Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Enseigner / Programmes Lycée / Les thèmes du programme d'économie, droit et environnement du spectacle vivant en première (rentrée 2019)

Les thèmes du programme d'économie, droit et environnement du spectacle vivant en première (rentrée 2019)

Publié le 13/01/2019
Thèmes au programme de l'enseignement de spécialité d'économie, droit et environnement du spectacle vivant (EDESV) de première en série Sciences et techniques du théâtre, de la musique et de la danse (S2TMD) de la voie technologique, applicable à la rentrée 2019. Une sélection de ressources pour chacun des thèmes est proposée aux enseignants, pour préparer et enrichir leurs cours, trouver de la documentation et des exemples, approfondir...

Programme d'enseignement d'économie, droit et environnement du spectacle vivant de première S2TMD en voie technologique (arrêté du 31 juillet 2019, publié dans le BO n°31 du 29 août 2019). Ce programme entre en vigueur à la rentrée scolaire 2019 pour la classe de première.

Cet enseignement est pris en charge par les professeurs de SES. Voir les programmes et ressources en série S2TMD sur le site éduscol.

1. Sociologie des pratiques culturelles

L'étude des pratiques culturelles est un moyen d'appréhender les conditions d'accès à la culture. Ces conditions sont régulièrement l'objet d'enquêtes et d'études approfondies qui en apprécient les évolutions. En s'adossant à une question particulière, ce thème construit des repères et des connaissances qui permettent à l'élève de situer son projet personnel et sa pratique artistique dans le champ plus large des pratiques culturelles.

Questionnement : Quels sont les facteurs de différenciation des pratiques culturelles ?

Objectifs d'apprentissage. L'élève apprend :

  • la distinction entre la définition de la culture au sens sociologique et son acception au sens courant ;
  • que les pratiques culturelles recouvrent une diversité d'activités de consommation et de participation à des domaines intellectuels et artistiques ;
  • que les pratiques culturelles sont associées à des goûts et des préférences socialement différenciées (selon la catégorie socioprofessionnelle, le sexe, le niveau de diplôme, l'âge et la génération, le lieu d'habitat) et qu'elles participent à la définition de styles de vie ;
  • que le numérique est susceptible de modifier l'accès et les usages des pratiques culturelles ;
  • que la pluralité des influences socialisatrices peut être à l'origine de situations de dissonances culturelles ;
  • à interpréter les données statistiques relatives au public des spectacles vivants et à l'évolution de leur fréquentation.

Les ressources de SES-ENS sur ce thème :

La fabrique des footballeurs (notamment le texte de Julien Bertrand sur les conditions sociales de la vocation)

Entretien avec Christine Détrez et Pierre Mercklé autour de "L'enfance des loisirs"

La transmission familiale de l'ordre inégal des choses, par Bernard Lahire

La culture de la chambre. Préadolescence et culture contemporaine dans l'espace familial

Cultures, publics et réceptions

Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité

Un entretien avec Bernard Lahire sur la sociologie des pratiques culturelles

Actualités :

Les cultures juvéniles à l'ère de la globalisation. DEPS. Février 2017.

Sur les représentations communes et la polysémie du terme «culture» : Les représentations de la culture dans la population française. DEPS. Septembre 2016.

Les cultures adolescentes, pour grandir et s'affirmer. IFÉ. Avril 2016.

2. Économie de la culture et du spectacle vivant

Pour protéiforme qu'il soit, le secteur économique du spectacle vivant et de la culture témoigne de caractéristiques particulières qui expliquent sa dynamique et lui permettent d'occuper une place significative dans la consommation des ménages et plus généralement dans les activités économiques et la production de richesses. S'appuyant sur trois questions principales, ce thème apporte à l'élève les clefs indispensables à une lecture informée et critique de ce paysage, et les repères grâce auxquels il peut situer sa pratique artistique dans ce contexte où l'artiste occupe une place centrale mais reste dépendant d'une organisation économique particulière.

Quel est le poids de la culture dans l'économie et l'emploi ?

Questionnement : Quel est le poids de la culture dans l'économie et l'emploi ?

Objectifs d'apprentissage. L'élève apprend :

  • à identifier et à illustrer la diversité des domaines des activités économiques culturelles, qu'elles relèvent de biens culturels reproductibles (audiovisuel ; édition, presse ; musique enregistrée) ou non reproductibles (patrimoine ; architecture ; arts visuels) ou encore de services (spectacle vivant ; enseignement culturel) ; il distingue ce qui relève des industries culturelles et créatives de ce qui y fait exception ;
  • à interpréter, à partir de la lecture d'indicateurs de consommation et de production, l'évolution des dépenses culturelles dans la consommation des ménages et des activités économiques culturelles dans le PIB, et à en connaître les principaux déterminants (prix, fréquentation, dépenses publiques) ;
  • à partir de la lecture d'indicateurs de consommation, de production et d'emploi, à comparer le poids, dans le PIB et dans l'emploi total, des activités économiques culturelles avec celui d'autres branches économiques.

Actualités :

Le poids économique direct de la culture en 2017. DEPS. Mai 2019.

Insee : Dépenses culturelles et de loisir (juillet 2019).

Quelles sont les spécificités de l'économie du spectacle vivant ?

Questionnement : Quelles sont les spécificités de l'économie du spectacle vivant ?

Objectifs d'apprentissage. L'élève apprend :

  • à connaître la diversité des domaines du spectacle vivant ;
  • à illustrer la diversité des entreprises de spectacle vivant selon leur taille (nombre de salariés), leur fonction (création, production, diffusion), leur statut (privé/public) ;
  • à comprendre que selon la loi de la « fatalité des coûts », le spectacle vivant se présente comme une activité économique spécifique (productivité du travail stagnante, faible impact du progrès technique, rendement d'échelle décroissant, degré de substituabilité travail-capital ; degré d'élasticité de la demande au prix) qui peut expliquer le soutien des pouvoirs publics ;
  • à comprendre les stratégies que les entreprises de spectacle vivant mettent en œuvre pour lutter contre la « fatalité des coûts » (notamment, accroissement de la fréquentation et/ou de la qualité de la production, recherche de gains de productivité, développement d'activités dérivées) ;
  • à savoir que la France se distingue d'autres pays par l'importance du secteur public dans la production, le financement (subvention, mécénat, fondation) et la régulation des activités du spectacle vivant (notamment, principe d'exception culturelle).

Actualités :

Les associations culturelles : état des lieux et typologie. DEPS. Août 2019.

Quels sont les objectifs et les évolutions de la politique culturelle ?

Questionnement : Quels sont les objectifs et les évolutions de la politique culturelle ?

Objectifs d'apprentissage. L'élève apprend :

  • les principaux objectifs des politiques culturelles et sait les illustrer : protection du patrimoine ; aide à la création ; démocratisation de l'accès à la culture (notamment l'éducation artistique et culturelle) ;
  • les principales évolutions de la politique culturelle depuis la seconde moitié du XXe siècle à travers ses objectifs principaux : démocratisation de la culture, démocratisation culturelle ;
  • que le bilan de la politique culturelle fait l'objet de débats sur ses effets (notamment, l'accroissement de la diversité culturelle, l'efficacité de la démocratisation).

3. Environnement professionnel du spectacle vivant

L'environnement professionnel du spectacle vivant réunit de nombreux métiers qui s'articulent étroitement les uns aux autres, notamment dans la perspective de productions artistiques de toutes natures. Si l'artiste est au centre, il ne peut faire valoir sa créativité sans un environnement professionnel associant de nombreuses compétences dans le domaine de la communication, de la production, de la gestion, de la médiation ou encore de la technique. En outre, rares sont les artistes qui n'exercent que leur métier central : ils sont souvent conduits à en exercer plusieurs parallèlement sinon à envisager, pour diverses raisons, des réorientations professionnelles au cours de leur carrière. Ce thème conduit l'élève à prendre la mesure de ces réalités.

Questionnement : Quelles sont les caractéristiques de l'environnement professionnel du spectacle vivant ?

Objectifs d'apprentissage. L'élève apprend :

  • que les métiers du spectacle vivant sont divers et relèvent de trois types d'activités : artistique, technique et administrative ;
  • que les principales spécificités des métiers du spectacle vivant sont :
  • la polyvalence (associant notamment interprétation, production, communication, médiation) ;
  • la mobilité (notamment géographique, variabilité du cadre et du temps de travail) ;
  • la pluriactivité (fait d'exercer dans différents champs d'activités, notamment : l'enseignement, l'interprétation, la recherche, la technique, la création).
  • que le numérique modifie la pratique professionnelle du spectacle vivant dans toutes ses dimensions (production, communication, diffusion) ;
  • que l'environnement professionnel du spectacle vivant s'organise autour d'une économie de projet et d'un fonctionnement en réseau ;
  • que les étapes de la réalisation d'un spectacle sont la création, la production et la diffusion ;
  • les caractéristiques du travail et de l'emploi dans le domaine du spectacle vivant (caractéristiques, évolution).

Actualités :

L'inégale insertion professionnelle des jeunes diplômés de l'enseignement supérieur Culture. DEPS. Novembre 2018.

La lente féminisation des professions culturelles. DEPS. Novembre 2016.

Tendances de l'emploi dans le spectacle. DEPS. Juin 2014.

4. Droit du spectacle vivant

Dans le domaine du spectacle vivant et plus généralement dans celui de la diffusion artistique, les questions de droit sont importantes et se posent de façon particulière. Si l'artiste doit prendre en compte ce cadre juridique et réglementaire, il peut aussi en tirer parti grâce aux organismes de gestion collective des droits d'auteurs et droits voisins qui permettent de protéger l'originalité de sa création. Quelle que soit la responsabilité occupée dans la chaîne de production ou de diffusion artistique, les règles juridiques visent à garantir un équilibre entre la liberté de création, le respect du créateur et une large diffusion publique. Ce thème, adossé à l'étude de cas concrets, permet à l'élève de prendre la mesure de cet environnement et d'acquérir des repères qui lui seront utiles, quel que soit le projet professionnel qu'il envisage.

Questionnement : Quelles sont les principales caractéristiques du droit du spectacle vivant ?

Objectifs d'apprentissage. L'élève apprend :

  • les principales spécificités de la réglementation du spectacle vivant :
  • les obligations de l'entrepreneur de spectacle (notamment, licences, normes de sécurité, assurances, accueil du public) ;
  • les caractéristiques des contrats du spectacle vivant (notamment cession de droits, enregistrement) ;
  • les différents statuts d'artistes (interprète/auteur) ;
  • les différents statuts des travailleurs du monde du spectacle vivant (salarié/indépendant) qui sont régis par le code du travail et des conventions collectives ;
  • les différents contrats de travail (contrat à durée indéterminée, contrat à durée déterminée, contrat à durée déterminée d'usage) et les régimes de protection sociale qui en découlent (notamment le régime spécifique de l'assurance chômage de l'intermittence du spectacle) ;
  • la notion de propriété intellectuelle : distinction entre les droits d'auteur et les droits voisins (interprète, éditeur, producteur) ;
  • les principaux organismes de gestion collective des droits d'auteur et droits voisins, notamment la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (SACEM), la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD), la Société de perception et de distribution des droits des artistes-interprètes (SPEDIDAM) ;
  • à connaître les impacts du développement du numérique sur les droits d'auteurs et les droits voisins.

 

Les ressources d'accompagnement d'éduscol pour cet enseignement :

Ressources du séminaire PNF « Sciences et Techniques du Théâtre, de la Musique et de la Danse » du 27 juin 2019 pour la mise en œuvre de la série S2TMD rénovée. Support d'intervention de Marc Pelletier, inspecteur général de l'éducation nationale, doyen du groupe sciences économiques et sociales sur les nouveaux programmes d'économie, droit et environnement du spectacle vivant, enseignement et évaluation.