Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / Politiques économiques : les leçons de la crise

Politiques économiques : les leçons de la crise

Publié le 08/02/2011
Auteur(s) : Châteauneuf-Malclès
Pascal Le Merrer
La récession économique mondiale déclenchée par la crise des subprimes a obligé à rompre avec certains dogmes bien établis parmi les économistes et les dirigeants en matière de conduite de la politique économique. Cette crise de 2008, la plus sévère depuis la "Grande Dépression", nous offre l'occasion de rouvrir le débat sur les politiques économiques, en venant en complément des leçons de la crise de 1929 et de l'expérience japonaise des années 1990. Au sommaire de ce dossier : 1. Les Notices de la DF : La politique économique et ses instruments / 2. "La crise : leçons et défis pour la politique économique", par Agnès Bénassy-Quéré, Benoît Coeuré, Pierre Jacquet, Jean Pisani-Ferry (CEPII) / 3. "Repenser la politique macroéconomique", par Olivier Blanchard, Giovanni Dell'Ariccia, and Paolo Mauro (FMI) / 4. Autres ressources et liens utiles à signaler.

Après la grave crise qui a secoué les économies mondiales depuis l'automne 2008 - la plus sévère depuis la "Grande Dépression" - et dans le contexte actuel d'interrogation sur les stratégies de sortie de crise, il nous a semblé important d'actualiser notre dossier sur les politiques économiques : "Les politiques économiques entre théorie et pratique" (publié en décembre 2007).

En effet, la récession économique mondiale déclenchée par la crise des subprimes a obligé à repenser la politique économique, à rompre avec certains dogmes bien établis parmi les économistes et les dirigeants en matière de conduite de la politique économique. En réponse à la crise financière systémique et au fort ralentissement économique qui a suivi, les autorités des pays occidentaux ont mis en place des politiques économiques contracycliques contraires aux préconisations habituelles du «consensus de Washington». Tirant les leçons de la crise de 1929 et de l'expérience japonaise des années 1990, les banques centrales ont adopté des politiques monétaires actives et les gouvernements sont intervenus pour assurer le sauvetage des banques (recapitalisations, nationalisations...). Ils ont également financé des plans de relance de grande ampleur, notamment pour soutenir l'activité industrielle. La crise de 2008 a redonné à la politique budgétaire une place centrale en tant qu'instrument macroéconomique et a montré les limites des instruments classiques de la politique monétaire (taux d'intérêt, situation de trappe à liquidité), conduisant à un élargissement des outils de la politique monétaire (politiques non conventionnelles) et à un recours accru à la réglementation pour diminuer le risque systémique. Elle a poussé à réexaminer les fondements théoriques des politiques économiques et notamment à la réhabilitation de la pensée keynésienne et à la redécouverte des analyses d'économistes hétérodoxes comme Hyman Minsky[1]. Au niveau européen, en l'absence de fédéralisme budgétaire, le besoin de coordination des politiques macroéconomiques au sein de la zone euro est devenu impérieux. Le creusement des déficits publics, consécutif à la récession et aux politiques expansionnistes mises en oeuvre durant la crise, pose la question de la soutenabilité à long terme de la dette publique. Mais le retour des politiques d'austérité en Europe (priorité donnée à la réduction des déficits publics), suite à la crise des dettes souveraines de la zone euro, suscite de nombreux débats parmi les économistes sur les stratégies de sortie de crise[2].

On peut alors se demander si les politiques exceptionnelles mises en oeuvre se justifient par des circonstances exceptionnelles ou bien si l'on assiste à une transformation plus profonde et durable des règles de politique économique. La crise a ébranlé les convictions, elle a nourri et renouvelé la réflexion sur les politiques économiques et leurs instruments. Ainsi, Olivier Blanchard, chef économiste du Fonds monétaire international, affirmait en 2010 que «[m]aintenant que la crise commence tout doucement à s'estomper, il est temps de remettre en question ce que nous croyons savoir sur la conduite de la politique macroéconomique».

Pour rendre compte de ce renouvellement théorique et pratique, nous publions dans ce dossier un certain nombre de documents récents sur la politique économique, ses fondements et ses instruments, ses évolutions nécessaires avec la crise.

1) Les Notices de la DF : La politique économique et ses instruments

Couverture de "la politique économique et ses instruments"Nous reproduisons ici, avec l'autorisation de La Documentation Française, l'un des articles des "Notices de la DF" consacrées à La politique économique et ses instruments (2e édition, sous la direction d'Olivia Montel-Dumont, déc. 2010).

Présentation des Notices "La politique économique et ses instruments" (2010) par la Documentation Française :

"L'ouverture croissante des économies nationales, conjuguée à des fluctuations conjoncturelles plus marquées et à l'apparition d'un chômage de masse, a profondément remis en cause les fondements de la politique économique, marquée en France par une intervention traditionnellement importante de la puissance publique. Et l'appartenance à la zone euro, confrontée dans un contexte général de dégradation des finances publiques à sa première crise grave, n'a pu qu'amplifier ces évolutions. Les différentes formes de l'intervention publique dans l'économie, les multiples instances et instruments mis à son service, sont l'objet de cet ouvrage de synthèse."

Sommaire de la publication

2) « La crise : leçons et défis pour la politique économique », par Agnès Bénassy-Quéré, Benoît Coeuré, Pierre Jacquet, Jean Pisani-Ferry (CEPII)

Cet article est le chapitre additionnel consacré à la crise économique et financière ("Economic policy and the crisis") publié dans l'édition anglaise de l'ouvrage Politique Economique, par Agnès Bénassy-Quéré, Benoît Coeuré, Pierre Jacquet, Jean Pisani-Ferry. Edition anglaise : Economic Policy : Theory and Practice, Oxford University Press, 2010. Edition française : Politique Economique, De Boeck, 2009 (2e édition), préface d'Olivier Blanchard. Politique Economique réunit dans un seul volume les faits essentiels, les principaux enseignements théoriques et l'analyse des débats actuels de politique économique.

3) « Repenser la politique macroéconomique », par Olivier Blanchard, Giovanni Dell'Ariccia, and Paolo Mauro (FMI)

  • Télécharger le document de travail du FMI : "Rethinking Macroeconomic Policy", par Olivier Blanchard, Giovanni Dell'Ariccia, and Paolo Mauro (12/02/2010, en anglais, pdf 18 p.).

L'objectif de cette étude est de poser un certain nombre de questions fondamentales sur la conception des politiques macroéconomiques et de proposer des idées d'amélioration.

4) Autres ressources et liens utiles à signaler

Un article en ligne : «Des subprimes à la crise mondiale», par Nicolas Couderc et Olivia Montel-Dumont.

  • Le Think Tank européen Bruegel (Brussels European and Global Economic Laboratory), dirigé par Jean Pisani-Ferry, qui propose une réflexion sur les stratégies de politiques économiques européennes (en anglais).

On peut notamment y consulter les slides (en anglais) de son cours de politique économique qui prend appui sur l'ouvrage Politique économique (De Boeck, nouvelle édition refondue 2009) et sur sa version anglaise Economic Policy: Theory and Practice (Oxford University Press, octobre 2010).

Une présentation de J. Pisani-Ferry faite au Centre des Hautes Etudes Européennes (Paris) en juillet 2009 : "L'Europe face à la crise".

"Comment recréer un environnement économique européen prévisible ?" par Jean-François Jamet. Question d'Europe n°191, 17 janvier 2011.

"La zone euro à l'automne 2010: les politiques économiques sur le fil du rasoir ?" par Alain Fabre. Questions d'Europe n°185, 15 novembre2010.

"L'Europe à l'épreuve de la récession", par J.-F. Jamet et F. Lirzin. Questions d'Europe n° 130, 2 mars 2009.

  • Le site de Jean-François Jamet économiste, ancien consultant auprès de la Banque mondiale, enseignant l'économie politique de l'Union européenne à Sciences-Po.
  • Le site de l'OFCE.

 


Notes :

[1] La théorie financière du cycle de Minsky se situe dans le prolongement de l'analyse keynésienne et repose sur l'«hypothèse d'instabilité financière» (en opposition à celle d'efficience des marchés financiers). Minsky a souligné le caractère endogène, structurel, de l'instabilité financière dans les économies capitalistes et le risque associé de crise de déflation par la dette. H. Minsky: Inflation Recession and Economic Policy (1982), Stabilizing an Unstable Economy (1986). Voir par exemple cette analyse : «La crise du crédit à risque américain : une interprétation par l'Hypothèse d'Instabilité Financière de Minsky».

[2] En France, le "Manifeste des économistes atterrés" (septembre 2010) rassemble les signatures d'économistes qui se prononcent en faveur d'un changement de paradigme des politiques économiques en Europe et défendent la pluralité des choix possibles en matière de politique économique. Voir cet entretien avec Philippe Askénazy et André Orléan dans la Revue de la régulation.

 

Anne Châteauneuf-Malclès et Pascal Le Merrer pour SES-ENS.