Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / Y a-t-il une tradition française de critique sociologique de l'économie politique ?

Y a-t-il une tradition française de critique sociologique de l'économie politique ?

Publié le 19/07/2005
Auteur(s) : Philippe Steiner
Cette page propose un extrait du texte de Philippe STEINER "Y a-t-il une tradition française de critique sociologique de l'économie politique ?", en plus de la version complète du texte qui est téléchargeable.

Vous pouvez accéder ici à la version pdf de ce texte.

Extrait

La tradition critique dont il est question dans ce texte prend la forme de la séquence Auguste Comte, Émile Durkheim et Pierre Bourdieu. Mais cette série de noms ne règle rien par elle même quand bien même il s’agit de celui de trois célèbres sociologues français. Qu’est-ce qui relie ces auteurs les uns aux autres pour que l’on puisse parler de tradition, plus encore, de tradition française ?

Le présent texte n’entend pas défendre l’idée, même par antiphrase, qu’il existe une tradition française de critique de l’économie politique, parce que la sociologie française serait portée, en tant qu’elle serait française, à produire une telle critique. Il est trop facile de montrer qu’une telle idée est erronée. D’une part, il existe des critiques virulentes de l’économie politique qui, pour ne pas sortir de la plume d’un sociologue (au sens de la position académique), n’en est pas moins proche de la critique sociologique que l’on trouve chez Émile Durkheim et François Simiand, comme c’est le cas de Thorstein Veblen (Gislain & Steiner 1999). D’autre part, il existe des sociologues ou des philosophes français qui, tout en abordant d’une manière détaillée les problèmes théoriques et historiques posés par l’économie politique, se saisissent de ce fait social d’une manière critique très différente, comme on peut le voir avec Raymond Boudon (1995, 1998, 2002) ou avec Michel Foucault (1978, 1979). En outre, à l’exception de Comte, cette critique est nourrie de références aux travaux étrangers (voir annexe 2).

Nous défendrons la thèse selon laquelle il existe une tradition qui court de Comte à Bourdieu et passant par Durkheim et les durkheimiens, et que cette tradition est de nature intellectuelle. Pour établir ce résultat, nous partirons d’une présentation des trois principales formes de critique sociologique de l’économie politique qui existent depuis la fin du 19ème siècle. Puis nous verrons que la position particulière défendue par les trois sociologues français ne peut s’expliquer seulement par leur formation ou par leur rapport (distancié) à l’économie politique. Nous mettrons alors l’accent sur la filiation intellectuelle qui vise à disqualifier scientifiquement l’économie politique en raison du rôle accordé aux représentations sociales, que celles-ci soient engendrées par l’activité économique elle-même ou qu’elles proviennent de leur construction sociale par l’intermédiaire de l’institution scolaire.