Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / Coordination des spéculateurs lors d'une crise de change : impact de la structure d'information

Coordination des spéculateurs lors d'une crise de change : impact de la structure d'information

Publié le 26/06/2005
Auteur(s) : Camille Cornand
La thèse de Camille Cornand, intitulée "La Coordination des Spéculateurs lors d'une Crise de Change : Impact de la Structure d'Information. Un essai d'analyse sur les conséquences en termes de politique économique", a été récompensée par le prix de l'AFSE. Cette thèse, soutenue le 25 mars 2005, montre en matière de politique économique le rôle de la structure d'information, en particulier de l'articulation entre information publique et information privée.

Pour en savoir plus sur Camille Cornand, voir son CV.

Extrait

Au coeur des attaques spéculatives des années 1990 sont apparus de nombreux problèmes de coordination liés à des questions informationnelles complexes. L’atomisation des acteurs sur des marchés de plus en plus décentralisés a conduit à une genre nouveau de crise, des « crises de la coordination », récurrentes et particulièrement coûteuses pour l’ensemble des parties prenantes du système financier. Cette thèse se situe au centre de ce questionnement sur les problèmes de coordination lors des crises sur le marché des changes. Son objet est de traiter de l’origine des défauts de coordination car une telle étude est un préalable indispensable à celle des politiques économiques de transparence aujourd’hui proposées par les Institutions Financières Internationales (IFI).

La littérature relative aux causes des attaques spéculatives et à leur déroulement a connu des développements importants au cours de la dernière décennie, tant sur le plan empirique que théorique. Une caractéristique typique de cette littérature réside dans le contournement du problème de la coordination des spéculateurs. Quand il n’est pas ignoré, le traitement de cette question donne lieu à des équilibres multiples sans expliquer le passage d’un équilibre à un autre de façon endogène. L’indétermination liée à l’existence d’équilibres multiples a pour inconvénient majeur d’évincer toute possibilité pour la politique économique.

L’hypothèse d’information incomplète permet de pallier ce problème tout en rendant compte de façon plus réaliste des crises récentes. Récemment, la théorie des jeux globaux a fourni une contribution très importante à la question de la coordination des acteurs et à la problématique de la multiplicité des équilibres. La multiplicité des équilibres et l’indétermination liée au choix de tel ou tel autre équilibre sont interprétées comme le résultat d’une hypothèse implicite selon laquelle l’état des fondamentaux est de connaissance commune. Une information est de connaissance commune si chaque agent connaît cette information et sait avec certitude que les autres la connaissent également, si chaque agent sait que les autres savent qu’il la connaît, et ainsi de suite jusqu’à un niveau infini de croyances d’ordre supérieur. Si les joueurs n’ont pas de connaissance commune, mais seulement de l’information privée à propos de la fonction de paiements, les jeux de coordination peuvent avoir un équilibre unique. L’incertitude sur les croyances des autres participants joue un rôle majeur à cet égard. Cette dernière s’avère également cruciale lors d’un épisode spéculatif. En effet, l’incertitude sur l’interprétation des fondamentaux par les autres joueurs, et la stratégie qui en découle, influencent directement la décision des agents de déclencher ou non une attaque spéculative. Ce processus détermine dans une large mesure le comportement coordonné des spéculateurs. Ces modèles aboutissent à la levée de l’indétermination liée aux équilibres multiples, demeurée en suspens dans les précédentes approches.