Aller au contenu. | Aller à la navigation

Outils personnels

Navigation
Vous êtes ici : Accueil / Articles / La question urbaine autour de Jacques Donzelot

La question urbaine autour de Jacques Donzelot

Publié le 21/01/2009
Auteur(s) : Jacques Donzelot
Stephanie Fraisse-D'Olimpio
Les recherches de Jacques Donzelot portent aujourd'hui spécifiquement sur la politique de la ville. Son dernier ouvrage, Quand la ville se défait, présente une analyse des causes ayant conduit à la relégation des plus démunis dans les « cités » mais interroge surtout les raisons de l'échec de la politique de la ville qui n'est pas parvenue à transformer cette situation. La comparaison avec des expériences étrangères et notamment américaine vient utilement enrichir son observation et remet en cause un certain nombre de représentations tant sur les vertus d'une politique de mixité sociale à la française que sur l'absence de politique volontariste de la ville aux Etats-Unis. L'auteur propose alors de s'inspirer des politiques de la ville favorisant la mobilité sociale de tous dans la ville plutôt que la mixité sur place et transformant les lieux de façon à accroitre la « capacité de pouvoir » des individus dans leur vie. Il préconise non plus une politique « de » la ville mais une politique « pour » la ville.

A propos de Jacques Donzelot

Jacques Donzelot est Maître de Conférences en Science Politique à l'UFR de Sciences Juridiques Administratives et Politiques de l'Université de Paris X Nanterre.

Directeur du CEDOV (Centre d'Etudes, d'Observation et de Documentation sur les Villes) depuis 1991 et directeur du CEPS (Centre d'Etudes des Politiques Sociales) depuis 1984, il est reconnu comme l'un des meilleurs spécialistes des questions urbaines. Il assure ainsi la fonction de conseiller scientifique au PUCA (Plan Urbanisme Construction et Architecture) au centre de recherches du ministère de l'Equipement. De 1990 à 1993, il a été évaluateur de la politique de la ville.

Membre du Comité de Rédaction de la revue Esprit depuis 1984, il dirige aussi depuis Janvier 2008, la collection « La ville en débat » au PUF.

Ses recherches explorent la question sociale et urbaine. Dans son premier ouvrage [1] paru en 1977, Jacques Donzelot s'interroge sur l'évolution du rôle de la famille dans la reproduction de l'ordre établi. Il observe comment progressivement, dès le milieu du XVIIIe siècle et en particulier au XIXe siècle, la puissance publique va contribuer à « policer » la famille et finalement à « gérer » les populations à travers notamment le paternalisme des entreprises, la moralisation par l'épargne, l'hygiénisation par la médecine...autant de pratiques qui vont conduire à « l'invention du social » [2]. Cette fabrication du secteur social conduira au XXe siècle à établir un nouveau rapport famille-société qui deviendra un instrument de régulation indispensable pour rendre gouvernable les sociétés qui ont opté pour le système démocratique. Le social, « en tant que registre intermédiaire entre le civil et le politique » contribue « à réduire les passions politiques ».

Jacques Donzelot étudie ensuite le déplacement de la question sociale au tournant des années 80 lorsque le phénomène d'exclusion sociale tend à rendre moins prégnants les conflits de classe [3] et révèle la faillite des institutions classiques d'intégration. Les émeutes de jeunes de quartiers périphériques illustrent déjà les échecs des politiques de logement social, de l'école, de la police et de la justice. L'Etat-providence adopte dès lors une logique plus contractuelle de gestion du social en mobilisant les collectivités locales, l'administration et les associations. La « politique de la ville » sort progressivement du stade expérimental et s'efforce d'apporter une réponse à la crise du modèle républicain d'intégration [4].

Les recherches de Jacques Donzelot portent aujourd'hui spécifiquement sur la politique de la ville. Son dernier ouvrage, Quand la ville se défait [5], présente une analyse des causes ayant conduit à la relégation des plus démunis dans les « cités » mais interroge surtout les raisons de l'échec de la politique de la ville qui n'est pas parvenue à transformer cette situation. La comparaison avec des expériences étrangères et notamment américaine [6] vient utilement enrichir son observation et remet en cause un certain nombre de représentations tant sur les vertus d'une politique de mixité sociale à la française que sur l'absence de politique volontariste de la ville aux Etats-Unis. L'auteur propose alors de s'inspirer des politiques de la ville favorisant la mobilité sociale de tous dans la ville plutôt que la mixité sur place et transformant les lieux de façon à accroitre la « capacité de pouvoir » des individus dans leur vie. Il préconise non plus une politique « de » la ville mais une politique « pour » la ville.

Nous remercions Jacques Donzelot d'avoir accepté de répondre à nos questions afin d'éclairer les principaux enjeux de la question urbaine.

Nous retiendrons trois axes de réflexion sur la ville à la fois distincts dans leurs problématiques mais liés dans leurs interactions : la politique de la ville, la question des banlieues et la réorganisation de l'espace et notamment phénomène de gentrification.

L'entretien avec Jacques Donzelot

L'entretien et la présentation de l'ouvrage

Lire l'intégralité de l'entretien.

Lire la synthèse générale de l'ouvrage.

Quelques articles de l'auteur

« Démocratie et participation : l'exemple de la rénovation urbaine. » Avec Renaud Epstein.Dossier « Forces et faiblesses de la participation », in Esprit, no326, 2006, pp.5-34.

« La ville à trois vitesses », in Esprit, Mars-Avril 2004.

Des ouvrages portant sur les principaux enjeux de la politique de la ville

Les principaux enjeux des politiques de la ville autour de J.Donzelot

Selon Jacques Donzelot, l'émergence de la « question urbaine » reflète bien sûr l'échec de la politique des grands ensembles menée au cours des Trente Glorieuses qui se traduit par la relégation de zones périphériques des grandes villes. Elle caractérise aussi plus largement les différentes tendances à la séparation qui « défont » aujourd'hui la ville. Face à cette question urbaine, la politique de la ville s'efforce depuis les trente dernières années d'apporter un certains nombres de réponses qui ont variées au cours du temps dans leur philosophie et leurs modalités. Au début, son cadre d'intervention se trouvait limité aux zones défavorisées puis, même si les quartiers en questions restèrent l'objectif principal de l'action, la politique de la ville s'élargit progressivement à l'agglomération toute entière. En outre, le contenu de l'action initialement axé sur les « gens » se déplace progressivement vers les « lieux » donc vers des opérations de démolition et de reconstruction. En effet, les « politiques de développement social urbain » menées dans les années 80 cherchent tout d'abord à donner aux habitants du pouvoir pour agir sur leur environnement et s'y épanouir. Mais dès le début des années 90, « la stratégie de discrimination positive territoriale » rompt avec les programmes de soutien à la vie associative et avec l'idée que ces quartiers auraient une richesse propre qu'il suffirait de développer. Le postulat est désormais que ces zones souffrent d'un déficit de qualité des services et d'offres d'emplois qu'il faut compenser par un supplément de moyens. Enfin, même si l'idée de réhabilitation des quartiers est contenue dans les orientations des politiques de la ville depuis leur origine, on observe à la fin des années 90 une multiplication des projets de « rénovation urbaine » cherchant à changer la physionomie des quartiers. La philosophie sous-jacente à l'ensemble de ces actions est celle de la « mixité sociale » qui apparaît comme la condition de la résolution de toutes les difficultés que connaissent les cités : maintenir ou attirer à nouveau les classes moyennes.

Ce souci de mixité au service de la cohésion sociale et de la lutte contre la ségrégation prend de plus en plus d'importance dans l'approche de l'espace urbain même si J.Donzelot rappelle utilement que cette mixité sociale reste historiquement exceptionnelle dans l'organisation de la ville moderne. Cette démarche n'est pas sans ambigüité dès lors où l'attribution de subventions, de moyens d'encadrement social et policier supplémentaires, peut finalement apparaître comme une solution à moindre coût pour tenir le problème de la concentration des immigrés à distance du reste de la ville. On pratique alors ce que les américains appellent « dorer le ghetto ». J.Donzelot revient ensuite longuement sur l'évolution du rôle impulseur de l'Etat dans la mise en place des orientations de ces politiques. Celui-ci adopte au cours des années 80 et 90 une logique plus contractuelle avec les principaux acteurs investis (collectivités territoriales, offices HLM...) en optant pour ce que l'auteur nomme « l'action à distance ».

Quelques présentations d'ouvrages récents sur ce thème

Jean-Yves Authier, Marie-Hélène Bacqué et France Guérin-Pace (Dir.), Le quartier. Enjeux scientifiques, actions politiques et pratiques sociales. La Découverte, coll. "Recherches", 2007.

Julien Damon \{Dir.) Vivre en ville. Observatoire mondial des modes de vie urbains, Paris, PUF 2008. Une présentation de Denis Tersen sur le site de la Vie des Idées

Yves Grafmeyer, Jean-Yves Authier, Sociologie urbaine, collection « 128 », Armand Colin, 2008. Lire notre entretien.

Philippe Estèbe, Gouverner la ville mobile. Intercommunalité et démocratie locale. PUF, coll. "La ville en débat", janvier 2008.

Thierry Oblet, Défendre la ville. La police, l'urbanisme et les habitants. PUF, coll. "La ville en débat", janvier 2008.

Thierry Oblet, Gouverner la ville, Les voies urbaines de la démocratie moderne. Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2005. (ouvrage présenté par Jacques Donzelot dans la revue Esprit)

La segmentation de l'espace et les phénomènes de « gentrification »

Les principaux enjeux sur ce thème autour de J.Donzelot

Selon Jacques Donzelot la ville se défait car elle perd sa capacité à « faire société » du fait des tensions qui la traversent et portent ses diverses composantes sociales à s'ignorer. Il observe ainsi trois tendances reflétant la logique de séparation qui affecte l'ensemble de l'espace urbain : la relégation, la périurbanisation et la gentrification.

Les minorités et les plus pauvres subissent le processus de relégation dans les cités d'habitat social. L'auteur souligne que l'incapacité des habitants de ces résidences à obtenir un logement dans le privé ou même dans une meilleure partie du parc HLM du fait des stratégies des bailleurs (préserver l'attractivité de leur parc locatif en isolant certains types de locataires) leur fait subir un « entre-soi contraint ». Ce caractère contraint explique d'ailleurs la tendance des jeunes à s'approprier le territoire de façon parfois ostentatoire.

Les classes moyennes et intermédiaires fuient les grands ensembles à partir des années 70 pour rejoindre les communes rurales avoisinantes et accéder le plus souvent à la propriété selon une formule de voisinage moins contrainte mais leur garantissant au contraire un « entre-soi protecteur ». On parle alors de péri-urbanisation.

Enfin, le processus de gentrification constitue la troisième ligne de transformation de l'urbain. Il désigne l'investissement des centres anciens par une population cultivée, soucieuse d'un accès privilégié aux avantages de la centralité ; une classe intellectuelle de « manipulateurs de symboles » selon l'expression de Robert Reich [7]. Ils bénéficient de la proximité de tous les services et des moyens de transport et sont protégés de l'insécurité ordinaire par le prix dissuasif des loyers. Ils ont ainsi « un entre-soi sélectif et électif ». Face à cette logique de séparation, se trouve donc posée selon l'auteur la possibilité de maintenir la ville.

Quelques présentations d'ouvrages et d'articles

éric Charmes, La Vie périurbaine face à la menace des « gated communities ». Paris, L'Harmattan, 2005.

Eric Charmes, La rue, village ou décor ? Parcours dans deux rues de Belleville, Créaphis, 2007.

Fijalkow Yankel, Sociologie des villes, "Repères", La Découverte, 2007.

Chris Hamnett, «Les aveugles et l'éléphant : l'explication de la gentrification», Strates, Numéro 9. 1996-97 - Crises et mutations des territoires,

Eric Maurin, Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social. Seuil, « La République des Idées ». 2008.

Marco Oberti, L'école dans la ville. Ségrégation-mixité-carte scolaire, Les Presses de Sciences-Po, 2007. Une fiche de lecture de la Vie des Idées.

« Robert Putnam et la nouvelle indifférence américaine » : un commentaire critique proposé sur le site de La Vie des Idées de l'article de R. D. Putnam (1995), Bowling Alone : America's Declining Social Capital, The Journal of Democracy, 6:1, pages 65-78.

Quelques mots sur la gentrification par Yankel Fijalkow (à partir du n°63 de Sociétés contemporaines, Mars 2007).

La question urbaine et « les jeunes de banlieues »

Les principaux enjeux autour de la question urbaine et des « jeunes de banlieues »

Quelques pistes de réflexion autour de l'ouvrage synthétique de Robert Castel, La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ? Seuil, « La République des Idées ». 2007.

Robert Castel se demande tout au long de l'ouvrage comment les « jeunes de banlieues » en sont arrivés à occuper dans la société une position qui les situe ni « dehors », ni « dedans » mais les repousse aux marges du monde social. Une double dynamique explique selon lui la dégradation de l'image des banlieues et de ses occupants : la paupérisation d'abord, qui reflète la montée du chômage et de la pauvreté et fragilise particulièrement ces populations alors même que les classes moyennes accèdent à la propriété dans des zones péri-urbaines et l'ethnicisation ensuite qui renvoie à un changement des politiques d'immigration : l'immigration de travail devient immigration de peuplement. Ces deux tendances expliquent que les grands ensembles soient devenus des lieux de relégation où la « mixité sociale » n'est autre que le mixage de populations cumulant des handicaps en matière de ressources économiques, de rapport au travail et de capacité à assurer elle-même leur indépendance sociale.

Pourtant R.Castel souligne que les jeunes de banlieue ne sont pas exclus puisqu'ils partagent un grand nombre de pratiques et d'aspirations communes à leur classe d'âge et disposent le plus souvent en principe des droits qui sont ceux de la citoyenneté française. Ils disposent aussi des attributs de la citoyenneté sociale par la protection contre les principaux risques sociaux, l'accident, la maladie et l'absence totale de ressources. Ils restent par ailleurs largement socialisés par les institutions de la République.

L'auteur montre même que les quartiers dits sensibles et leurs habitants ont bénéficié d'une attention toute particulière des pouvoirs publics à travers la mise en place de mesures de discrimination positive territoriale, ce qui n'est pas le cas pour certaines régions rurales. Il cite une étude de Dominique Lorrain [8] qui compare un quartier de Villiers-sur-Marne en banlieues parisienne et un quartier de la périphérie de Verdun dans la Meuse, qui n'a jamais fait parler de lui. Le revenu moyen par habitant à Villiers-sur-Marne est 20% supérieur à celui de Verdun et les équipements culturels, les services publics, les facilités de transports y sont aussi nettement moins fournis. Les quartiers périphériques des grandes villes ne sont donc pas des zones laissées à l'abandon, de même que le jeune de banlieues n'est pas un « exclu » puisqu'il dispose d'un certain nombre de prérogatives rattachées à l'appartenance à la nation française.

Le problème qu'affrontent ces jeunes n'est pas d'être en dehors de la société mais plutôt de ne pas parvenir à occuper une place en dedans. Le désespoir et la révolte vient de la conviction d'être placés face à un avenir bouché, et d'être démunis des ressources nécessaires pour être membre à part entière de la société. Ils subissent surtout un traitement différencié qui les disqualifie et alimente un sentiment profond d'injustice face au déficit de citoyenneté dont ils pâtissent. Les études sont aujourd'hui plus nombreuses sur les discriminations policière et judiciaire, sur les discriminations face à l'emploi et les blocages scolaires. La « discrimination négative » dont parle R.Castel reflète un facteur ethno-racial qui apparaît comme un stigmate et racialise le traitement de problèmes avant tout sociaux. Dans ce contexte le risque est bien sûr celui de « retournement du stigmate » et d'affirmation d'une identité noire, arabe ou religieuse par des jeunes en quête d'identités plus positives que celle de délinquant qui leur hâtivement attribuée. L'attention portée à la question de l'insécurité a ainsi fait jouer à ces jeunes le rôle de classe dangereuse et a renforcé la stigmatisation dont ils font l'objet dans différents secteurs de la vie sociale. Le risque est alors de les conduire à un « entre-soi communautaire « et ce d'autant plus que ces jeunes sont catalogués comme « étrangers de l'intérieur » et se voient attribuer « la condition héréditaire d'immigrant » [9] au fil des générations.

Plusieurs études reviennent ici sur ces questions avec par ailleurs une démarche intéressante de distinction des catégories de jeunes de banlieues afin de bien mesurer la diversité des parcours et des solutions.

Quelques présentations d'ouvrages récents sur ce thème

Didier Lapeyronnie, Ghetto urbain, Ségrégation, violence, pauvreté en France aujourd'hui, Robert Laffont, Paris, 2008. Une présentation de Thierry Oblet sur le site de la Vie des Idées

Eric Marlière, La France nous a lâchés ! Le sentiment d'injustice chez les jeunes des cités, Fayard, février 2008.

Gérard Mauger, L'Emeute de novembre 2005, Ed. du Croquant, septembre 2006.

Emmanuelle Santelli, Grandir en Banlieue, Parcours et devenir de jeunes Français d'origine maghrébine, CIEMI, coll. "Planète Migrations" 2007.

Thomas Sauvadet, Le capital guerrier, concurrence et solidarité entre jeunes de cité. Armand Colin, coll. Sociétales, 2006.

Loïc Wacquant , Parias urbains. Ghetto, banlieues, Etat. Une sociologie comparée de la marginalité sociale. La Découverte, mai 2006.

« émeutes en banlieues : lectures d'un événement » Un numéro de la revue Espaces et Sociétés (n° 128-129, 2007)

 


Notes :

[1] La police des familles, Minuit, 1977, édition poche collection rééditée en 2005

[2] L'invention du social : essai sur le déclin des passions politiques, Fayard, 1984, Le seuil, 1994 (collection poche points essais).

[3] Face à l'exclusion, le modèle français, Esprit, 1991 (dir.).

[4] L'état animateur : essai sur la politique de la ville, Esprit, 1994 (avec Philippe Estèbe).

[5] Quand la ville se défait: Quelle politique face à la crise des banlieues ?, Le Seuil, 2006, édition poche (collection points essais) janvier 2008.

[6] Faire société : la politique de la ville aux états-Unis et en France, Seuil, 2003 (avec la collaboration de Catherine Mével et Anne Wyvekens). Mais aussi tout récemmment Villes, violence et dépendance sociale, les politiques de cohésion en Europe. La Documentation française, Avril 2008.

[7] Robert Reich, L'Economie mondialisée, Paris, Dunod, 1993.

[8] Dominique Lorrain, « La dérive des instruments. Les indicateurs de la politique de la ville et l'action publique », Revue française de science politique, vol.56, no3, juin 2006.

[9] Etienne Balibar, « Uprisings in the banlieues », Lignes, numéro 23, novembre 2003.

Voir aussi sur SES-ENS :

Le dossier « Discriminations et politiques antidiscriminatoires »

Un entretien sur la « discrimination positive ».

Cinq questions à Fabien Jobard sur les discriminations dans les décisions judiciaires.

 

Stephanie Fraisse-D'Olimpio pour SES-ENS.