Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / Atelier pédagogique : Les statistiques, info ou intox ? Comprendre les statistiques pour mieux s'informer

Atelier pédagogique : Les statistiques, info ou intox ? Comprendre les statistiques pour mieux s'informer

Publié le 29/11/2019
Auteur(s) : Jean-William Angel
Lors des Journées de l'économie de novembre 2019, les enseignants ont pu assister à un atelier pédagogique sur l'information statistique animé par l'INSEE. Trois questions ont été abordées : comment sont fabriquées les statistiques ? en quoi les statistiques sont utiles pour éclairer le débat public ? que peut-on faire dire aux chiffres ? Cette page donne accès à l'enregistrement de l'intervention et aux ressources de l'atelier.

Atelier pédagogique DGESCO « Les statistiques : info ou intox ? Comprendre les statistiques pour mieux s'informer », proposé par le site SES-ENS (DGESCO/ENS de Lyon) et l'Inspection pédagogique régionale de l'Académie de Lyon, en partenariat avec la DGESCO-Ministère de l'Éducation nationale et l'INSEE. Date : 6 novembre 2019 dans le cadre de la programmation off des Journées de l'économie de Lyon. 

Présentation de l'atelier

Les statistiques sont au fondement de nombreuses sciences sociales et contribuent à l'information du citoyen. La qualité de l'information statistique participe à une connaissance rigoureuse de la réalité économique et sociale sur laquelle appuyer les raisonnements scientifiques et les débats éclairés. Mais le manque de fiabilité de certaines sources, les risques de manipulation des données et la méconnaissance de la production et des outils statistiques alimentent un certain scepticisme à l'égard des informations chiffrées. Développer chez les élèves la capacité de comprendre, d'analyser et de critiquer l'information chiffrée est donc indispensable pour les initier à l'économie et aux sciences sociales et contribuer à leur formation civique.

Pour bien s'informer, il est important de comprendre d'où viennent les statistiques, pourquoi elles sont utiles et comment on fait «parler» les données, trois questions qui seront abordées dans cet atelier. Le premier axe de réflexion concernera la fabrique des statistiques publiques, depuis l'élaboration du questionnaire jusqu'à la collecte des données, en prenant pour exemple de grandes enquêtes de l'INSEE. On s'intéressera ensuite à l'usage de l'information chiffrée. L'accent sera mis sur l'utilité des statistiques comme outil d'objectivation permettant de combattre certaines idées reçues sur des sujets comme le chômage ou l'immigration. Enfin, la façon de mobiliser les données et leur interprétation seront questionnées. On insistera sur la nécessité de bien comprendre les indicateurs et traitement statistiques utilisés et d'avoir conscience des «pièges» dans la manière de formuler des questions ou de mettre en forme des données.

A cette occasion, il sera présenté aux enseignants des outils pédagogiques produits par l'INSEE permettant d'aider les élèves à utiliser et analyser l'information chiffrée.

Intervenant

Jean-William Angel, Chef de la division Écoute & Communication, INSEE

Modératrice : Catherine Bruet, IA-IPR de sciences économiques et sociales, Académie de Lyon

Partie 1 : La fabrique des statistiques

http://video.ens-lyon.fr/eduscol-ses/2019/2019-11-06_atelier-insee-angel_partie1.mp4

Résumé : Dans cette première partie, Jean-William Angel explique comment le « système de la statistique publique » est organisé en France et articulé avec le niveau européen. Il rappelle ses grands principes (indépendance garantie dans la loi, code de bonnes pratiques) et quelles instances encadrent le processus d'élaboration des statistiques publiques. La méthodologie d'enquête de l'Insee est ensuite comparée aux méthodes utilisées par les instituts de sondage, notamment pour ce qui est de l'échantillonnage (tirage aléatoire vs méthode des quotas) et des questionnaires (questions complexes vs questions simples). Deux enquêtes de l'Insee sont présentées à titre d'illustration, en insistant sur les modalités d'élaboration et de passation du questionnaire : l'enquête Entrée dans la vie adulte (EVA), qui suit un panel de jeunes entrés en 6ème en 2007 pour comprendre comment ils s'insèrent dans la vie adulte ; l'enquête de victimation Cadre de vie et sécurité (CVS), qui porte sur les faits de délinquance dont sont victimes les personnes et sur le sentiment d'insécurité de la population.

Partie 2 : Éclairer le débat public

http://video.ens-lyon.fr/eduscol-ses/2019/2019-11-06_atelier-insee-angel_partie1.mp4

Résumé : L'objet social de l'Insee est d'éclairer le débat public, c'est pourquoi son slogan est « mesurer pour comprendre ». Les statisticiens doivent en effet « rendre compte » à la société, en mettant à disposition les données produites, mais aussi en diffusant à chacun des publics un « produit » qui va l'intéresser et favoriser un bon usage des statistiques publiques. Pour éclairer les débats en classe, l'Insee propose notamment deux types de ressources, qui fournissent différentes entrées pour cerner un sujet et plusieurs niveaux de lecture. La publication Insee en Bref sur les thèmes du chômage, de la pauvreté, du pouvoir d'achat, etc., aide à comprendre les indicateurs statistiques et offre des présentations faciles d'accès des données. Les « panoramas » en ligne fournissent des données clés, des questions-réponses et des éclairages sur un sujet et sont particulièrement utiles pour lutter contre les infox (Immigrés, étrangers). L'Insee va également lancer prochainement un blog « De quoi on parle » (blog.insee.fr) pour intervenir sur des sujets d'actualité et répondre de manière argumentée à des polémiques ou de mauvais usages des chiffres.

Partie 3 : “On peut faire dire aux chiffres…”

http://video.ens-lyon.fr/eduscol-ses/2019/2019-11-06_atelier-insee-angel_partie1.mp4

Résumé : En préambule, Jean-William Angel rappelle que les statistiques sont une construction sociale reposant sur des conventions qui sont elles-mêmes discutables (qu'est-ce qu'un immigré ? qu'est-ce qu'un chômeur ? etc.). Il développe un exemple de construction de convention statistique : le halo du chômage, publié désormais en même temps que le taux de chômage. Le calcul du halo complète l'information statistique donnée par l'indicateur du chômage, en comptabilisant les personnes dans une situation proche du chômage (sans emploi et qui souhaiteraient travailler), mais qui ne sont pas classées comme chômeurs au sens du BIT car elles n'en remplissent pas tous les critères. Il montre ensuite comment un mauvais usage des statistiques, volontaire ou non, peut nuire à la qualité de l'information et induire en erreur. Les illustrations proposées concernent la manière de construire un questionnaire, les manipulations ou les présentations biaisées de chiffres, la mise en forme des données et le choix des échelles de représentation.

Au final, les statistiques sont un outil essentiel pour comprendre la société, si l'on sait précisément ce qu'elles mesurent. C'est en les pratiquant que nos élèves sauront mieux en déjouer les pièges et comprendront que les chiffres ne disent pas toujours n'importe quoi !

Ressources de l'atelier et liens utiles

Diaporama de présentation de J.-W. Angel.

Fiches de méthodologie statistique de l'Insee.

Enquête EVA (Entrée dans la vie adulte) : présentation sur le site de l'Insee ; portail pour les enquêtésquestionnaire.

Enquête CVS (Cadre de vie et sécurité) : définition et présentation sur le site de l'Insee ; questionnaire.

Panorama de l'Insee « Immigrés, étrangers ».

Les Décodeurs du Monde : En un graphique ; Corrélation ou causalité : outils permettant de générer des corrélations aléatoires entre deux indicateurs sous forme de graphiques ou de cartes de France.

Outil interactif proposé par l'OCDE : « Comparez vos revenus ». Il permet à chaque personne d'estimer son niveau de richesse par rapport au reste de la population et de savoir si sa perception correspond à la réalité.

Des graphiques pour débattre et comprendre l'économie, atelier pédagogique des Journées de l'économie 2014.

 

Enregistrement fait le 6 novembre 2019. Réalisation du montage : Anne Châteauneuf-Malclès, SES-ENS.