Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / Les classes sociales face à l'impôt

Les classes sociales face à l'impôt

Publié le 05/12/2018
Auteur(s) : Alexis Spire
Alexis Spire, directeur de recherche CNRS, a présenté son dernier ouvrage "Résistances à l'impôt. Attachement à l'État", lors d'une conférence à l'ENS de Lyon. Fruit d'une enquête sociologique, ce livre met en évidence les paradoxes du rapport des Français à l'impôt et la place qu'a pris la question fiscale dans le débat public et les mobilisations, notamment parmi les catégories populaires. Une enquête éclairante et inédite, qui apportera des clés de compréhension à l'actuel mouvement des "gilets jaunes".

Alexis Spire est directeur de recherche CNRS à l'Iris (Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, EHESS/CNRS/Inserm/Paris 13). Spécialiste des transformations de l'Etat et de la sociologie des inégalités, il a longtemps travaillé sur la production des politiques d'immigration. Depuis plusieurs années, ses recherches portent également sur la sociologie historique de l'impôt, les inégalités face à l'impôt et le rapport à l'impôt et aux institutions étatiques des différentes catégories sociales. Il a publié plusieurs ouvrages sur ce thème : Histoire sociale de l'impôt (avec Nicolas Delalande, La Découverte, 2010), Faibles et puissants face à l'impôt (Raisons d'agir, 2012), L'Impunité fiscale. Quand l'État brade sa souveraineté (avec Katia Weidenfeld, La Découverte, 2015) et en septembre 2018 Résistances à l'impôt, attachement à l'Etat. Enquête sur les contribuables français aux éditions du Seuil. Alexis Spire a par ailleurs travaillé sur les catégories statistiques (en particulier les catégories socioprofessionnelles) et il a étudié récemment, avec Cédric Hugrée et Étienne Penissat, les inégalités à l'échelle européenne dans Les Classes sociales en Europe. Tableau des nouvelles inégalités sur le Vieux Continent (Agone, 2017) (Voir l'entretien avec Cédric Hugrée autour de l'analyse des classes sociales en Europe sur SES-ENS).

couverture du livre Résistances à l'impôt. Attachement à l'État

L'ouvrage Résistances à l'impôt. Attachement à l'État présente les résultats d'une enquête sociologique réalisée en 2016 et 2017 sur le rapport à l'impôt et à l'Etat des différentes catégories sociales en France [1]. Le livre analyse la place de la question fiscale dans le débat public et les fractures de la société française autour des pratiques et des représentations de l'impôt. Il met en évidence les différentes formes – plus ou moins visibles – et les causes de la contestation sociale de l'impôt, qui connait un regain depuis quelques années, et pas seulement en France.

L'enquête révèle que le sentiment d'injustice fiscale est beaucoup plus répandu parmi celles et ceux qui se trouvent en bas de l'échelle sociale, les salariés «subalternes», et, de manière moins surprenante, chez les petits indépendants. C'est ce même sentiment d'injustice sociale qui éclate au grand jour aujourd'hui avec le mouvement des «gilets jaunes». Ainsi, «contre toute attente, ce sont les ménages bénéficiaires des politiques sociales qui se montrent les plus critiques à l'égard des prélèvements. À l'inverse, l'adhésion au système fiscal est d'autant plus fièrement revendiquée par les membres des classes supérieures qu'ils peuvent en apprivoiser les règles». C'est un des paradoxes explorés par Alexis Spire dans le livre, qui montre que la défiance à l'égard du système fiscal s'explique par la position sociale, plutôt que par la richesse économique ou le clivage droite/gauche, et se renforce avec l'appartenance territoriale et l'éloignement social et géographique à l'État.

Le livre défend aussi l'idée que «la résistance à l'impôt peut tout à fait coexister avec l'attachement à l'État, voire la revendication d'un meilleur service public». Malgré le «ral-le-bol» fiscal, les contribuables sont particulièrement attachés aux services publics, en particulier au rôle de protection sociale de l'État et à l'éducation nationale. Mais, pour le sociologue, l'invisibilité de l'usage de l'argent public est un frein à l'acceptation de l'impôt, qui reste pourtant en France un levier essentiel de redistribution et de réduction des inégalités.

Lire un extrait du livre sur le site de l'éditeur.

Alexis Spire : Présentation de l'ouvrage "Résistances à l'impôt. Attachement à l'État"

Conférence enregistrée le 22 novembre 2018 à l'ENS de Lyon. La rencontre était organisée par l'Association Les amis de Veblen, en collaboration avec la Régionale de l'APSES et le site SES-ENS.

Visionner la présentation d'Alexis Spire

Photo d'Alexis Spire pendant la conférence

 

Télécharger le diaporama complet associé à la conférence.

Deux graphiques extraits de ce diaporama, facilement utilisables en classe :

- Les représentations du niveau de l'impôt selon la position de classe et selon la zone de résidence.

- Les appréciations sur le caractère juste des différents prélèvements en fonction de la position sociale.

Réponses aux questions du public

conference_alexis_spire_partie2

conference_alexis_spire_partie2  
Question 1 : Baisser les taxes vs imposer davantage les plus aisés 00:00:07
Question 2 : Une forme d'empathie des classes populaires vis-à-vis des riches ? 00:08:35
Question 3 : La composante territoriale du rapport à l'impôt 00:12:35
Question 4 : Le rôle joué par les médias dans la perception de l'impôt 00:18:43
Question 5 : L'effet du prélèvement à la source sur la perception et l'acceptation de l'impôt 00:24:10
Question 6 : L'impôt comme seul instrument d'action ? Un double discours des classes supérieures sur l'impôt ? 00:27:51
Question 7 : L'opinion des enquêtés sur la fraude fiscale 00:36:54

Pour aller plus loin

Alexis Spire, "Aux sources de la colère contre l'impôt. Les classes populaires et l'injustice sociale", Le Monde diplomatique, n°777, décembre 2018.

A écouter : "Que consent-on vraiment à l'impôt ?", La suite dans les idées, France Culture, 8 septembre 2018 (invités Alexis Spire et François Bégaudeau).

Arthur Jatteau, "Pourquoi les pauvres n'aiment pas les impôts, et pourquoi les riches s'en accommodent fort bien". À propos de : Alexis Spire, Résistances à l'impôt, attachement à l'État. Enquête sur les contribuables français, Paris, Seuil, 2018. Lectures, Note critique, novembre 2018.

Les classes populaires périurbaines et le vote FN, SES-ENS, 28 juin 2018.

Note

[1] Alexis Spire a réalisé en février 2017 une enquête statistique par questionnaire auprès d'un échantillon de 2676 personnes âgées de 18 à 75 ans qui ont été interrogées sur les contacts, les échanges et les représentations qu'elles entretiennent à l'égard de plusieurs institutions étatiques (services fiscaux, école publique, police, justice). Il s'est par ailleurs appuyé sur une enquête qualitative par observations et par entretiens auprès de contribuables rencontrés aux guichets d'administrations publiques en région parisienne, dans le Nord et en Seine-Maritime. D'autres entretiens ont été réalisés en 2016 dans le Finistère avec des acteurs de la mobilisation de 2013 contre l'écotaxe (le mouvement des «bonnets rouges»).