Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Les fiches de lecture / Le libéralisme n'a pas d'avenir

Le libéralisme n'a pas d'avenir

Publié le 27/07/2007
Auteur(s) : Duval, Guillaume
La decouverte
2-7071-4103-8,
image


Commentaires éditeur :
- - -


Nos commentaires :
Ce livre défend une thèse : le scénario de la « marchandisation du monde » est improbable. Guillaume Duval affirme en introduction : « les rapports marchands vont probablement jouer à l'avenir un rôle toujours plus restreint dans la vie de nos sociétés et de nos économies ».

L'argumentation de l'auteur repose sur une analyse de quatre grandes caractéristiques des évolutions des économies marchandes :

La première tendance qui fonde la thèse de Guillaume Duval est celle de l'accroissement de la part du non marchand financé par les prélèvements obligatoires ce qui vient contredire les discours sur la baisse de ces prélèvements. : il montre que le système US se fonde sur un non marchand important ; que les difficultés du Japon sont liées à la faiblesse de l'Etat ; qu'il y a progression du non marchand dans les pays développés et qu'il y a un déficit du secteur non marchand dans les économies du sud.

La seconde tendance est celle de l'essor des grandes entreprises oligopolistiques ou monopolistiques, ce qui montre que les grandes organisations fonctionnent avec des coûts moindres que le marché. La concurrence passant de plus en plus par l'innovation, les entreprises sont confrontées à des coûts fixes croissants qui ne peuvent être amortis qu'en recherchant systématiquement les économies d'échelle. Cette logique conduit au déclin de la concurrence par le marché.

La troisième tendance est celle de la financiarisation des économies qui révèle le caractère « archaïque » des marchés financiers avec la fragilité du système et l'utopie de l'actionnariat individuel.

La quatrième tendance est le changement de nature de la lutte des classes avec la généralisation du salariat qui n'est plus d'abord le prolétariat.

Le cinquième chapitre développe des propositions : la responsabilité sociale des entreprises et l'action publique.

A noter :
  • Présentation très accessible avec de nombreux exemples
  • Aucune formalisation
  • Une table de cinq pages.