Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / L'économie expérimentale, une discipline en plein essor

L'économie expérimentale, une discipline en plein essor

Publié le 17/03/2006
Auteur(s) : Jean-Louis Ruillère
Olivia Ferrand
L'économie expérimentale constitue un champ disciplinaire aujourd'hui en plein essor, à en juger par la progression du nombre de publications qui lui sont consacrées. Or cet aspect de la recherche en économie a l'intérêt d'ébranler un certain nombre d'idées reçues sur cette discipline. Pour découvrir la démarche de l'économie expérimentale et les travaux pionniers dans ce domaine, nous vous proposons sur cette question trois articles de Jean-Louis Rullière, professeur d'économie, spécialiste en économie comportementale et expérimentale.

Introduction

L'économie expérimentale constitue un champ disciplinaire aujourd'hui en plein essor, à en juger par la progression du nombre de publications qui lui sont consacrées. Or cet aspect de la recherche en économie a l'intérêt d'ébranler un certain nombre d'idées reçues. 

Tout d'abord, l'intitulé même de ce programme de recherche, qui fait appel à la notion d'expérimentation, remet en question - de façon peut-être problématique - la spécificité des sciences sociales. "Espace non-poppérien du raisonnement naturel", celles-ci opposeraient une démarche interprétative, comparatiste à l'approche expérimentale des sciences de la nature. Or ici c'est précisément la perspective de la réfutation qui est ouverte.

Deuxième idée reçue : l'économie en général - et la microéconomie en particulier ! - serait dominée par un réductionnisme qui rabat l'interprétation des conduites individuelles vers un utilitarisme froid et égoïste. Or l'expérimentation - comme le montre l'exemple développé dans le premier article cité ci-dessous - fait au contraire émerger un individu ni complètement égoïste ni complètement altruiste, et en tout cas plus enclin que ne le prévoyait la théorie standard à financer un bien public.

Troisième idée reçue : on aurait d'un côté le modèle abstrait de l'équilibre général, tandis que de l'autre une démarche empirique, à la croisée de l'histoire et de la sociologie, s'efforcerait de montrer que le marché est une institution, qui ne fonctionne que selon des règles codifiées, et suppose certaines relations entre les participants. Nouvelle surprise : les expériences menées par Vernon L. Smith visent précisément à démontrer que seul un système de règles d'échange bien précis permet de faire émerger un équilibre de marché...

Enfin, l'intérêt pédagogique de cette approche n'échappera pas aux enseignants qui pourront puiser, dans un catalogue d'expériences souvent assez simples à mettre en oeuvre, matière à rendre un peu plus concrète l'introduction aux mécanismes du marché en classe de première.

Les articles de Jean-Louis Rullière

Nous vous proposons sur cette question un certain nombre d'articles de Jean-Louis Rullière, Professeur d'économie, Directeur du Groupe d'Analyse et de Théorie Economique (GATE/CNRS - Université Lyon 2 - Ecole Normale Supérieure Lyon LSH), que nous remercions ici de nous avoir autorisé à les utiliser.

• Pour découvrir la démarche à travers un texte simple et court, un article tiré d'Isotopes, revue de vulgarisation des laboratoires du pôle scientifique lyonnais : Les économistes se prennent au jeu (Isotopes n°31, mars 2005).

• Une présentation plus complète dans l'article suivant, publié dans la Lettre du département des Sciences de l'Homme et de la Société du CNRS : L'économie et la finance, science expérimentale.

• Pour découvrir les travaux de Vernon L. Smith, prix Nobel d'économie en 2002 : D'Adam Smith à Vernon L. Smith. La main invisible observée travers les comportements expérimentaux. (Revue d'Economie Politique, n°3, mai-juin 2003).

• Pour compléter ces lectures, on pourra se référer à l'ouvrage de Nicolas Eber et Marc Willinger : L'économie expérimentale, La Découverte, coll. Repères, 2005.

Mots-clés associés :