Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Les fiches de lecture / Histoire des faits économiques - La dynamique de l'économie mondiale du XVe siècle à nos jours

Histoire des faits économiques - La dynamique de l'économie mondiale du XVe siècle à nos jours

Publié le 27/07/2007
Auteur(s) : Castel, Odile
Presses Universitaires de Rennes
2-7535-0127-0,
image

Commentaires éditeur :
- - -


Nos commentaires :
Ce livre étudie le développement du système capitaliste depuis le XVIe siècle en posant deux questions : « Ce modèle est-il reproductible à l'échelle mondiale ? Est-il soutenable à long terme ? » (p 14). L_auteur rappelle que le système économique capitaliste est un système social, composé « d'éléments en interaction dynamique, organisé en fonction d'un but, d'une finalité : l'accumulation du capital » (p 9). On retrouve une problématique centrée sur l'analyse des contradictions du système qui pour se développer s_appuie sur la concurrence, laquelle engendre une baisse du taux de profit, cette baisse pouvant bloquer l'accumulation du capital provoque des crises récurrentes dont la forme évolue au cours du temps.

Les crises étudiées dans cet ouvrage sont des crises de longue période qui sont marquées par des changements profonds de structures. L_auteur s_intéresse particulièrement à ce processus de changement en identifiant des mécanismes de fuite en avant comme la colonisation, des transformations internes comme la production de masse, des changements de mentalité comme l'idéologie individualiste au XVIIIe siècle.

Le plan adopté par Odile Castel s_appuie sur l'identification des quatre grandes phases de développement du capitalisme avec pour chacune de ces phases, une analyse précise des adaptations à l'_uvre et la volonté d'adopter une vision mondiale du développement :

La première phase est celle de « la période pré-industrielle » avec les crises d'ancien régime du XVIe au XVIIIe siècles (les économies monde, développement de la proto-industrie, naissance de l'idéologie individualiste), puis la grande phase de mutation de la révolution industrielle avec les changements techniques et politiques ;

La deuxième phase est celle de l'industrialisation (1815 - 1870) avec le glissement vers des crises mixtes (analyse des mécanismes de domination dans les empires et à l'intérieur de l'Europe avec la naissance du monde ouvrier), la révolution des transports (avec l'essor du rail et les tentatives de rattrapage de la Russie et du Japon) ;

La troisième phase est celle de l'industrialisation généralisée (1870 - 1970) avec une analyse détaillée des crises de surproduction et les tentatives de dépassement : impérialisme, production de masse, affirmation du rôle de l'Etat. A noter l'important chapitre sur la consommation de masse qui combine l'étude de la mise en place du « macro-système fordien », l'articulation décolonisation / sous-développement, les stratégies de la Corée du sud et de Taïwan ;

La quatrième phase désignée comme celle allant « vers l'inconnu » (1970 - à nos jours) analyse des crises de rentabilité et présente des différentes dimensions du processus de mondialisation pour en arriver à décrire une nouvelle hiérarchie mondiale (analyse des changements en Europe et en Asie et marginalisation de l'Afrique).

La conclusion pose la question de l'avenir du modèle de développement : « Il faut espérer que le capitalisme du XXIe siècle saura inventer un nouveau modèle de développement, qu_il rentrera dans l'âge de la sagesse » (p 335). Pour réaliser cette mutation ,Odile Castel insiste sur le rôle des sociétés civiles qui sont en train de se structurer.


A noter :
  • Abondance des statistiques, des cartes et des encadrés qui apportent de précieuses informations pour illustrer les analyses conduites par l'auteur.
  • Une bibliographie de 3 pages
  • Pas de formalisation
  • Une liste des documents classés en catégories : cartes, encadrés, graphiques, schémas, tableaux