Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Ressources / Grands dossiers / La pensée économique / J. M. Keynes et la macroéconomie

J. M. Keynes et la macroéconomie

Publié le 15/02/2018
Auteur(s) : Jean-Pierre Potier
Le neuvième chapitre du feuilleton de l'histoire de la pensée économique, rédigé par Jean-Pierre Potier, est consacré à John Maynard Keynes et à la naissance de la macroéconomie. Il vise principalement à présenter le cadre analytique et les concepts de la grande oeuvre théorique de Keynes, la "Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt de la monnaie", qui eut une influence considérable sur les développements de la macroéconomie et les politiques économiques dans l'après-guerre.

Introduction

John Maynard Keynes est souvent considéré comme le plus grand économiste du XXème siècle et l'importance de son œuvre justifie un thème spécifique, portant sur la naissance de la macroéconomie. Cependant, il serait exagéré de faire de Keynes l'«inventeur» de celle-ci. En effet, la macroéconomie en tant que champ de recherche autonome naît durant les années 1920 et 1930, c'est-à-dire dans les années de «haute théorie», à travers des développements sur la théorie du cycle et de l'économie monétaire, dans plusieurs pays européens. Dans ce mouvement, aux côtés de Keynes, quelques jeunes figures émergent, notamment le polonais Michal Kalecki (1899-1970), le norvégien Ragnar Frisch (1895-1973), le néerlandais Jan Tinbergen (1903-1994). Ragnar Frisch introduit la distinction entre micro et macroéconomie, statique et dynamique, variables endogènes et exogènes. La Société d'économétrie est fondée en 1930 aux États-Unis. On cherche à construire des modèles testables empiriquement permettant d'expliquer les cycles économiques. C'est ce que réalise Jan Tinbergen dans son ouvrage Statistical Testing of Business Cycle Theories (1939), rédigé à la demande de la Société des Nations. John Maynard Keynes montre son hostilité vis-à-vis de l'économétrie, comme en témoigne sa réaction virulente au livre de Tinbergen, publiées dans l'Economic Journal ; il reproche à l'auteur d'oublier les facteurs non quantifiables, politiques, sociaux et psychologiques et aussi de postuler que l'état futur de l'économie peut être calculé comme résultante de statistiques du passé.

Nous mettrons l'accent dans ces pages sur quelques idées essentielles développées dans et autour de la Théorie générale de l'emploi, de l'intérêt et de la monnaie (1936) de Keynes. Cet ouvrage marque, en effet, un tournant majeur dans la pensée économique, offrant un nouveau cadre analytique et des concepts nouveaux. On a pu parler à ce propos de «révolution keynésienne». L'auteur lui-même était conscient de la révolution intellectuelle qu'il allait susciter dans la pensée économique. Ainsi, dans une lettre à Bernard Shaw du 1er janvier 1935, il affirme : «je pense être en train d'écrire un livre sur la théorie économique qui révolutionnera grandement – probablement pas tout de suite mais au cours des dix prochaines années – la façon dont le monde pense les problèmes économiques» (lettre citée par G. Dostaler, 2005, p.351).

Tant sur le plan de la théorie que sur le plan de la politique économique, l'influence internationale de Keynes se fera sentir de l'après-guerre jusqu'au milieu des années 1970 et elle connaîtra même un regain d'intérêt dans le contexte de la crise financière internationale de 2007-2008.

 

L'auteur

 

Les grands thèmes

 

La bibliographie de l'article se trouve à la fin de la partie "Les grands thèmes".

Jean-Pierre Potier, Professeur émérite de sciences économiques à l'Université Lumière Lyon-2 et chercheur au laboratoire Triangle – Pôle «Économie : histoire, institutions, société» (Axe «Histoire de la Pensée»).

Mots-clés associés : ,