit les voies par lesquelles on devient une "vraie" fille ou un "garçon manqué", un garçon sportif " ou "coquet". Si le rôle que joue la socialisation dans la formation des différences entre les sexes est aujourd'hui bien connu, les processus à travers lesquels cette socialisation se réalise le sont en revanche beaucoup moins.

Ces processus sont ici décrits et analysés en détail. Ils apparaissent ainsi dans toute leur complexité, loin des représentations simples que l'on s'en fait parfois.

Sommaire

Chapitre I : Observer la construction des corps sexués pendant l'enfance

Chapitre II : La féminisation du corps des filles

Chapitre III : Constituer des dispositions corporelles caractéristiques de l'autre classe sexuelle (1)

Chapitre IV : La masculinisation du corps des garçons

Chapitre V : Constituer des dispositions corporelles caractéristiques de l'autre classe sexuelle (2)

Compte rendu de lecture

Compte rendu de Pierre Bataille pour Liens Socio.

Le point de départ de ce premier livre de Martine Court est un constat relativement élémentaire : on explique souvent les cas de filles ou de garçons atypiques au regard de la moyenne statistique par des causes extra sociologique. Ceux et celles qui échappent au «formatage» que leur promet l'éducation tant familiale que scolaire feraient preuve, de par leur caractère ou leur profil psychologique, de caractéristiques individuelles de résistance hors du commun. Ces éléments «hors social» leur permettraient de passer entre les mailles du corset socialisateur. L'ambition de l'auteure est donc ici de démontrer que, contrairement à cette idée largement repandue, une observation fine des modalités concrètes de socialisation permet de rendre compte, avec les outils du sociologue, non seulement de la reproduction des stéréotypes mais aussi des écarts à la norme. Cet ouvrage basé sur un travail empirique conséquent tente donc de se saisir «à bras le corps» de la question de la construction des corporéités chez les jeunes filles et jeunes garçons. En s'attaquant à un objet d'analyse clairement circonscrit, soit la socialisation corporelle des filles et garçons entre 10 et 11 ans, l'auteure se donne ainsi les moyens sociologiques d'observer finement la construction des différences sexuées dans l'enfance.

Lire la suite sur le site Lectures.

Mots-clés associés :