Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / How was life ? Global Well-being since 1820

How was life ? Global Well-being since 1820

Publié le 07/10/2014
Cette page présente le Rapport de l'OCDE "Comment vivait-on?" (édition 2014) et ses principaux résultats. En rassemblant des données sur le bien-être matériel, mais aussi sur l'espérance de vie, l'éducation, l'environnement ou encore les inégalités, l'OCDE se penche une nouvelle fois sur le bien-être, mais cette fois dans une perspective historique, grâce à l'exploitation inédite de données rétrospectives à long terme. Ce travail est le fruit d'une collaboration entre l'OCDE et le projet international "clio-infra" qui réunit des chercheurs en histoire de l'économie dans le but de constituer une vaste base de données historiques sur l'économie mondiale depuis 1500.

Comment vivait-on en 1820 et quelle évolution les conditions de vie ont-elles suivi depuis ? Un nouveau rapport de l'OCDE sorti le 2 octobre 2014 How Was Life ? Global Well-being since 1820 (Comment vivait-on ? Le bien-être à l'échelle mondiale depuis 1820) retrace les tendances de long terme de l'évolution du bien-être pour 25 pays, 8 régions du monde, et le monde entier, en rassemblant des données sur le bien-être matériel, mais aussi sur l'espérance de vie, l'éducation, l'environnement ou encore les inégalités. Après How's life ? (Comment va la vie ? Mesurer le bien-être) qui propose une approche multi-dimentionnelle du bien-être, l'OCDE se penche une nouvelle fois sur le bien-être mais cette fois dans une perspective historique, grâce à l'exploitation inédite de données rétrospectives à long terme. Ce travail est le fruit d'une collaboration entre l'OCDE et le projet international "clio-infra" qui réunit des chercheurs en histoire de l'économie dans le but de constituer une vaste base de données historiques sur l'économie mondiale depuis 1500.

Les auteurs du rapport ont examiné 10 dimensions individuelles du bien-être, et leur évolution dans le temps. Ils les ont ensuite regroupées en un nouvel indicateur composite. Ces dimensions du bien-être sont :

- le PIB par habitant
- les salaires réels des travailleurs non qualifiés
- les inégalités de revenus (répartition des revenus des ménages avant impôts, mesurée par le coefficient de Gini)
- le niveau d'éducation (taux d'alphabétisation et taux de scolarisation)
- l'espérance de vie et la taille (choisie comme indicateur représentatif de l'état de santé et de la qualité de la nutrition)
- les homicides et l'exposition aux conflits, comme indicateurs de la sécurité personnelle
- les institutions politiques et la démocratie (régime politique, compétition et participation électorale)
- la qualité de l'environnement (biodiversité et qualité de l'air)
- les inégalités hommes-femmes (en matière d'état de santé, de statut socioéconomique et de droits politiques).

Le rapport présente examine les sources de ces 10 dimensions du bien-être et leurs limites, dresse un aperçu des tendances, et indique comment ces données pourraient être améliorées dans le futur. L'ouvrage contient une analyse critique de l'état actuel des connaissances sur les évolutions à long terme du bien-être mondial au cours des deux derniers siècles.

Principaux résultats

Le rapport How Was Life ? présente l'évolution historique des 10 dimensions différentes du bien-être sur 200 ans, en cherchant systématiquement à éclairer le lien entre le PIB par habitant et les autres dimensions clés du bien-être.

Il ressort, de manière générale, que le bien-être s'est amélioré depuis le début du 20e siècle dans une grande partie des pays du monde, à l'exception peut-être de l'Afrique subsaharienne. Les progressions les plus marquées de l'indicateur composite de bien-être ont été enregistrées en Europe de l'Ouest, en Amérique du Nord, en Australie, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les inégalités entre les pays ont diminué sur le long terme, de manière plus marquée sur le plan du bien-être que du PIB par habitant depuis les années 1970.

Le niveau d'éducation est fortement corrélé (positivement) avec le PIB par habitant. En 1820, moins de 20% de la population mondiale savait lire et écrire. Le taux d'alphabétisation s'est envolé après 1945, pour atteindre 80% environ en 2000. L'état de santé de la population est aussi lié au niveau de richesse des pays. Alors qu'elle s'élevait à moins de 30 ans en 1880, l'espérance de vie dans le monde atteignait près de 70 ans en 2000. Mais le lien avec le PIB par habitant s'est modifié au cours de la période. Les progrès de la connaissance et de la médecine ont permis d'allonger l'espérance de vie dans le monde entier, même lorsque le PIB stagnait, donc indépendamment de la croissance des richesses.

La corrélation statistique avec le PIB par habitant est beaucoup moins prononcée pour les autres dimensions du bien-être comme la sécurité personnelle. Aux États-Unis, le taux d'homicide est resté relativement élevé tout au long des 200 dernières années, alors qu'il est bas dans beaucoup de pays d'Asie. De grandes parties d'Amérique latine et d'Afrique sont des zones sensibles pour ce qui est des crimes violents, au même titre que l'ex-Union soviétique. Les institutions politiques se sont grandement améliorées dans le monde entier au cours du siècle dernier, mais ce processus ne s'est pas accompli de manière progressive et s'est parfois accompagné de revirements brutaux dans le domaine des droits politiques.

On observe clairement une corrélation négative entre le PIB par habitant et la qualité de l'environnement : déclin de la biodiversité dans l'ensemble des régions et à l'échelle mondiale ; forte hausse des émissions de CO2 par habitant à partir des années 1950 ; augmentation des émissions de SO2 parallèlement à l'essor de la production industrielle suivie cependant d'un recul à la fin du siècle dernier grâce à l'apparition de technologies plus propres.

Les inégalités de revenus n'ont pas suivi de tendance régulière à la baisse. Elles ont par exemple suivi une courbe en U en Europe (baisse depuis la fin du 19e siècle puis creusement après 1980). Dans d'autres régions du monde comme la Chine, les inégalités de revenus enregistrent aussi une hausse récente. La corrélation entre inégalités de revenus et PIB par habitant était généralement positive de 1820 à 1910 (les pays les plus riches étaient les moins inégaux), mais cette corrélation est devenue globalement négative après la seconde guerre mondiale

Des progrès importants ont été accomplis ces 60 dernières années dans de nombreux pays sur le plan de l'égalité hommes-femmes. Néanmoins, des écarts importants subsistent entre certaines régions. Les progrès les plus notables ont été enregistrés en Europe de l'Ouest et en Amérique du Nord, même si aucun pays n'est encore parvenu à instaurer une égalité totale entre les sexes. Les régions du monde les moins bien classées pour la parité sont le Moyen-Orient, l'Afrique du Nord et l'Asie du Sud Est (en raison des ratios filles/garçons asymétriques à la naissance).


Les ressources disponibles

  • Comparez les indicateurs du bien-être à travers le temps avec un graphique dynamique permettant de visualiser l'évolution des différentes dimensions du bien-être pour chaque pays : outil "Comment vivait-on ? en…".