Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Les fiches de lecture / L'école des chances. Qu'est-ce qu'une école juste ?

L'école des chances. Qu'est-ce qu'une école juste ?

Publié le 27/07/2007
Auteur(s) : Dubet, François
Seuil
Fiche de lecture de "L'École des Chances" de François Dubet. Ce qui fait surtout l'intérêt de l'ouvrage - notamment du point de vue pédagogique - c'est de placer l'ensemble de la réflexion sous l'angle du principe de justice et d'interroger le concept de méritocratie scolaire au nom de ce principe. Pour l'auteur, si l'Ecole de la IIIe République se préoccupe d'un bien scolaire commun - comme en témoigne l'intérêt politique porté aux programmes de l'enseignement primaire - elle ne réalise pas l'égalité des chances, puisque les enfants des classes populaires et ceux de la bourgeoisie ne participent pas à la même compétition.

Présentation éditeur :

imageQu'est-ce qu'une école juste ? C'est une école qui distingue le mérite de chacun indépendamment de sa naissance ou de son origine sociale. Telle est la réponse la plus courante et peut-être la plus forte. Reste qu'en pratique, la compétition du mérite n'empêche pas les inégalités sociales d'hypothéquer les destins individuels et ne préserve nullement les perdants d'une humiliation d'autant plus cruelle qu'on les a persuadés de leur médiocrité. Or, en démocratie, la justice se mesure d'abord au sort réservé aux plus faibles. Cet essai se place résolument du point de vue des vaincus du système. «L'école des chances» exige un redéploiement de notre conception de l'égalité. Comment mieux traiter ceux qui ont moins ? Comment fonder une culture commune ? Comment conjurer le verrouillage des destins sociaux par le diplôme ? Comment respecter la personne quand on sanctionne l'élève ? Autant d'interrogations qui appellent un peu de courage et d'audace: l'avenir de l'école ne se tient pas dans son passé.

 

Nos commentaires :

Emanant d'un spécialiste largement reconnu de la question scolaire, ce texte apporte un élément au débat en cours sur la loi d'orientation. Il ne s'agit donc pas réellement d'une optique de recherches, les pièces versées à contribution étant largement connues et diffusées. Des étapes successives de la mise en place d'une école censée promouvoir le principe de l'égalité des chances, à l'échec avéré de la démocratisation, en passant par les effets de violence symbolique - François Dubet parle de cruauté du mérite - ces éléments ne sont pas nouveaux.

Ce qui fait surtout l'intérêt de l'ouvrage - notamment du point de vue pédagogique - c'est de placer l'ensemble de la réflexion sous l'angle du principe de justice et d'interroger le concept de méritocratie scolaire au nom de ce principe.

Après avoir rappelé que la méritocratie scolaire et l'égalité des chances étaient des fictions, parce qu'elles sont grevées par les inégalités sociales et par les inégalités liées à l'offre scolaire, parce que le sort fait aux vaincus de la compétition scolaire n'est pas compatible avec un idéal de justice sociale, François Dubet rappelle que ce sont des fictions nécessaires dans les sociétés individualistes.

Comment sortir de cette aporie ? En instaurant un principe de justice distributive qui compense en partie les inégalités sociales de départ, ce qui suppose selon François Dubet de rompre avec une carte scolaire dont le caractère ségrégatif est très important dans les zones urbaines et d'améliorer l'information des parents, afin que les mieux informés ne tirent pas profit de l'opacité du système. L'auteur propose enfin de généraliser un principe de discrimination positive, qui au lieu de s'établir sur la base d'appartenance communautaires pourrait sanctionner une trajectoire et un projet individuel, à l'instar de ce que propose actuellement l'IEP de Paris.

Mais cela reste insuffisant si l'on ne se préoccupe pas du sort des vaincus de la compétition scolaire - c'est ici John Rawls qui est convoqué - en faisant en sorte qu'eux aussi bénéficient de biens scolaires qui ne sauraient être conçus comme de simples supports de sélection. Cette préoccupation dicte plusieurs principes : tout d'abord il faut définir les éléments d'une culture commune, dont l'acquisition serait un préalable à la sélection, mais qui n'interdirait pas d'offrir plus ou plus vite à ceux qui le souhaitent - sans que les performances de ces derniers ne deviennent la norme imposée à l'ensemble. Ensuite, il faut limiter les effets des inégalités scolaires sur la distribution des position sociales, en évitant que le diplôme ne soit un simple support de sélection – à l'exclusion de tout autre critère – et en s'interrogeant sur l'utilité individuelle des formations, notamment lorsque celles-ci ont une visée professionnelle immédiate. Enfin il convient de protéger les individus du jugement sur leur performance scolaire, en faisant en sorte que l'image de soi ne sorte pas détériorée de l'expérience du jugement scolaire.

Les principes énoncés dans l'ouvrage représentent un idéal jamais réalisé en France, car si l'Ecole de la IIIe République se préoccupe d'un bien scolaire commun - comme en témoigne l'intérêt politique porté aux programmes de l'enseignement primaire - elle ne réalise pas l'égalité des chances, puisque les enfants des classes populaires et ceux de la bourgeoisie ne participent pas à la même compétition. D'où l'importance de ne pas chercher dans la nostalgie d'une harmonie perdue les remèdes aux difficultés du système éducatif.

Sommaire :

INTRODUCTION

I - L'égalité méritocratique des chances

De l'élitisme républicain à l'égalité des chances

Les obstacles sociaux à l'égalité des chances

L'arbitre n'est pas impartial

La cruauté du mérite

Le mérite existe-t-il vraiment?

II - L'égalité distributive des chances

Une fiction nécessaire

L'égalité de l'offre

La distribution des chances scolaires

Informations et mobilités

III - L'égalité sociale des chances

Que doit-on garantir à tous, c'est-à-dire aux plus faibles ?

Un choix politique

Que faire du collège?

IV - L'égalité individuelle des chances

Les effets sociaux des inégalités scolaires

Former des individus et des sujets

CONCLUSION

A noter :

  • Un livre utile pour réfléchir sur les liens entre inégalités et justice, par delà la question scolaire.
  • N.B. la page internet du livre permet d'accéder à un extrait conséquent.
Mots-clés associés :