Accès direct au contenu

 
Recherche

Accueil  >  Dossiers > Les grands dossiers

imprimer

Le concept d'identité autour des travaux de Claude Dubar

Publié le : 2 avril 2008
dubar2.jpg
Claude Dubar est professeur émérite de sociologie à l'université de Versailles Saint Quentin en Yvelines. Il a fondé le laboratoire Printemps (Professions-Institutions-Temporalités), unité mixte de recherche du CNRS.
Il a été maître de conférence de sociologie a l'Université des sciences et techniques de Lille I, détaché au CNRS et directeur du Laboratoire de sociologie du travail, de l'éducation et de l'emploi (LASTREE) de Lille, également détaché au CEREQ (ministère de l'Éducation et du Travail). Il a également été président de la Société Française de sociologie (devenue Association Française de sociologie) de 1999 à 2001. Il dirige aussi la revue Temporalités (ed. Octarès).
Ses travaux portent notamment sur les politiques et pratiques de formation continue. Il s'interroge en particulier sur le lien entre formation continue et promotion sociale [1], faces d'une même réalité, et analyse les pratiques des organismes et des publics impliqués dans la formation professionnelle. Il souligne les glissements de sens et les inflexions de l'action publique qui ont progressivement tendu à faire de la formation une obligation personnelle. Chaque salarié est responsable du maintien de son employabilité et doit s'adapter aux impératifs économiques. Claude Dubar prolonge ensuite cette réflexion [2] sur le rôle de la formation professionnelle pour les entreprises, les salariés et les chômeurs dans un contexte de mondialisation et de diffusion des technologies de l'information et de la communication. Il systématise l'analyse comparative et observe comment les différents acteurs sociaux, et notamment les jeunes [3] considèrent et utilisent les nouveaux moyens de formation rendus obligatoires par la législation.
Claude Dubar s'intéresse également à la sociologie des groupes professionnels qui occupe en France une place plus modeste qu'aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne. Ses contributions [4] sont les premières à véritablement présenter ce champ de recherche. Sa sociologie des professions retrace les grands modèles de professions qui se sont succédé en Occident et présente les principales théories sociologiques des professions qui continuent de se confronter ou de se combiner dans les travaux les plus récents. De nombreuses études empiriques menées en France des années 1960 à 2000 sont abordées autour notamment des questions de la féminisation et de l'internationalisation des groupes professionnels. L'ouvrage est un outil fondamental pour comprendre la dynamique des groupes professionnels et l'évolution des identités salariales.
Sa réflexion théorique porte ensuite sur l'analyse des entretiens biographiques [5] . A partir d'un corpus de récits d'insertion de jeunes sortis de l'école sans baccalauréat, en 1986, et rencontrés en 1994-1995, il reconstitue des « mondes professionnels » qui vont organiser quatre types de récits servant de support à des processus de construction identitaire. La méthode d'analyse des entretiens décompose les opérations permettant de passer des catégories sociales utilisées par les sujets interrogés (métier, emploi, petit boulot, embauche, place fixe, galère, contrat...) aux catégories analytiques de la théorisation sociologique.
Les thèmes de recherche abordés par l'auteur l'ont conduit à centrer son analyse sur les processus de socialisation et de construction identitaire dans l'espace professionnel [6] puisque comprendre comment se reproduisent et se transforment les identités sociales implique d'éclairer les processus de socialisation par lesquels elles se construisent et se reconstruisent tout au long de la vie. La dimension professionnelle des identités acquiert en effet une importance particulière dans un contexte de mutations du travail. Cette réflexion est prolongée dans son ouvrage récemment réédité, La crise des identités [7] qui étudie l'influence des principales transformations de nos sociétés sur l'exacerbation des questions identitaires. Ce dernier ouvrage servira de fil conducteur à ce dossier et nous remercions Claude Dubar d'avoir accepté de nous accorder un entretien pour éclairer ce complexe concept d'identité.

Ce dossier s'efforce d'apporter un éclairage sur la notion d'identité afin de guider les élèves préparant le concours des six IEP regroupés. Toutefois, la diversité des analyses et le caractère parfois contradictoire des approches de cette notion ne rend pas aisé la mise en cohérence des productions sur ce thème. Nous nous contenterons donc de présenter quelques synthèses d'ouvrages pertinents pour explorer trois thématiques : l'identité nationale, l'identité au travail et les mutations identitaires au sein de la famille.
Deux questions reviennent toutefois de manière récurrente dans les articles ou ouvrages évoqués dans ce dossier :
- L'émergence de la notion d'identité dans les sciences sociales reflète-t-elle le processus d'individualisation que l'on observe dans les sociétés contemporaines ? Et la « crise des identités » est-elle le signe d'une déstabilisation des institutions et des collectifs ?
- La notion d'identité vient-elle combler depuis les années 80 l'espace idéologique laissé vacant par le déclin de l'idéologie marxiste ?
Il n'en demeure pas moins que le concept d'identité demeure flou et mérite donc d'être utilisé avec beaucoup de précautions.

Quelques contributions de Claude Dubar

Une intervention lors d'un colloque de l'Université Louis Pasteur de Strasbourg.

"La Formation Tout au Long de la Vie, un enjeu pour un développement humain et durable des territoires."
Consulter la vidéo.

Des articles en ligne.

"L'articulation des temporalités dans la construction des identités personnelles : questions de recherche et problèmes d'interprétation", Temporalistes, n°44.

"Le pluralisme en sociologie : fondements, limites, enjeux" , Socio-logos, n°1, mars 2006.

Présentation et synthèse d'ouvrages de Claude Dubar.

La socialisation. Construction des identités sociales et culturelles, A. Colin, 3e édition, 2000.
La crise des identités, PUF, 2e édition, 2007.

L'entretien avec Claude Dubar

Ecouter l'entretien


Télécharger : SES/rmtomp4/m4a/dubar/interview_31-03-2008.m4a



Télecharger l'enregistrement.

Lire une synthèse de l'entretien.

Les questions et réponses en bref.

Sur le concept d'identité

L'émergence du concept d'identité dans les sciences humaines et sociales

Alfred Grosser dans un article du Monde (28 janvier 1994), « Les identités abusives »... « Peu de mots sont autant galvaudés ces temps-ci que celui d'identité ». En dix ans, l'identité est devenue un concept majeur des sciences humaines et sociales. Comment expliquer ce cheminement ?
La notion d'identité remonte aux origines de la pensée, puisque les philosophes présocratiques, tels Parménide ou Héraclite, se sont posés la question du lien entre changement et identité qui reste prégnant dans les sciences sociales. Lire la suite.

Essai de précision d'un concept paradoxal

Nous pouvons retenir avec Claude Dubar dans La crise des Identités, deux grands types de position pour appréhender la définition des identités depuis les origines de la pensée philosophique : une position essentialiste et une position existentialiste ou nominaliste. Lire la suite.

Sur l'identité nationale

Quelques synthèses d'ouvrages sur ce thème

G. Noiriel, À quoi sert "l'identité nationale" ?, Marseille, éditions Agone, collection "Passé & présent", 2007. Lire la présentation de "la vie des Idées". [PDF - 128 Ko]
G. Noiriel (dir.), L'Identification, genèse d'un travail d'État, Paris, Belin, 2007. Lire la présentation de "la vie des Idées". [PDF - 56 Ko]
N. Rouvière, Astérix ou la parodie des identités. Flammarion, coll. "Champs", 2007. Lire la présentation de "la vie des Idées". [PDF - 137 Ko]
P. Weil, Liberté, égalité, discriminations : "L'identité nationale" au regard de l'histoire, Paris, Grasset, 2008. Lire la présentation de "nonfiction".

Religion, politique et crise des identités symboliques : l'analyse de Claude Dubar

Une présentation du Chapitre 4 de la crise des identités.

Une sélection d'articles et de synthèses d'articles sur le thème de l'identité nationale

La nation : une communauté culturelle et politique construite.

Les pays européens ont construit au XIXe siècle une «identité nationale» selon des modalités comparables en attribuant notamment un rôle particulier à l'enseignement de l'histoire. Pourtant, les conflits de la première moitié du XXe siècle se sont traduits par une longue éclipse de la référence à la nation, au profit de valeurs supranationales (internationalisme marxiste notamment) ou d'affirmation d'identités régionales. Le thème de la nation revient néanmoins avec force dès les années 1980 et la notion d'identité nationale redevient un thème clef du débat politique, après avoir, dès la fin du XIXe siècle, participé à structurer le clivage gauche / droite.  

La construction de l'identité nationale
.
Une remobilisation récente du concept d'identité nationale.
La question nationale contre la question sociale : pour une lecture du clivage droite / gauche en France.

Le modèle d'intégration républicaine en question.

La référence à l'universalisme du modèle républicain est au fondement de la culture politique française. L'Etat a participé à la construction d'une identité fondée sur l'égalité des individus émancipés de déterminants tels que l'origine, le sexe, la race ou encore la religion. La nation, «une et indivisible» est ainsi constituée de citoyens unis par des valeurs partagées. Ce modèle d'intégration se heurte très vite à un certain nombre de difficultés et, sous l'impulsion du droit communautaire, se voit aujourd'hui soumis à l'impératif de prendre en compte les discriminations dont font l'objet certains citoyens.  

Quelques éléments d'analyse.

Pour approfondir:

Gérard Noiriel, "Petite histoire de l'intégration à la française"Le Monde Diplomatique, Janvier 2002.
Streiff-Fénart Jocelyne, "Modèle républicain et discriminations ethniques : un dilemme français", Faire savoirs, n°1, mars 2002.

L'idéologie de l'identité nationale ou ethnique : une stratégie politique ?

La construction d'identités nationales ou ethniques présente souvent un intérêt politique. Une compétition électorale vive a ainsi contribué à faire émerger le concept «d'ivoirité» en Côte-d'Ivoire, tandis que la nécessité de mettre en place une élite comme relai du pouvoir colonial a participé à l'«ethnicisation» du Rwanda. Deux exemples parmi d'autres pour retracer le processus de construction identitaire et ses enjeux.

Laurent Bazin, "L'idéologie de l'identité nationale, un facteur de désagrégation de la société. Eclairages à partir de la Cote d'Ivoire" in Savoir/agir, n°2, décembre 2007.
L'ethnicisation d'un conflit : Rwanda un conflit ethnique sans ethnie. Quelques pistes d'analyse.

Mouvements sociaux et identités collectives.

Manuel Castells observe l'émergence de mouvements sociaux qui résultent de l'interaction entre la mondialisation (qu'impulse la technologie), le pouvoir de l'identité (sexuelle religieuse, nationale, ethnique, territoriale, sociobiologique) et l'Etat (avec ses institutions).
Dans ce contexte, l'identité des acteurs sociaux est un processus de construction du sens à partir d'un ou plusieurs d'attributs culturels et selon trois idéaux-types : les identités légitimantes, les identités résistances et les identités projets. Les transformations en jeu viennent bousculer la légitimité des Etats-Nation.

Manuel Castells, Le pouvoir de l'identité, Fayard, 1999.

De l'identité européenne.

Les identités nationales reflètent des récits et des «imaginaires» dont l'objet est de rapprocher les individus en leur offrant la possibilité de se définir par rapport à un groupe. La construction d'une identité européenne passe également par des récits mais qui restent largement adaptés aux divers cadres nationaux. En outre, la constitution d'une potentielle identité européenne, difficile à mesurer, passerait largement par un attachement volontaire à des valeurs ou à principes éthico-juridiques universels (liberté, solidarité, pluralisme, tolérance) particulièrement dissociés de l'ordre culturel.

Sophie Duchesne, "Quelle identité européenne ?", Cahiers Français, n°342, janvier-février 2008.
Jan-Werner Müller, Constitutional Patriotism, Princeton et Oxford, Princeton University Press, 2007. Une analyse de "la vie des Idées".
Voir aussi le dossier de nonfiction.fr sur l'identité et les valeurs de l'Europe.

Sur l'identité au travail

La crise des identités professionnelles : l'analyse de Claude Dubar

Une synthèse du chapitre 3.

Des synthèses d'ouvrages et d'articles de référence sur ce thème

Eric Roussel, Vies de cadres. Vers un nouveau rapport au travail, Presses universitaires de Rennes, coll. "Le sens social", 2007.

Paugam Serge, Le salarié de la précarité, PUF, collection "Quadrige", 2007.


Voir le dossier de SES-ENS sur "La sociologie du travail autour de Michel Lallement": l'ouvrage de M. Lallement sur le travail revient sur la question de l'identité. Cette notion est également longuement évoquée dans une question de l'entretien qu'il nous a accordé.

Télécharger : SES/rmtomp4/m4a/lallement/question6.m4a


Famille et mutations identitaires.

Des synthèses d'ouvrages et d'articles de référence sur ce thème

Voir tout d'abord le dossier de SES-ENS sur "La sociologie de la famille autour de Jean-Hugues Déchaux". A travers l'ouvrage de Jean-Hugues Déchaux, les principaux bouleversements de la famille sont analysés et notamment la progression de "l'individualisme moral", concept clef pour aborder les mutations identitaires qui affectent les membres de la famille.
Voir aussi le dossier de SES-ENS sur "Muriel Darmon et le concept de socialisation" pour comprendre les mécanismes complexes de la socialisation qui participent à la construction des identités individuelles.

François de Singly (dir.) L'injustice ménagère. Armand Colin, 2007.
Jean-Claude Kaufmann. L'invention de soi. Une théorie de l'identité, Armand Colin, 2004. Edition de poche : Hachette-Pluriel, 2005. Présentation et sommaire de l'ouvrage.
Séminaire de sociologie des migrations et des relations interethniques. Jean-Claude Kaufmann : "L'invention de soi - Une théorie de l'identité".
Emission radio avec Jean-Claude Kaufmann sur Canal Académie : "Qu'est-ce que l'identité ?".


Stéphanie Fraisse-D'Olimpio pour SES-ENS.


Bibliographie de Claude Dubar :

[1] C.Dubar, C.Gadéa (dir.), La promotion sociale en France, PU du Septentrion, 1999.
[2] C.Dubar, La formation professionnelle continue, La Découverte, Repères, 5e édition, 2004.
[3] C.Dubar, L'autre jeunesse. Des jeunes sans diplômes dans un dispositif de socialisation. PU du Septentrion, 1997.
[4] C.Dubar, F.Tripier, Sociologie des professions, A.Colin, 2e édition, 2005.
C.Dubar, Y.Lucas, Génèse et dynamique des groupes professionnels. PU du Septentrion, 1998.
[5] C.Dubar, Faire de la sociologie- Un parcours d'enquêtes. Belin, 2006.
C.Dubar, D.Demazière, Analyser les entretiens biographiques - L'exemple des récits d'insertion, 2e édition, Presses de l'Université Laval, 2004.
[6] C.Dubar, La socialisation. Construction des identités sociales et culturelles, A.Colin, 3e édition, 2000.
[7] C.Dubar, La crise des identités- L'interprétation d'une mutation. 2e édition. PUF.2007.

haut de la page

 
 
mise à jour le 18 juin 2012
Portail des Sciences Economiques et Sociales - DGESCO
15, parvis René Descartes BP 7000 69342 Lyon cedex 07 FRANCE