Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Les fiches de lecture / Enseigner l'économie

Enseigner l'économie

Publié le 27/07/2007
Auteur(s) : Diemer, Arnaud
L'Harmattan
2-7475-6379-0,
image

Commentaires éditeur :
Quels sens donner à l'enseignement de l'économie ? Comment articuler l'enseignement de l'économie avec les autres champs disciplinaires ? Une réflexion sur l'enseignement de l'économie et une confrontation des différentes pratiques d'enseignements pour renouveler cette discipline ; la culture économique et sociale étant indispensable à la formation de tout citoyen.


Nos commentaires :
Ce livre publié sous la direction d'Arnaud Diemer a pour origine un colloque organisé en avril 2002 par l'IUFM d'Auvergne et la Faculté de Sciences économiques et de Gestion de l'Université d'Auvergne. Les auteurs s'interrogent sur les discontinuités entre l'enseignement secondaire des sciences économiques et sociales et l'enseignement supérieur d'économie en confrontant les différentes pratiques, en analysant les types de savoirs mobilisés dans ces différents enseignements et en posant le problème du décloisonnement entre champs disciplinaires.

Le livre commence par une préface de Gilbert Abraham-Frois qui fait un rapide historique des débats sur l'enseignement de l'économie pour finir sur un ensemble de propositions.

Ensuite les textes s'organisent autour de deux grands thèmes :

1) Quel sens donner à l'enseignement de l'économie ?

Douze contributions sont regroupées dans cette première partie du livre :
D'abord, Martino Nieddu pose la question : « Que penser du rapport Fitoussi ? » en montrant qu'il y a un glissement entre l'objectif initial qui était de s'interroger sur les difficultés de l'enseignement de l'économie et l'étude réalisée qui se centre sur le nouveau cursus LMD.
André Hervier et Gilles Jacoud présentent le point de vue des doyens de facultés et directeurs d'UFR de Sciences Economiques en reprenant les propositions formulées par la conférence des doyens pour adapter les cursus d'économie.
Jean Arrous insiste sut la nécessaire prise en compte du public qui choisit de suivre une formation universitaire en économie, ce qui le conduit à insister sur l'importance d'un enseignement pluridisciplinaire en premier cycle qui trouverait sa place naturel dans une Université des sciences sociales, ce qui nous ramène au projet de Fernand Braudel.
Bernard Guerrien se penche sur ce que l'on appelle couramment la « boîte à outils» qu'un étudiant devrait maîtriser à la fin de son cursus en économie pour développer une analyse critique des enseignements de microéconomie.
Claude Mouchot développe un critique de l'enseignement universitaire de l'économie fondée sur la théorie néowalrasienne et propose des principes à respecter dans l'enseignement de l'économie pour « ouvrir l'esprit, développer les capacités d'analyse, donner la possibilité d'exercer ses responsabilités » (p 92).
José Félix Catano de l'Université de Bogota défend l'idée d'un enseignement pluraliste qui intègre les approches hétérodoxes.
Arnaud Diemer montre que l'économie en tant que science sociale doit renouer des liens avec la philosophie morale et politique
John Groenwegen de l'Université de Rotterdam argumente sur la nécessité d'une approche pluraliste en économie.
Alain Alcouffe et Françoise larré à partir d'une analyse des fiches de service des enseignants de l'Université des sciences sociales de Toulouse montrent qu'il y a un écart croissant entre l'enseignement de l'économie et la formation des économistes.
Alain legardez présente l'approche didactique comme complémentaire de celle du rapport de Jean-Paul Fitoussi en illustrant son analyse à partir d'un exemple, celui de l'enseignement de l'incertitude et du risque en économie.
Nicole Lebatteux s'intéresse à l'enseignement de l'économie dans l'enseignement professionnel tertiaire en analysant le rôle des représentations sociales.
Robert Soin montre comment à travers l'acte d'enseignement se réalise une transformation des savoirs « déjà là ».

2) Articulation de l'enseignement de l'économie avec les autres champs disciplinaires.

Neuf contributions sont regroupées dans cette deuxième partie :
Eric Bosserelle analyse l'apport de l'histoire à l'économie à partir de l'exemple de la dynamique économique.
Stéphane Callens utilise la théorie de la capacité de Sen pour une analyse des différentes configurations de l'enseignement de l'économie politique avec une étude développée de la période de Vichy.
Yves Alpes analyse le champ des sciences sociales pour s'interroger sur la possibilité de les enseigner.
Christian Dubois, Réjane Lenoir et Olivier Margot pose le problèmes des obstacles à une démarche scientifique dans l'enseignement de l'économie en sciences économiques et sociales en lycée.
Gisèle Jean analyse l'évolution de la place de l'économie dans les programmes d'histoire et géographie en collège et lycée.
Jean Simonneaux aborde la question de l'enseignement des sciences économiques et sociales dans l'enseignement agricole.
Guy Solle et Evelyne Rouby introduisent une distinction entre processus éducatif et programme éducatif dans le cadre d'une réflexion sur l'enseignement de gestion.
Adeline Richet fait une comparaison concernant l'enseignement des sciences sociales dans l'enseignement secondaire entre la France et la Grande-Bretagne.
Jane Mejias présente la Banque de Ressources Interactives en Sciences Economiques et Sociales.

L'ouvrage se termine par une table ronde avec trois contributions : Alain Bienaymé oppose deux approches de l'enseignement de l'économie, André Hervier fait trois propositions pour améliorer l'enseignement de l'économie, enfin Alain Michel s'interroge sur le sens à donner à l'enseignement de l'économie).


A noter :
Aucune formalisation